• L'été où ma vie a basculée (chapitre 57)

    Septembre 2014 – Décembre 2014, Quand tout commence à aller mieux ...
     
    1er septembre 2014
                    Aujourd'hui, c'est lundi et après un week-end de repos chez les parents, avec Maëlle, c'est le retour dans l'amphi pour la réunion de présentation. J'y retrouve les filles de la fac juste après avoir quitté mon chéri qui s'en va sur l'autre campus vu qu'il est en STAPS. Mon intuition me fait dire que l'année va être différente des précédentes et pas en bien ... Après un discours assommant, comme toujours, je ressors de l'amphi et vais déjeuner avec Lucie et Julia. En tout cas, nous avons de la chance car nous sommes dans le même groupe de TD et avons un super emploi du temps ! Le lundi nous avons cours de 10h30 à 15h30, le mardi de 8h15 à 15h30 tout comme le mercredi et le jeudi nous avons cours de 8h15 à 12h30. Le vendredi, nous n'avons pas cours, ce qui nous fait un très long week-end. Cet emploi du temps de merveille, nous le gardons toute l'année avec seulement les cours qui changent toutes les six semaines. Du coup je peux continuer le patinage, le bénévolat et le meilleur c'est que j'ai plein de temps libre en commun avec mon cher et tendre Florent ! Le vendredi je pourrais voir Sophie vu qu'elle n'a pas cours non plus l'après-midi. Et si je n'ai pas parlé de Marine durant cette rentrée, c'est parce que nous sommes un peu en froid depuis quelques semaines. Heureusement que ma jumelle est là pour me réconforter quand je me prends la tête avec Marine. Mais parfois je ne la reconnais plus par rapport à la L1 ... et ça me fait de la peine de voir des gens changer, surtout quand c'est en mal !
     
     
    Octobre 2014
                    Ce soir, c'est la soirée d'intégration de tout le département des sciences de l'éducation. Lucie et Julia m'ont contrainte d'y aller. Je ne vois pas pourquoi vu qu'elles ont la même piètre opinion de la promo que moi. Je ne compte pas rester bien longtemps, surtout qu'après mon entraînement de patinage je suis un peu fatiguée. Tient, l'élection des parrains et surtout marraines de promo ... le moment idéal pour m'en aller ! Je quitte donc la salle du bar privatisé pour l'occasion et téléphone à mon cher et tendre pour savoir où il se trouve. Finalement c'est lui qui me rejoint, car il a lui aussi quitté ses camarades de promo et ancien qui ont redoublé leur année. Il me demande comment ça s'est passé pour moi.
    -          Bof, à l'image de la promo. Je suis partie au moment de l'élection des marraines de promo, c'est tous des fêtards, pas des bosseurs.
    -          Ah, ça me rappelle qu'il faut que je redemande à Gab qui est sa marraine de promo. Je sais que ce n'est pas Lucas et il me semble que c'est une fille, mais j'ai pas entendu le nom. D'ailleurs les gars doivent nous rejoindre tous les cinq, je vais les appeler.
    -          Ok, pas de problème, et toi mon cœur ton début de soirée ?
    -          Bof aussi, les gars m'ont pris la tête. Ils étaient sympas l'an dernier mais là ils ont pris la grosse tête et j'ai l'impression qu'ils ont envie de confirmer tous les préjugés débiles sur les STAPS. Je préfère être seul que mal accompagné.
    Finalement nous rejoignons le club des cinq qui nous a indiqué par sms être en bonne compagnie. Bah voyons, je comprends mieux lorsque j'arrive : les cinq garçons, avec Maëlle, Maude, deux autres filles du patin et Jade. Maude me charrie car elle savait bien qu'on allait se revoir en regardant Maëlle blottie dans les bras de Zach. Maëlle se dégage un bras et donne un coup de coude à Maude pour qu'elle se taise. Maude fait allusion au fait que nous soyons jumelles et aussi que le métis et ma frangine sont inséparables. Plus tard dans la soirée, alors que Jade s'est éclipsée aux toilettes, son téléphone sonne. Et même si nous ne voulons pas regarder, le message s'affichant en grand sur son portable qui est sur la table c'est difficile. « Chère marraine de fac, sache que le bizutage est interdit, ... mais cela ne m'empêchera pas de prendre ma revanche ;) » Et c'est signé « Gab ». Avec ma sœur nous échangeons un regard entendu. Je lui envoie même un sms, c'est plus discret que de chuchoter, pour lui dire qu'il aurait pu écrire « bisoutage » et non « bizutage » Maëlle écarquille ses yeux et me dit que j'exagère. Je lui réponds que l'avenir me prouvera que j'ai raison. Heureusement que Florent discute avec le club des cinq. Jade revient et ma jumelle lui montre son portable. Jade comprend tout de suite que nous avons vu le message s'afficher à la réception. Elle nous explique que Gab a lui a dit qu'il ne veut pas que ses frères sachent qui est sa marraine de fac, je fais un sourire entendu à ma frangine car ça confirme mes soupçons précédents. Je réplique que cette histoire va mal finir que Nico ne va pas bien le prendre, Jess non plus et encore moins Flo qui va pas comprendre pourquoi son cadet lui fait des cachoteries pour si peu. Au même moment, Nico m'envoie un message pour savoir si Flo reste chez moi ce soir. Traduction : il est avec Jessica et veut savoir si elle doit partir avant que Flo ne rentre ou pas. Je propose donc à Florent de rester dormir chez moi et comme toujours, il accepte. Marine étant à Nantes c'est plus facile pour moi de proposer cela. Maëlle rit ouvertement en voyant mon stratagème mais le métis la fait taire en l'embrassant. Ma jumelle n'est pas très discrète quand elle a bu quelques verres. Le métis sait très bien, tout comme ma sœur, que je protège Nico et Jess. Je renvoie un sms à Nico pour lui dire qu'il est tranquille pour ce soir mais qu'il faut quand même qu'il soit méfiant si jamais Gab rentre ou si Jade s'aperçois de l'absence de sa sœur en rentrant chez elle. Bon la vérité c'est que Jade va surement dormir chez Maude, de toute façon elle n'est pas en état de rentrer seule chez elle, mais j'aime bien le faire flipper un peu le p'tit Nico. Et puis Jade se doute que Jessica et Nicolas sont plus que de simples amis. Vers 2h du matin, je rentre à l'appartement accompagnée de mon chéri, du métis et de ma jumelle. Les filles du patin ont toutes été chez Maude, y compris Jade. N'empêche que je trouve que Marine va de plus en plus souvent à Nantes, même quand elle a cours le lendemain après-midi ...
     
     
    Novembre 2014
                    Ce soir, avec Maëlle, nous devons aller plus tôt à la patinoire car l'entraineuse souhaite nous parler. Du coup, comme nous avons toutes les deux cours jusqu'à 17h, je vais en cours en voiture pour passer la prendre après vu que c'est sur mon chemin. Je sors de cours une petite demi-heure plus tôt et ça m'arrange bien. A 16h50, je suis sur le parking devant la fac de droit. Jessica m'y attend déjà. Elle vient aussi avec nous et comme son lycée n'est pas loin elle nous a rejointe ici. Maëlle sort toute joyeuse malgré les quelques minutes de retard. Manque de chance pour nous, en arrivant nous croisons Adrien qui, étonné de nous voir à la patinoire à cette heure-là, fait une grimace lorsque nous lui disons que nous devons voir les entraineurs avant le cours. A l'étage, dans le bureau, nous avons la surprise de découvrir les trois entraineurs qui nous attendent.
    -          Parfait, vous êtes arrivées en même temps.
    -          On est venues ensemble, ça aide, déclare en riant ma jumelle.
    -          Si nous vous avons demandé de venir c'est parce que nous avons besoins de monitrices supplémentaires et nous avons pensé que ça pouvait vous intéresser.
    -          Les cours c'est le mercredi de 17h30 à 19h30 et le samedi de 11h30 à 13h, continue la troisième entraineuse.
    -          Mais il ne faut pas un diplôme pour faire ça, s'inquiète Jessica.
    -          Si, mais comme il y a un nombre d'heure de monitorat à faire, au départ, vous êtes comme des stagiaires.
    -          Ah d'accord, moi ça me tente bien dit Jessica. J'ai déjà fait du monitorat en bénévolat dans mon ancien club.
    -          C'est super ça. Mais ça ne pourra pas compter pour les heures à effectuer pour le diplôme. Et vous les jumelles ?
    -          Je suis partante aussi, dis-je.
    -          J'hésite, déclare Maëlle, j'ai peur qu'avec les cours de droit ça fasse beaucoup certaines semaines.
    -          Au pire, si tu nous préviens à l'avance, on peut s'arranger pour les jours où tu n'es pas disponible.
    -          Alors c'est d'accord aussi, répond Maëlle.
    -          Question pratique est-ce que l'une d'entre vous a son BAFA ou un autre diplôme d'animation ou d'encadrement des jeunes.
    Maëlle et Jessica font non de la tête.
    -          Et toi Camille ?
    -          J'ai mon BAFA et à la fin de l'année ma licence sciences de l'éducation qui est une équivalence au diplôme d'animateur.
    -          D'accord, tu n'auras donc que les heures de monitorat à faire pour avoir le diplôme. Les filles vous aurez l'écrit à passer aussi.
    -          Ok, disons-nous à l'unisson.
    -          Pour l'indemnisation, c'est 3€ quand vous n'avez ni les heures de stage ni l'écrit de fait, 5€ de l'heure quand vous avez une des deux parties et 7€ quand vous avez le diplôme complet. Si vous faites toutes les heures, d'ici onze semaines vous aurez fini la partie pratique du diplôme. Le prochain examen écrit étant aux vacances de février.
    -          Ok, disons-nous à l'unisson.
    -          Allez-vous changer, vous allez être en retard sur la glace sinon.
    Nous sortons toutes joyeuses du bureau. Dans les vestiaires, nous n'en parlons à personne car nous savons que tout le monde ne va pas apprécier. Déjà que depuis la rentrée, ce n'est pas facile tous les jours vu que nous avons fait le stage à Paris, monitrice en plus, y en a qui vont rager.
    Le soir en rentrant, j'annonce la bonne nouvelle à Marine, en dînant avec elle. Puis, je l'annonce à mon chéri au téléphone.
     
     
    Décembre 2014
    Cette semaine, c'est les vacances au ski dans le Massif Central. Nous avons, enfin, nos parents nous ont aidés à louer deux grands appartements pour toute la bande. C'est dans une résidence au pied des pistes, assez luxueuse. Je suis la seule à connaître la station. Mais nous sommes plusieurs à savoir skier. Le vendredi soir (26 décembre), nous nous retrouvons à la gare de Rennes. Enfin quand je dis « nous », c'est moi, ma jumelle, Florent, Zach, Lucas, Sophie, Kevin, Debora, Nolan, Morgane, Hugo (notez l'effort, je ne l'ai pas appelé le bouclé ou le mouton), Marine et Léo. Les autres, à savoir, Louise, Melinda et Tristan nous rejoignent à Lyon. Tandis que Nicolas et Gabriel ne viennent pas. Ils ont prévu de fêter le nouvel an avec des amis à eux. Jessica bien évidemment a préféré rester avec son cher Nicolas que de venir avec nous. Quand à Gabriel, il a assuré à Florent avoir quelqu'un sur qui compter en cas de problème pendant son absence. Avec ma jumelle, nous avons une petite idée de cette personne, de cette fille plus exactement. Mais nous n'avons rien dit. Il est 7h du matin lorsque nous nous retrouvons tous sur les quais de la gare. Le train doit entrer en gare dans 2 minutes et partir dans 15 minutes. Nous sommes très chargés. Une grosse valise par personnes ! Et vu que nous sommes 13, ça fait impressionnant !  Nous arrivons vers 11h30 à la gare de Lyon. Louis nous y attend toute souriante par encore fatiguée par le trajet vu qu'elle n'habite pas loin de la gare, alors que nous nous avons déjà fait quelques heures de train. Tristan est arrivé quelques minutes avant nous. Comme nous avons une petite demi-heure devant nous, nous laissons Tristan et Marine, ainsi que Louise et Lucas se retrouver. Ils sont trop mignons à voir. Nous leur laissons nos bagages et allons chercher Melinda sur un autre quai. Puis nous nous dirigeons vers le quai pour partir à Clermont-Ferrand. Léo et Melinda sont un peu en retrait derrière nous. Midi arrive vite et nous montons tous dans le train. Le trajet d'un peu plus de deux heures se passe dans une ambiance joyeuse. Nous sommes contents de nous retrouver tous ensemble, surtout que cet été nous nous ne sommes pas tellement vu, guère plus que durant l'année scolaire. Heureusement pour nous, la gare ferroviaire et la gare routière se touchent. Nous attendons donc les 20 minutes qui nous séparent de notre car pour la station sur le quai de la gare routière. Il ne fait pas très chaud, mais le soleil est là. Ça se remarque que nous approchons de la montagne. Dans le car, Florent ne peut s'empêcher d'appeler son cadet pour savoir si tout se passe bien et surtout si Nicolas est allé à son cours de soutien en histoire le matin. C'est vrai qu'en ce moment il déconne un peu le petit dernier de la fratrie. Gabriel doit rassurer son frère car Florent raccroche le sourire aux lèvres. Mon chéri m'explique que son cadet est en train de réviser pour ses examens de la rentrée avec un ami de la fac. Je manque de m'étouffer à cette nouvelle et Maëlle aussi d'ailleurs. Mais nous tentons de le cacher. Tristan, lui doit être au courant de quelque chose, parce qu'il entend son meilleur ami et lui demande si c'est « un ou une amie de la fac » d'un ton qui laisse entendre qu'ils ne doivent pas faire que réviser. Florent déclare à Tristan qu'il débloque. Moi je pense qu'il a raison mais je ne dis rien à mon cher et tendre. Après tout personne ne fait de mal à personne. Puis mon chéri avoue, rassuré, que son petit frère a bien été en cours de soutien. Au même moment, je reçois un sms de Nicolas justement qui me demande si Flo n'est pas trop en colère. Je lui réponds « non » et lui demande pourquoi il craint que son frère s'énerve. Nicolas me répond que dans ce cas Gabriel a gardé son secret. Je fais les gros yeux en lisant son message. Mais il m'éclaire en m'en renvoyant un en disant que c'est Jessica qui est venu le chercher le matin et que sans elle il n'aurait pas eu le courage de se lever surtout qu'il y a une fine pellicule de neige qui commence à tenir sur le sol depuis quelques heures. Je suis rassurée. Nicolas sort avec Jessica depuis le mois d'avril mais il se cache toujours de son frère aîné. Pendant la fin du trajet, je regarde par la fenêtre du car. Petit à petit nous découvrons le magnifique paysage montagnard. Au fur et à mesure que nous approchons du but, nous voyons de plus en plus de neige. En effet, la neige est tombée à flots les semaines précédentes et là, il est annoncé un temps splendide pour la semaine à venir. L'idéal pour des vacances au ski ! Une fois descendus du car, je contemple le paysage blanc qui s'offre sous mes yeux. Je connais bien la station, c'est toujours là que je viens avec mes parents. Lucas téléphone au mec qui s'occupe de l'arrivée des locataires. Quinze minutes plus tard, nous avons les clés des deux appartements qui sont côte à côte et nous entrons. Dans le premier, il y a Morgane, Hugo, Léo, Melinda, Lucas, Louise, Debora et Nolan. Et dans le second, il y a mon chéri, moi, ma jumelle, le métis, Tristan, Marine, Sophie et Kevin. Chaque appartement possède quatre petites chambres, une salle de bain et des wc séparés, et une grande pièce de vie avec le coin cuisine. Et un grand balcon qui longe tout le séjour. Nous sommes au 10e étage de la tour et il y en a 21. Nous avons vue à la fois sur la station et sa rue commerçante et sur les pistes de ski. Au rez-de-chaussée de l'immeuble, il y a un bar « le slalom », le grand hall d'entrée ainsi que l'accès aux casiers à skis et la laverie. Vers 17h30, tout le monde est installé. Chaque couple a choisi sa chambre, les filles (malheureusement pas les garçons^^) ont fait un brin de ménage dans la cuisine, la salle de bain et fait l'inventaire du matériel. Tout le monde se retrouve dans l'appartement où je suis pour un chocolat chaud et un bon goûter parce que le petit déjeuner du matin est très loin et le pique-nique du midi n'était pas très conséquent. Ensuite nous allons au magasin de location de ski. Je prends du matériel pour skieuse confirmée, tout comme Melinda, Louise et Maëlle. Marine, Sophie, Debora et Morgane prennent du matériel pour débutante avec possibilité d'échanger si elles progressent vites. Du côté des garçons, Florent, Zach, Lucas et Tristan prennent du matériel adapté à leur niveau très bon tandis que Léo, Hugo, Nolan et Kevin prennent du matériel de débutant avec la même formule que les filles. Ensuite nous allons à la caisse des forfaits. Nous prenons des forfaits 8 jours, journée plus nocturne. Eh oui, dans cette station il y a 13 pistes éclairées de 17h30 (ou plus tard selon la saison) à 23h. Puis ceux à qui il manque des équipements, genre, masque, gants, bonnets, ... y vont. Pour ma part, je rentre à l'appartement, tout comme ma frangine, Lucas et Louise. Nous allons dans l'autre appartement. Nous commençons à réfléchir au programme et à la répartition des tâches comme la cuisine, les courses et le ménage. Vers 18h30, tout le monde est rentré. Du coup Louise et Maëlle préparent à manger, avec le métis et Lucas dans l'appart de Louise tandis que le reste de la bande décide du planning. Marine, Sophie, Kevin, Léo, Nolan, Debora, Morgane et Hugo ont décidé de prendre 4 cours de 3h en groupe tous les huit ensemble. Ce qui fait que de dimanche à mercredi, ils seront occupés de 9h à 12h. Pour samedi matin, nos apprentis skieurs les moins doués préfèrent ne pas skier et profiter d'une grasse matinée. Grand bien leur fasse, moi je ne suis pas ici pour dormir. Profiter de mon lit je peux le faire à Rennes ! Du coup nous décidons de skier le matin pour ceux qui veulent et d'aller à la patinoire l'après-midi. Bien évidemment le patin l'après-midi, idée de Melinda, nous ravi ma jumelles et moi. Finalement, après un repas dans la bonne humeur, je décide d'aller profiter du ski nocturne. Ma jumelle me suit, mon chéri aussi. Louise, Melinda, Lucas, Zach et Tristan aussi. Marine grogne qu'il ne reste pas avec elle. Léo, promet à Melinda de l'accompagner un soir en fin de séjour quand il sera plus doué. Mine de rien je l'informe qu'il y a les pistes de débutants qui sont aussi en nocturne. Finalement nous sommes huit à partir skier. Pistes vertes et bleues pour s'échauffer un peu et retrouver cette sensation de glisse unique qu'offre le ski. Puis pistes rouges histoire de s'éclater. Je ferai bien la noir qui est très facile que je connais bien, mais les autres ne veulent pas. Bon j'avoue le soir, elle a des bosses, mais je leur promets que quand ils auront goûté à cette piste demain, ils ne voudront plus faire que celle-là. Vers 22h30, nous décidons qu'il est temps de s'arrêter. Mais au moment de rentrer, Lucas, propose qu'on se prenne un verre au bar qui a ouvert l'an passé. C'est bondé, que des jeunes avec de la super musique. Je suis partante tout en disant que ça n'est pas cool pour les autres. Tristan réplique qu'ils doivent être très bien occupés vu qu'il n'ont envoyé de messages à personne pendant qu'on skiait. Au ton de sa voix, je devine qu'il n'a pas digéré la remarque de Marine. Flo aussi s'en rend compte. Mais personne ne relève Melinda s'installe à une table au fond du bar et interpelle le serveur. Qui est beau gosse, comme elle le fait remarquer. Zach, lui dit gentiment qu'elle a déjà un copain. Elle lui réplique en souriant que ça ne l'empêche pas de remarquer quand un mec est mignon. Le métis semble d'accord avec son raisonnement. Et faut reconnaître que le serveur est vraiment pas mal. D'ailleurs il n'arrête pas de me regarder. Et moi je n'aime pas quand on me drague alors que je suis en couple (même si c'est flatteur), du coup je me blottie dans les bras de mon chéri. Le mec doit capter parce qu'il arrête tout de suite de me mater, et de mater Maëlle et Louise. Mais il continue avec Melinda. Sans doute a-t-il capté que son mec est pas là ou pense-t-il qu'es test célibataire. Agacée, elle se lève et va le voir au bar. Je souris et préviens les autres que ça va surement chauffer. Tristan me dit que Melinda est incapable de faire du mal à une mouche. Alors là c'est la meilleure ! Il la connait vraiment mal. Finalement elle revient avec un sourire satisfait alors que le mec a une tête déçue. Elle nous explique qu'elle lui a dit que s'il continuait, elle irait ailleurs la prochaine fois. Et, ajoute-t-elle, comme il n'avait pas l'air de me croire, j'ai dit que au total nous étions seize. Florent rit de son stratagème. Le métis et Lucas aussi. Tristan lui a l'air surpris. A moins qu'il n'ait la tête ailleurs ... J'avoue que pour une fois Melinda a agi avec tact et sans faire de dégâts. Il est 23h lorsque nous rentrons. Aussitôt Sophie nous dit à moi, Flo, Tristan, Zach et Maëlle que Marine a été insupportable. Puis elle file se coucher suivie de Kevin. Tristan, s'excuse de nous laisser aussi vite et file voir sa copine dans leur chambre. Avec Flo, Zach et ma jumelle nous prenons une tisane avant de nous coucher. Le lendemain matin, c'est samedi et nous sommes que huit à nous lever d'heure pour aller skier. Cinq dans notre appart, et trois dans l'autre. Les même que hier soir en somme. Cette fois-ci nous décidons de skier en couple. Et je vous avoue que skier seule avec mon chéri, me donne des idées pas très nettes. A son sourire je devine que ses pensées ne sont pas plus soft que les miennes. Il me chuchote à l'oreille « ce soir, ski nocturne tous les deux, je sens qu'on va faire des bêtises ». Il a son petit regard malicieux que j'adore. Je lui réponds que c'est d'accord. Vers midi, nous rentrons à l'appart. Vu le peu de matériel dans notre casier nous en déduisons que nous sommes les premiers rentrés. A moins que Lucas et Louise soient rentrés, vu qu'ils ont leurs affaires dans l'autre casier. Lorsque nous arrivons à l'appart, nous constatons que nous sommes les premiers et que l'ambiance est électrique ! Je sens que « maman Camille » va encore sévir ! Mais si Sophie n'a pas réussi à calmer l'histoire ça craint vraiment. Lorsque nous arrivons les filles sont toutes dans notre appart et les mecs sont visiblement dans l'autre. Apparemment, l'autre appartement est en bordel et les garçons n'en foutent pas une du coup les filles se sont mises en grèves des corvées et menacent de faire un appart' de filles et un appart' de garçons ! Florent fait les gros yeux car il a très bien compris ce que ça signifie et il dit qu'il ne paye pas pour la connerie des autres. Quelques minutes plus tard, Lucas et Louise rentrent eux aussi. Nous les entendons hurler en ouvrant la porte. Ça doit vraiment être quelque chose, me dis-je. Mais je ne préfère pas voir je pourrais vraiment gueuler. Finalement les autres qui skiaient rentrent à leur tour. Et nous sommes tous dans notre appart, les quatre mecs sont dans l'autre. Officiellement Kevin est parti motiver les trois autres pour ranger mais il n'y arrive pas et il a tout ranger tout seul. Sophie grogne en disant qu'il est trop gentil. Les garçons qui ont skiés veulent pas être punis à cause des autres, et avec Louise et Melinda nous nous regardons et nous pensons la même chose : un appartement de filles un autre de mecs c'est bien mais nous allons aussi être privées et nous n'allons pas le supporter. Puis Maëlle ajoute mine de rien que ça ne l'étonne pas. Tout le monde la regarde étonné.
    -          Zach, Lucas, faites pas les surpris, je vous l'avais prédit qu'on aurait un problème de ce genre. Vous avez vu l'état de votre appart à Rennes ? A part ta chambre Zach, Lucas je dis rien je n'ai pas vu mais te connaissant ça doit être propre. Après je comprends que vous ne vouliez pas toujours faire à la place des trois autres mais bon on n'est pas loin de la porcherie par moment.
    -          T'as pas tort, disent à l'unisson les deux concernés.
    Finalement c'est Lucas qui parvient à raisonner les trois fainéants du ménage et du rangement. Et nous mangeons avant d'aller patiner. Mais l'après-midi commence mal. Le vigile de la patinoire refuse de nous voir monter sur la glace en tee-shirt, ma jumelle et moi. Etant pas encore calmée du midi, je lui réplique que ce n'est pas de son ressort, que ça fait plus de 12 ans que je patine 3h par semaine en tee-shirt et que je ne vais pas changer mes habitudes pour sa tête de thon. Heureusement ma jumelle met sa main devant ma bouche avant la fin de ma phrase. Elle lui montre sa carte de licenciée et sa polaire qu'elle a mise dans un des casiers qu'on a loués. Le mec soupire puis nous laisse tranquille. En plus y a quasiment personne du coup nous avons plein de place pour nous échauffer et faire nos sauts. A la fin de l'après-midi, nous nous allons au bar de la patinoire boire un verre tous ensemble. Ma jumelle me dit que je patine mieux qu'en entrainement. Je lui réponds que c'est parce nous avons eu de la place et que j'ai toujours peur de foncer dans le gens ou les barrières. Nous décidons de passer une soirée tranquille à l'appartement. Mais en rentrant nous passons devant le bar tendance où nous avons été la veille. Tristan dit que ça a l'air pas mal, mais vu comment il est doué pour mentir, je rattrape sa presque bourde et appuie son avis en disant que j'y suis déjà allée que c'est génial. Les autres n'y voient que du feu vu que je connais la station. Dimanche, nous skions le matin. Soit en couple, soit en groupe, et ceux qui ont leur cours y vont. L'après-midi, nous y retournons. Les débutants ensemble, les plus forts ensemble. Mais au bout de deux heures, les débutants nous appellent et nous disent qu'ils nous attendent au « super bar » au pied des pistes. Florent me dit alors que nous sommes quittes. Nous y avons été sans eux ils y ont été sans nous. Le soir, je suis en pleine forme et propose une sortie à la boite de nuit. Certains sont étonnés de ma proposition mais tout le monde accepte. Lundi c'est ski le matin, patinoire l'après-midi et soirée au bar tendance le soir. Mais l'ambiance n'est pas cool en rentrant. Marine et Tristan s'engueulent. Du coup Flo parle avec son meilleur pote dans le salon jusque tard dans la nuit et comme j'ai froid toute seule dans le lit je n'arrive pas à m'endormir. Mardi, nous répétons le programme de la veille. Le mercredi matin, ceux qui ont leur cours y vont. Les autres skient. L'après-midi, avec les filles nous allons au spa tandis que les garçons restent entre eux à l'appartement. Ce soir, c'est le réveillon. Nous mangeons tous ensemble avant de finir au bar tendance. La boite de nuit fait une soirée pour les plus vieux et la patinoire organise un réveillon pour les enfants et les ados. Lorsque nous rentrons en fin d'après-midi, nous nous rendons compte que les garçons ont tout préparé pour le repas et ont fait une belle table. J'apprécie énormément leur effort et je ne suis pas la seule loin de là. Avant le repas, il y a une descente aux flambeaux que nous regardons depuis nos balcons suivi d'un feu d'artifice qui raisonne dans les montagnes. Je reconnais que la station a fait fort, très fort ! Nous avons même le droit à un deuxième feu d'artifice payé par le bar tendance où nous sommes justement. Il est 23h59 et quelques secondes. Les gens commencent le compte à rebours. A minuit pile nous nous souhaitons une bonne année. J'embrasse mon chéri avec passion. Le métis se moque de moi en disant que d'habitude je n'ose pas faire ça en public. Je lui tape le bras pour qu'il arrête de se payer ma tête. Jeudi, ce matin, le réveil est difficile, car nous n'avons dormi que 3h. Mais rien ne m'arrête lorsqu'il s'agit de skier et je ne suis pas la seule. Seuls les débutants restent à l'appartement. L'après-midi c'est patinoire. Mon portable n'arrête pas de sonner. Mes parents, mes amies de la fac, des amies de la patinoire, sans oublier, Gabriel, Jade, Jessica et Nicolas. D'ailleurs Nico m'a réveillée ce matin. Le petit a décidé de nous faire chier. Il a envoyé un message groupé à 8h ! Maëlle, Tristan, moi et Flo nous avons gueulé en même temps. Réveillant tout le monde par la même occasion. Les autres eux ont reçu un message de sa part que dans l'après-midi, preuve qu'il voulait vraiment nous embêter. Tristan lui prépare une vengeance. Je crains le pire ... Vendredi, dernier jour de ski. Ce soir il faut rendre le matériel. Je suis triste comme toujours. Du coup aujourd'hui, c'est ski, ski et encore ski. Heureusement pour nous le magasin de location est ouvert jusqu'à 23h pour que les skieurs puissent profiter du nocturne jusqu'au bout. Et finalement cette semaine s'est déroulée à merveille. Pour finir les vacances, nous allons au bar tendance jusqu'à minuit. Après nous rentrons faire nos bagages car le départ est prévu pour 8h le lendemain matin. A neuf heures nous sommes à Clermont-Ferrand. Notre train pour Lyon n'est qu'à 10h30. Ce qui ravi Marine, Louise, Lucas, Melinda et Léo qui devront se séparer là-bas. Nous arrivons en gare de Lyon Pare-Dieu à 12h15. Nous mangeons tos ensemble dans un resto de pâtes à emporter qui se trouve dans la gare. Puis Melinda doit prendre son train pour Tours. 30 minutes plus tard, c'est Tristan qui prend son train pour Nantes. Et finalement nous prenons notre train pour Rennes à 15h03. Louise nous fait au revoir de la main sur le quai alors que le train démarre. Ce n'est pas facile pour elle d'être si loin de nous. Pour Melinda non plus. Tristan ce n'est pas pareil parce que Marine peut aller le voir souvent ou alors il vient à Rennes. Mais Tours et Lyon, c'est loin. Et puis Tristan il voit souvent Florent et ses frères. Il est 19h45 lorsque nous arrivons avec un peu de retard en gare de Rennes. Sophie, Kevin, Debora sont pressés car ils doivent prendre le dernier bus ou car pour rentrer chez eux. Nous nous disons au revoir sur le quai de la gare. Florent m'embrasse avant de rentrer voir ses frères. Il me promet de m'appeler le soir. Zach rentre avec Maëlle et moi. Tandis que Lucas, Leo, Nolan et Hugo vont à leur colocation. Morgane, elle rentre à son studio, qu'elle a depuis deux mois, depuis que sa mamie est décédée. 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :