• L'été où ma vie a basculée (chapitre 8 )


     
     CHAPITRE 8

    juillet 2013, première semaine de vacances, dimanche
     

    Le lendemain matin je me réveille vers sept heures. Je suis tellement excitée à l'idée de revoir Mélinda que je n'arrive plus à dormir. Cette première semaine, le temps est exceptionnel et cela dure ! Il fait déjà 18°C. Je vais prendre une douche puis je prends mon petit-déjeuner avec mes parents qui me parlent quasiment pas. Une fois mon repas fini, je vais à la plage. Vers 11 heures, mon portable sonne. C'est Mélinda qui m'informe qu'elle arrive dans une demi-heure. Je saute de joie. Florent qui me voit se demande ce qu'il m'arrive. Je lui explique. Il me dit qu'il voit qui c'est. Normal vu qu'elle vient tous les ans depuis dix ans comme moi, sauf l'an passé. Ma meilleure surprise, c'est que l'emplacement de Mélinda est en face du mien. J'arrive en même temps qu'elle, suivie de Florent. Au moins, pense-je à ce moment là, elle le connait direct. Une chose me rassure, ils ont l'air de bien s'entendre, le courant passe plutôt bien entre eux. Tous les trois, on installe sa tente. Puis Mélinda dis bonjours à mes parents avant que nous repartions toutes les deux. Cette-fois-ci, nous prenons ma voiture et nous allons manger sur le port. En rentrant du déjeuner, nous poursuivons notre conversation. Nous nous séparons juste le temps de nous préparer pour aller à la plage. Ça fait vraiment du bien de se retrouver. Allongées sur nos serviettes, après quelques longueurs dans l'eau salée, nous continuons de discuter. Mélinda ne se prive pas de m'informer de l'antipathie que lui inspirent les trois gugusses, comme j'aime les appeler. Surnom, d'ailleurs, qui la fait bien rire. En parlant du loup, les voilà qui arrivent avec Florent. Ce dernier, comme souvent m'adresse un sourire. Les trois autres commencent leurs blagues douteuses. Alors que je les ignore, ce qui les agace, comme d'habitude, Mélinda, elle, elle les rembarre. Ils repartent irrités et vexés. Faut dire qu'elle n'y a pas été avec douceur ! Mais ce n'est pas moi qui vais critiquer sa réaction, bien au contraire. Alors qu'ils repartent, je suis Florent du regard, ce qui n'échappe pas à Mélinda. Ensuite, nous rentrons au camping. Nous allons chacune prendre notre douche, puis, je dine avec mes parents avant de la rejoindre sur la dune. Nous allons ensemble au feu d'artifice. Il est magnifique comme toujours et le reflet dans l'eau du port le rend encore plus merveilleux. Vers minuit, nous sommes de retour sur la dune. Nous continuons de parler, des mecs surtout ! Et là elle relance le sujet sur Florent. Elle m'agace un peu à insister ainsi, surtout que je ne vois pas du tout où elle veut en venir. Je l'ai toujours trouvé beau, et elle le sait, je le lui dis tous les ans. Je ne peux répondre à sa question puisque, justement, le concerné arrive. Et en plus, il est avec ses copains. Ils s'installent non loin de nous, sur la plage aussi. Mélinda a une idée pour les faire rager. Nous remontons sur la dune et nous nous installons sur le petit banc, juste au dessus d'eux. Effet escompté, ils bouillonnent de colère.
     
    À ce moment là, je n'ai pas compris pourquoi Florent riait alors que ses copains étaient en colère. Il m'a avoué plus tard que ça le faisait rire qu'ils se fassent remettre en place par Mélinda. Et le pire c'est que ce n'est pas avec elle qu'ils en ont vu de toutes les couleurs, une autre de mes amies leurs a mené la vie encore plus dure !
     
    Vers minuit et demi, nous rentrons. Nous continuons de discuter dans la tente de Mélinda. Je m'absente juste le temps d'aller chercher un pull à me mettre, car malgré le temps caniculaire, c'est un peu juste pour rester en débardeur à cette heure si tardive de la nuit. Au passage, j'attrape le mot que m'ont laissé mes parents. Ils veulent que je sois réveillée à 9h30 le lendemain matin. Passée l'étonnement de cette demande, Mélinda retourne au sujet sur Florent. Au fur et à mesure que nous en parlons, une évidence m'apparaît et visiblement Mélinda l'avait déjà remarqué. Sans doute que Maëlle aussi, et peut-être même Sophie à qui j'en avais parlé au début. Vers deux heures du matin, nous nous couchons, chacune dans notre tente, enfin dans celle de mes parents pour ma part. Étrangement, mon sommeil est très calme et reposant. Et c'est en pleine forme que je me réveille le lendemain matin.
     
    Vu ce qu'il allait se passer, valait mieux avoir bien dormi dans la nuit ...

     
    Le petit mot de l'auteure :
    Et voici la fin de ce deuxième chapitre ! Un avis général sur cette dernière partie ?
    L'arrivée de Mélinda et l'entente entre cette dernière et Florent ?
    Mélinda qui remet les trois imbéciles à leur place ?
    Mélinda qui parle de Florent à Camille et insiste sur le sujet ? 
    Camille qui se rend compte de quelque chose à force d'en parler, de quoi s'agit-il à votre avis ?
    Le personnage de Mélinda, vous l'aimez pour l'instant ?
    La dernière phrase en italique ?
     
    Dans le prochain chapitre, changement de semaine et gros bouleversements en perspective !!! 
     
    Merci de lire la fiction :) 
     

  • Commentaires

    1
    moietmoi-seul
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 08:58
    Melinda elle me fait marrer :D
    Pour moi c'est pas cohérent qu'il sentende aussi bien directement, il fallait mettre un peut d'action entre elle et Florent
    Cest marrant quand elle les remets a leur place
    Ouiiiiiii
    Elle a raison d'insister
    Camille se rend compte qu‛elle est amoureuse ^^
    Elle est pas mal car elle annonce un moment dramatique *.*
    2
    moietmoi-seul
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 12:04
    Merci toi aussi
    3
    Lundi 31 Mars 2014 à 22:41
    Trop de suspens!!! Chapitre génial et Melinda me fait bien rire! ;P
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :