• L'été où ma vie a basculée (chapitre 52)

    20 – 29 septembre 2013, La rentrée : entre absences et rencontres  ...
     
    Samedi 21 septembre 2013
                    Ce soir, c'est un grand soir ! Depuis la rentrée, c'est la première fois que nous allons quasiment tous être réunis. Quand je dis tous, c'est ma jumelle, le club des cinq, Kevin, Sophie, Debora, Morgane et moi. Marine a décidé d'aller voir son cher Tristan à Nantes. Ce dernier aurait préféré venir afin de voir tout le monde, mais Marine a décrété qu'elle ne voulait pas changer ses habitudes. Ce caractère m'a étonné de sa part mais bon c'est comme ça. Du coup Tristan l'a écoutée. Quant à Florent et ses frangins, ils sont chez eux, enfin je suppose, puisque je n'ai plus de nouvelles. Et apparemment personnes n'en a ... Et puis, Melinda et Louise, n'ont pas pu venir car le trajet est trop long pour un petit week-end. C'est chez moi que nous nous retrouvons en fin d'après-midi. Maëlle m'a aidée à tout préparer en rentrant du patinage. J'ai même accepté qu'Hugo (miracle, je ne l'ai pas appelé « bouclette ») vienne. Après tout, il sort avec Morgane, je vais devoir m'y faire. Mais il est prévenu, à la moindre erreur inadmissible de sa part, il dégage, peu importe l'heure, que la soirée soit finie ou pas. Après une soirée raclette, je sais c'est un plat d'hiver mais vu le temps pourri, ce n'est pas gênant, nous discutons tout en faisant la vaisselle pour certains (Zach, moi, Lucas, Sophie, Deb et Kevin) tandis que les autres discutent au salon, avachis dans le canapé ou par terre. Nous sortons les jeux de cartes et les bières. « Comme cet été », c'est l'expression qu'emploie Nolan. Mais lorsqu'il croise mon regard humide, comprend son erreur. Florent n'est pas là et ça me rend malheureuse. N'arrivant pas à me concentrer sur la partie d'UNO, je m'éclipse un peu à l'étage dans ma chambre. Ne me voyant pas redescendre, je les entends s'inquiéter. Maëlle semble vouloir venir me voir mais finalement c'est mon meilleur ami qui monte. Ça me fait plaisir que ce soit le métis qui vienne, parce qu'à lui, je peux vraiment tout lui dire sans que ça l'encombre, même si je sais que Maëlle fait pareil. C'est le seul qui ait à quel point je survis, plus que je ne vis depuis que Flo ne me donne plus de nouvelles. Deux ou trois fois, je me suis même retrouvée à la colocation des garçons en pleine crise d'angoisse à cause de ça. Du coup, Lucas est un peu au courant aussi de mon état. Après une bonne discussion et des paroles réconfortantes, le métis me convainc de redescendre avec les autres. Léo nous annonce qu'ils sont tous d'accord pour un UNO amélioré. Le « amélioré » dans sa bouche accompagné du sourire de bouclette n'annonce rien de bien. Mais à leur grande surprise je ne proteste pas. L'idée c'est qu'à chaque fois que l'on perd, on boit un verre de bière. Au fond de moi, je me dis qu'il a eu fait pire comme règle du jeu. Aux alentours de deux heures du matin, le métis et ma jumelle s'éclipsent dans l'appartement de ma sœur. Sophie et Kevin restent dormir chez moi, tandis que le club des cinq ainsi que Morgane et Debora rentrent à la colocation des garçons.
     
     
    Jeudi 26 septembre 2013
                    Comme tous les ans, durant tout le mois de septembre, il y a des nouveaux, enfin nouvelles surtout, à arriver à chaque nouvel entrainement de patinage. Souvent ce sont des débutantes, mais parfois, il arrive que ce soit des personnes qui ont déjà pratiqué dans un autre club précédemment. Quand elles ont un niveau élevé, nous avons du mal à nous entendre car elles se croient supérieures à nous alors qu'elles ne connaissent pas le fonctionnement du club. Et en plus, ça nous fait moins de place pour nous entraîner alors que nous n'en avons déjà pas beaucoup. Cette fois-ci, la nouvelle s'appelle Jessica et elle est en 1ère ES. Elle a un excellent niveau, il faut le reconnaître. Contrairement aux autres, elle n'a pas essayé de faire comme si elle connaissait tout sur tout. Ça nous a d'ailleurs toutes étonnées. Elle est arrivée en avance, en même temps que Maëlle et moi. Du coup nous avons discuté tout en regardant la fin de l'entrainement des plus jeunes. Elle m'impressionne car elle est très observatrice et elle a un don pour repérer les erreurs des autres. Elle nous avoue alors qu'elle était monitrice pour les 4-5 as dans son ancien club. Maëlle lui conseille de ne pas le dire car certains du groupe compétition ou parmi les moniteurs pourrait ne pas apprécier cette nouvelle. Je trouve que ma frangine exagère un peu, mais après-tout elle les connait mieux que moi. Alors que nous nous changeons dans les vestiaires, Jessica nous explique qu'elle est aussi passionnée par le chant. Puis, une jeune fille pus proche de mon âge entre et va la saluer.
    -   Les filles, je vous présente Jade, ma grande sœur. Elle est en 1ère année de STAPS et elle a décidé de commencer le patinage cette année.
    -   Salut, dis-je à l'unisson avec ma jumelle.
    -   Enchantée les filles, nous répond Jade.
    -   Moi, c'est Camille, continue-je et elle, c'est ma frangine, Maëlle. Jumelles pour le meilleur et pour le pire, fini-je en riant.
    -   Mais, poursuit Maëlle, ne dites rien car personne ne sait que nous sommes jumelles.
    Elles acquiescent puis nous leurs expliquons à deux vois notre histoire de cet été. A la fin du récit, nous explosons de rire toutes les quatre, car il faut le reconnaître, notre situation est plutôt cocasse. Au même moment, les autres patineuses arrivent dans le vestiaire. Au début du cours, l'entraineuse nous annonce que les meilleures d'entre nous pourront aussi s'entrainer de 19h30 à 20h30, sans supplément de prix vu que nous sommes un peu trop nombreuses à notre horaire. Mais elle ajoute que c'est elle qui va décider, car il faut pouvoir s'adapter au fonctionnement différent de l'autre horaire. Elle ajoute qu'on saura à la fin de l'heure qui est prise. Elle demande juste à connaître celles qui ne pourront pas sur l'horaire suivant. Avec Maëlle, nous nous regardons : nous espérons trop être prises. Adrien vient voir Maëlle et lui dit qu'elle est déjà sur la liste de l'entraineuse.
    -  Par contre, toi, Camille, faut pas rêver, déjà que tu es là le lundi alors que tu n'as pas le niveau ... Compte pas être prise.
    -  Va te faire foutre ! Si j'ai été acceptée le lundi c'est que j'y ai ma place, il n'y a que toi que ça a l'air de déranger !
    Puis je vais m'échauffer sans lui accorder un regard. Il m'agace tellement. Il me fait juste payer le fait d'être la jumelle de Maëlle. Avant il ne me parlait jamais. Je vois au loin que ça chauffe entre Maëlle et Adrien. Jessica, à côté de moi, est persuadée qu'elle ne va pas être prise car elle est nouvelle. Avec Maude, nous la rassurons. Comme de par hasard, Adrien seconde notre monitrice aujourd'hui. Il m'en fait voir de toutes les couleurs, rien de ce que je fais n'est bien. Mais j'avoue que ça me passe au-dessus. Je persévère comme je le fais d'habitude. Et ça l'agace que je ne perde pas mes moyens face à ses répliques. Maëlle lui jette des regards noirs pour qu'il se calme. Mais rien n'y fait. Dix minutes avant la fin de l'entrainement, l'entraineuse nous rassemble et nous annonce celles qui sont retenues. Le verdict tombe, elle a sélectionné Maëlle, Maude, Jessica, moi et une autre fille. Jessica sautille partout tandis que je vais voir Adrien qui est avec ma frangine. S'il croit que je vais fermer ma grande gueule, il me connaît mal.
    -  Pas trop déçu de t'être trompé dans tes pronostics, dis-je d'un ton suffisant avant d'aller faire mes étirements.
    Maëlle, qui s'étire à côté de moi, me supplie d'arrêter de me chamailler avec lui. Je lui réplique que c'est toujours lui qui ouvre les hostilités et qu'elle me connaît assez pour savoir que je ne vais pas rester sans me défendre. Elle reconnaît, tout en soupirant, que j'ai raison. L'entraineuse nous explique que nous pourrons commencer la semaine prochaine à patiner deux heures. Dans les vestiaires, la bonne humeur est au rendez-vous. Sur le trajet du retour, je suis avec ma jumelle, Jessica et Jade. Je demande à jade si elle connait un Lucas. Elle me répond qu'il y en a un dans son TD. Je lui dis qu'il fait un double cursus STAPS et Musique. Elle me répond qu'on parle bien du même, qu'elle a retenu cette spécificité de son parcours. Elle ajoute que le sport et la musique sont deux passions tellement différentes qu'elle ne pensait pas possible qu'on puisse faire ce double cursus. Jessica proteste. Jade a un sourire étrange. Ma sœur étant plus réactive que moi, déclare à jade que Lucas a une copine. Jessica se moque de la non discrétion de sa grande sœur. C'est sur cette franche rigolade que nous nous quittons. Une bonne pizza concoctée par Marine m'attends à l'appart tandis que Maëlle a la surprise de découvrir Zach qui l'attends devant la porte de chez elle avec un petit plat qu'il a cuisiné lui-même. 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :