• L'été où ma vie a basculée (chapitre 51)

    26 août – 19 septembre 2013. La rentrée : ma nouvelle vie entre joie et tristesse
     
    Mercredi 28 août 2013
                    Aujourd'hui, c'est un grand jour ! Trois jours que je suis rentrée de Locmariaquer et c'est le jour de l'emménagement de ma jumelle dans son appartement qui jouxte le mien. Ses parents ont loué une camionnette pour transporter toutes ses affaires de chez eux à son nouveau domicile. Mais une fois qu'ils ont tout déchargé, ils s'empressent de dire au revoir à Maëlle et m'adressent à peine un bonjour. Je vois bien que Maëlle est triste de ces au revois froids, distants et rapides. Mais elle le sait, ses « ex parents », comme le dit si bien, sont fautifs dans cette histoire et prennent très mal le fait que tout ait été découvert. Nous sommes donc plus que toutes les deux. Nous mettons ses différents cartons dans les bonnes pièces, puis nous montons quelques meubles faciles. Une bonne heure plus tard, nous faisons une pause au soleil sur mon balcon, tout en dégustant un repas. Vers 14h, mon, enfin notre père, vient monter les autres meubles puis visualise ce qu'il lui manque en mobilier. Genre un canapé, un meuble d'appoint dans le séjour, certaines choses en vaisselle, ... Ma mère, arrive après son travail aux alentours de 17h. Ils décident tous les trois de faire les magasins le vendredi. Le matin avec maman pour la déco et l'après-midi avec papa pour les meubles. Ils me proposent de venir avec eux, ce que j'accepte avec grand plaisir. Alors que mes parents repartent, nous dinons toutes les deux chez moi. Le portable de ma sœur sonne alors que nous sommes en train de manger notre dessert. C'est Zach qui souhaite passer la voir. Elle est désolée de me laisser seule. Je la rassure en lui expliquant que j'ai des textos de mon chéri auxquels je dois répondre et qu'il va sans doute me téléphoner. Trente minutes plus tard, elle s'éclipse pour aller ouvrir la porte de l'immeuble au métis. Puis une heure plus tard, Florent m'appelle. Nous restons plus de deux heures au téléphone. Je lui raconte ma journée et l'emménagement de ma jumelle. Lui me raconte ses journées au chevet de sa maman. Il tente de me faire croire que tout va bien, mais je me rends bien compte que la situation s'empire. Il me dit qu'il ne pourra finalement pas venir me vor avant la fin du mois de septembre. Je suis triste de l'apprendre, bien évidemment, mais je comprends tout à fait que sa maman passe avant moi. Il me promet de m'envoyer régulièrement des messages. Nous prévoyons également qu'il vienne chez moi pendant les vacances d'octobre. Puis nous raccrochons. Il n'est pas loin de minuit. Et bien-sûr, comme à chaque fois que j'ai mon chéri au téléphone, je pleure une partie de la nuit.  Et ma jumelle étant avec Zach, je ne peux aller la voir.
     
     
    Jeudi 29 août 2013
                    Ce matin, nous faisons les magasins, ma jumelle et moi, avec maman. L'appartement de ma jumelle a grand besoin de déco et le mien aussi ! Nous choisissons les pots de peinture, les rideaux, les cadres, les coussins, deux parures de lit chacune, de la vaisselle pour Maëlle. Puis nous déposons tout à l'appart de Maëlle et allons manger juste à côté dans le mien. Maman part au travail tandis que justement Papa en revient. Nous retournons donc faire les magasins, mais cette fois-ci dans les magasins de meubles, pour ma frangine. Cela nous occupe durant trois bonnes heures. Après, nous commençons la peinture dans mon appartement pour que ce soit fini dimanche après-midi avant l'arrivée de Marine. Je peins avec ma frangine pendant que papa met le lambris dans la salle de bain et les WC. Puis papa repart aux alentours de 18h et nous informe qu'il passera dimanche pour voir si ça avance assez vite. Nous le rassurons en lui disant qu'on va avoir de la main d'œuvre d'ici pas longtemps. Une fois qu'il est parti, nous appelons le club des cinq pour qu'ils viennent nous donner un coup de main. Ils acceptent aussitôt. Même Hugo. Résultat le soir même tout l'appart est repeint. Et celui de Maëlle aussi ! Les garçons promettent de revenir nous aider le samedi pour la deuxième couche de peinture.
     
     
    Samedi 31 août 2013
                    Après une nuit passée je suppose chez ma jumelle, Zach sonne à 8h pile à ma porte d'entrée. Il est déjà prêt à commencer la deuxième couche de peinture, en attendant que les autres arrivent. Il pensait me réveiller ce petit malin et se moquer de moi. Raté ! J'ai déjà un rouleau pour peindre dans les mains. En début d'après-midi, tout est fini dans mon appartement. Nous avons laissé les fenêtres ouvertes pour que ça sèche plus vite, mais en faisant attention au soleil. Nous mangeons sur mon balcon, puis je suis les deux tourtereaux dans l'appartement de Maëlle. Vers 14h, le reste du club des cinq débarque et nous passons la deuxième couche de peinture dans toutes les pièces de l'appartement de Maëlle. A sept, ça avance vite ! Le soir nous sommes épuisés. Les garçons rentrent à leur coloc' sauf le métis qui reste avec ma sœur. Ils sont tellement mignons tous les deux !
     
     
    Dimanche 1er septembre 2013
                    Ce matin, une grosse journée s'annonce. Il faut monter les meubles chez Maëlle ais en faisant attention à la peinture pas encore tout à fait sèche. On va les laisser décollés du mur pour l'instant. Heureusement que Zach est avec nous. A midi, nous mangeons tous les trois. Puis quelqu'un sonne à la porte de chez ma sœur. Je suis surprise, lorsque Maëlle va ouvrir, de découvrir Tristan sur le pas de la porte. Marine arrive peu de temps après. Elle est très surprise de voir son mec. Zach et Tristan montent les affaires de Marine dans sa chambre puis finissent de monter les meubles de Maëlle. Ensuite ma frangine et le métis s'en vont au ciné tandis que Marine et Tristan sont tous les deux dans la chambre de Marine. Je suis actuellement en train de regarder un film dans le canapé dans le séjour. Avant j'ai installé quelques rideaux et cadres achetés jeudi. Un peu de repos ne fait pas de mal après ces derniers jours chargés. Cependant Florent me manque beaucoup. J'aimerais tellement regarder le film en étant blottie dans ses bras ... Vers 18h, Tristan repart. Marine l'accompagne jusqu'à sa voiture. Au même moment Maëlle revient du cinéma. Elle m'informe que le métis est rentré directement à la coloc. Vers 20h, mes parents passent vérifier les travaux et dire bonjour à Marine. Ils sont surpris et ravis à la fois que tout soit fini et bien fait. Maman est contente de nous voir toutes les trois rire ensemble lorsqu'ils arrivent. Après un repas rapide, ma jumelle rentre chez elle. Quant à moi, je m'enferme dans ma chambre pour répondre tranquillement aux sms de Flo. Et aussi à ceux de Nico.
     
     
    Lundi 2 septembre 2013
    Ce matin, je suis toute excitée dès le réveil ! Pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui c'est la reprise de l'entraînement de patinage. Et je suis motivée comme jamais ! D'autant plus que cette année, je vais patiner trois heures par semaine : lundi, jeudi et samedi. Toute la journée je n'ai la tâte que dans la reprise du patinage. Marine se moque de moi parce que du coup je ne fais que des bêtises. Heureusement, Florent m'appelle en début d'après-midi. Ça me remet un peu les pieds sur terre. Mais lorsque vers 16h, après avoir raccroché avec mon chéri, Maëlle débarque complètement affolée, la reprise du patinage prend une toute autre tournure. Ce matin, Maëlle a téléphoné à l'entraîneuse pour lui expliquer la situation et lui demander de faire l'inscription dans son bureau à l'abri des regards indiscrets. Seule une des bénévoles, couturière et un peu intendante, sera au courant. Ça facilitera les choses au cours de l'année. Nous aurons toujours nos papiers à part. Mais je comprends que ma jumelle panique. Faut que personne ne soit au courant. Mais Adrien connait déjà une partie de l'histoire, et il va vouloir en savoir plus. Je rassure comme je peux ma sœur, mais ce n'est pas facile. Du coup, Maëlle reste avec Marine et moi jusqu'à ce qu'il soit l'heure de partir pour la patinoire. Nous faisons une partie de « jungle speed » et prenons un bon goûter. Nous en profitons car demain c'est la reprise des cours. Vers 17h10, nous partons, ma sœur et moi, avec nos patins, nos tenus, nos chiffons et nos clés de casier. Sans oublier les papiers et les chèques pour la réinscription. Nous devions y aller en bus, mais vu l'état de stress de Maëlle, j'attrape au dernier moment mes clés de voiture. Elle me sourit pour me remercier de cette attention. Au moins nous sommes sûres de ne croiser personne et d'arriver assez tôt pour être tranquilles. Lorsque nous arrivons dans le hall de la patinoire, nous respirons un grand coup ! Que ça fait du bien de revenir ici ! Nous sommes heureuses de retrouver notre glace préférée. Nous montons dans les étages, au bureau du club. L'entraîneuse nous y attend toute souriante. Je vois bien que ce regard bienveillant rassure Maëlle. Ma sœur fait son inscription puis comme il reste un peu de temps, l'entraîneuse enregistre la mienne aussi. Ensuite nous descendons chercher le cadeau de rentrée offert par le club. Cette année c'est un sac à patin et un tee-shirt à l'effigie du club. Ensuite direction les casiers puis le vestiaire. C'est reparti pour une saison ! Petit à petit, tout le monde arrive. Certains sont surpris de voir Maëlle en avance, c'est vrai que ce n'est pas vraiment dans ses habitudes. A la fin de l'entrainement, qui a été difficile pour moi, j'aperçois Adrien qui prend Maëlle à part. Je les entends vaguement, mais assez pour comprendre qu'apparemment Adrien veut savoir qui est la jumelle de Maëlle.  Ma frangine lui répond qu'elle lui dira ailleurs, là où les murs n'ont pas d'oreilles. Je les rejoints. Adrien me jette un regard suspicieux. Je le regarde froidement pour lui faire comprendre qu'il n'a pas à me regarder comme ça. Déjà je ne l'appréciais pas trop mais s'il se comporte comme ça, alors même qu'il ne sait pas, ça promet un avenir houleux de ce côté-là ! Il part et nous rentrons toutes les deux chez nous. Je passe le reste de ma soirée au téléphone avec Flo pendant que Marine fait un skype avec Tristan.
     
     
    Mardi 3 septembre 2013
                    Aujourd'hui, c'est la rentrée en L2 ! Marine et moi arrivons ensemble à la fac et retrouvons Lucie et Julia dans l'amphi pour la réunion de rentrée. Passé le bla-bla habituel sur le travail à fournir, quelques enseignants présentent leur matière. Puis vient le moment tant attendu de l'emploi du temps ! Le seul truc qui nous intéresse ! Comme à toutes les rentrées scolaires depuis la 6e. Avec Marine et Julia, nous vérifions que nous ne sommes pas, en TD, avec une fille que nous détestons de l'an passé.  Malheureusement pour elle, Marine doit encore la supporter. J'ai de la chance, ça coupe juste entre mon nom et celui de l'autre idiote ! Julia est avec moi, tout comme Lucie. Marine connaît quelques personnes sympas dans son groupe notamment Léa, une petite brune qui bosse tout le temps. Après 1h30 de réunion, nous sommes libres. Avec les filles, nous allons prendre un café. Léa nous rejoint d'ailleurs. Vers 11h30, je suis de retour à l'appartement, tout comme Marine. Maintenant que j'ai mon emploi du temps, je prends le temps d'envoyer des mails pour confirmer mes disponibilités pour le boulot. En effet depuis plusieurs années, je fais du baby-sitting, du soutien scolaire et du bénévolat en accompagnement à la scolarité. En début de soirée, j'ai reçu toutes mes réponses : pour le premier semestre, j'irai au bénévolat le jeudi en fin d'après-midi juste avant d'aller au patinage à 18h30, le vendredi j'irai au bénévolat dans une autre asso en fin d'après-midi aussi et pour le soutien scolaire, ce sera tous les mardis soirs de 17h à 19h.
     
     
    Jeudi 5 septembre 2013
                    Ce soir, c'est le deuxième cours de patinage. J'ai trop hâte ! Mais en même temps, j'appréhende. Surtout que je rejoins Maëlle directement là-bas vu qu'elle a cours juste avant et que je suis au bénévolat. Marine me rassure du mieux qu'elle peut depuis ce matin. Cependant j'ai dû mal à rester zen quand je me rends compte de comment les gens trouvaient Maëlle bizarre lundi soir. Ils se posaient des questions. Au final Marine me donne un précieux conseil : rester naturelle de façon à ce qu'ils ne posent pas de question sur mon comportement et qu'ils ne puissent pas faire de rapprochement. C'est tout simple mais je n'y avais pas pensé. Il faut que j'arrête de me torturer l'esprit sinon ça va se voir. Si je suis aussi bizarre que Maëlle ça pourrait leur mettre la puce à l'oreille. Dans le bus en allant au patinage, Florent l'appelle. Au moins il me fait penser à autre chose, mais j'en pleurerais presque tellement il me manque. Je suis si triste de ne plus le voir tous les jours que même le fait d'être dans le bus n'arrive pas à me faire retenir une larme. En arrivant devant la patinoire, Maëlle est déjà là. Avec une petite mine aussi. Les filles me demandent ce que j'ai. Je leur explique que mon mec est à plus de 150km de Rennes et que je suis triste après lui avoir parlé au téléphone. Elles sont surprises car elles ne me savaient pas en couple. Ma jumelle me fait un clin d'œil car elle sait qu'il 'y a pas que cette explication. Les filles me reprochent de trop trainer dans le couloir et le vestiaire et m'avertissent que je risque d'être en retard sur la glace. J'ai la tête ailleurs, je n'arrive pas à me presser. Elles me comparent à Maëlle, qui, les années passées, arrivait toujours à la dernière minute. Cette comparaison me raidit et m'angoisse. Finalement je monte pile à l'heure sur la glace. Malheur pour moi, c'est Adrien qui seconde notre monitrice aujourd'hui ? J'ai bien l'impression qu'il se doute que c'est moi. Mais de l'humeur (de chien) que je suis, je e garde bien de lui parler et je m'arrange pour que ça ne soit pas lui qui corrige mes sauts. Mais c'est sans compter sur ma frangine qui me jette des regards interrogateurs en voyant mon comportement, sans compter non plus sur les filles qui me demandent si tout va bien et sans compter sur notre monitrice qui, devant tout le groupe, fait remarquer que je n'ai rarement aussi bien patiner mais que ma tête semble ailleurs. Heureusement pour moi, j'arrive à trouver deux minutes pour parler à Maëlle. Je lui explique que si je patine si bien c'est parce que je tente de faire abstraction des autres afin d'éviter les questions. Elle me dit qu'elle fait pareil. Personne n'est étonné de nous voir discuter à la barrière en buvant quelques gorgées d'eau dans nos bouteilles respectives. A la fin du cours, certains me posent encore des questions sur mon humeur étrangement violente. Je ne préfère pas répondre car je ne veux pas me fâcher i m'énerver contre des personnes qui n'y sont pour rien. Au contraire, Maëlle qui est du genre offensive, est aujourd'hui étrangement calme. Quelques personnes disent en riant qu'on a dû échanger nos caractères pendant les vacances. Adrien, entendant cela, me jette un regard interrogateur que je fais semblant de ne pas remarquer. Puis il se dirige vers ma jumelle et lui demande discrètement quand est-ce qu'elle va lui dire. S'il croit que je n'entends pas, il rêve. Ma sœur soupire et promet de lui dire samedi. Marine m'appelle pour me dire qu'elle a préparé une pizza et que Maëlle est conviée à venir la déguster avec nous deux. J'envoie un message à Ma' pour le lui dire. Dix minutes plus tard, nous sommes dans le bus. Et c'est vers 20h30 que nous nous asseyons à table dans mon appartement. Je passe ensuite le reste de ma soirée avec Flo sur skype tandis que Maëlle va réviser ses cours chez elle et que Marine prépare sa valise car elle va à Nantes voir Tristan dès demain après-midi. Elle ne rentre que dimanche soir tard.
     
     
    Samedi 7 septembre 2013
                    Marine étant partie à Nantes depuis hier après-midi, ça me fait tout drôle de me retrouver seule à l'appartement comme l'an dernier. Hier soir, j'ai écrit ma fiction jusque tard dans la nuit. Du coup, je suis un peu fatiguée. Pour la première fois, Maëlle va passer tout le weekend à la maison, chez les parents. J'appréhende un peu. Mais le plus dur ça va être de ne pas se faire repérer lorsque nous allons partir de la patinoire ensemble. Ni quand nous allons y arriver ensemble d'ailleurs, vu que nous prenons ma voiture. Vers 13h, je frappe à la porte d'entrée de chez Maëlle. L'avantage d'y aller en voiture, c'est que nous sommes déjà changées et nous partons donc plus tard de chez nous. Nous descendons mettre nos valises dans le coffre après avoir pris nos clés de casiers et avoir fermé nos appartements respectifs. Lorsque nous arrivons à la patinoire, nous ne croisons personnes. Ouf ! Je pars devant ma jumelle. De toute façon, y a Adrien au loin et je ne veux pas le voir. Aussitôt, je reçois un sms de ma sœur. « Ça ne te dérange pas si l'on part un peu plus tard, j'aimerais bien le dire à Adrien après le cours, il insiste tellement ». Je lui dis que c'est bon puis je vais mettre mes patins. Maëlle arrive quelques minutes plus tard. L'entrainement se passe à merveille. J'ai l'impression que je vais beaucoup progresser cette année. Dans les vestiaires, je prends tout mon temps pour ôter mes patins, me changer. Maëlle, au contraire, se speede. Comme ça j'attendrais moins longtemps, me dis-je. Je prends le temps ensuite de sécher scrupuleusement mes lames de patins devant mon casier avant de les ranger et de refermer le casier. Puis lorsque je sors de la patinoire, j'envoie quelques sms à mon chéri pour répondre à ceux qu'il m'a envoyé pendant que j'étais sur la glace. Je ne vois ni ma sœur, ni Adrien. Je me demande bien s'ils parlent encore et si oui où se sont-ils mis. Finalement je les retrouve près de ma voiture. Je reste cachée un moment pour me rendre compte de la réaction de ce dernier. Visiblement le meilleur ami de ma sœur est dérangé que ce soit moi et il ne comprend pas pourquoi Maëlle ne veut pas que la nouvelle ne se répande. Je me montre, ce qui a pour effet de calmer un peu Adrien qui commençait à hausser le ton sur ma sœur. Il finit par nous souhaiter un bon week-end, mais non sans un regard noir en ma direction. Ok ! Alors lui va falloir qu'il se calme, me dis-je aussitôt, sinon ça va chauffer. Nous nous rendons donc chez les parents pour un week-end qui s'annonce explosif dès notre arrivée à la maison !
     
     
    Mardi 10 septembre 2013
                    Après un week-end stressant et épuisant, une bonne nouvelle arrive : Maëlle a reçu la réponse pour son permis de conduire et elle l'a ! Elle est trop contente. Elle m'envoie un message le midi pour me le dire. Je suis en ce même moment en train de déjeuner en compagnie de Zach, Marine, Lucas, Lucie, Julia, Kevin, Debora et Nolan. Zach et Lucas reçoivent un message en même temps que moi. Illico, le métis se lève et s'écarte du groupe pour téléphoner à sa chérie. C'est trop mignon ! Mais ça m'en fiche un coup au moral ... Je commence à avoir moins de nouvelles de Flo et ça m'inquiète un peu. Nicolas m'en donne moins aussi. J'essaye de le cacher aux autres. Néanmoins certains doivent s'en douter car le sujet de la discussion change bien vite. A la fin du repas, il est décidé que je remange avec Marine, le métis et Lucas le lendemain midi puisque nos emplois du temps nous le permettent. En rentrant, vers 19h, je vais sonner à la porte de chez Maëlle pour la féliciter en personne, bien que je lui aie répondu ce midi. N'ayant pas cours, elle m'ouvre toute souriante. Elle a visiblement passé l'après-midi avec Adrien. Me voyant, il s'excuse pour son comportement de samedi. Il promet de ne rien dire. Je suis septique tandis que ma frangine est confiante.
     
     
    Dimanche 15 septembre 2013
                    Depuis vendredi soir, Marine est rentrée chez ses parents. Avec Maëlle, nous sommes rentrées chez les parents samedi après le patinage. Nous étions pressées car mes parents ont invité tout le week-end la famille au complet afin de présenter Maëlle. Plus de 70 personnes dans la maison. C'est énorme ! En plus je n'avais pas vraiment la tête à faire la fête. Mon esprit était accaparé par le fait que cela fait cinq longs jours que je n'ai pas eu de nouvelle de Florent. Ni de Nico d'ailleurs. J'essaye de savoir par Marine si Tristan en a mais visiblement non. Ce que je trouve louche.  Le club des cinq non plus, ce qui m'inquiète fortement. Alors quand hier, des cousins et cousines se sont montrés méchants envers Maëlle, j'ai explosé ! Mon moral est au plus bas, même si avec la grande majorité de ma famille tout s'est bien passé. Ils acceptent Maëlle avec joie. Après ces deux jours fatiguant, j'ai proposé à ma sœur que nous ne rentrions que demain matin juste d'heure pour être à l'heure en cours. Elle a accepté et s'est proposée de conduire ma voiture. Elle va bientôt avoir la sienne. La même que moi mais dans une autre couleur. 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :