• L'été où ma vie a basculée (chapitre 41)

     

     

    Août 2013, 6e semaine de vacances, Vendredi
     
                    Ce matin, je suis encore réveillée de bonne heure. Florent aussi. Nous allons donc tous les deux, avec ma voiture, faire des courses. Nous joignons l'utile, pour ne pas dire la nécessité de faire les courses, au plaisir de passer du temps tous les deux. Lorsque nous revenons du centre-ville, personne de notre connaissance n'est encore levé. Ce qui n'a rien d'étonnant vu les abus qu'ils ont dû faire hier. Finalement, nous passons le reste de la matinée en amoureux à la plage. Entre longueurs dans la zone de baignade et caresses allongés sur nos serviettes sur le sable tiède. Personne pour nous déranger, le paradis.Paradis qui allait être de courte durée vu la date à laquelle nous étions. Neuf jours plus tard, c'était plutôt l'enfer des séparations que le paradis. Malheureusement pour nous, et pour tous les vacanciers d'ailleurs, le soleil nous quitte en début d'après-midi pour la pluie. Pluie qui, elle, nous tient compagnie jusqu'au milieu d'après-midi. Vu le temps et les prévisions, nous décidons de nous faire une sortie shopping à Auray et entre filles ! Il est 15h45 environ quand nous partons. A deux voitures, vu que nous sommes huit. Dans ma voiture, il y a aussi ma jumelle devant ainsi Melinda et Louise à l'arrière. Dans la voiture de Débora, il y a Sophie, Morgane et Marine. Nous commençons par des magasins de chaussures, puis de maquillage. Au bout de presque deux heures, eh oui essayer des chaussures, très étranges parfois, eh bah ça prend du temps ! Puis nous entrons dans différents magasins de prêt-à-porter que nous connaissons toutes bien. Nous ne voyons plus le temps passer entre les essayages et les fous rires ! Pour ma part, je n'achète rien. Mais ce n'est pas le cas des filles. Le denier magasin que nous faisons est une boutique de maroquinerie. Des sacs quoi ... et un vrai petit bonheur ! En plus ils vont faire des travaux dans le magasin donc ils liquident le stock avant. Un sac de cours, deux sacs à main ainsi qu'un sac de plage et un sac de voyage. Le tout pour moins de 60€, ce qui est plus qu'une bonne affaire ! Lorsque nous rentrons, aux alentours de 20h, les garçons sont presque mécontents de nous voir rentrer si tôt. Morgane voir rouge et menace Hugo de le quitter s'il ne lui donne pas d'explications valable. Elle y va fort, mais au moins il lui chuchote quelque chose à l'oreille qui doit la satisfaire puisqu'ils finissent par s'embrasser. Et nous autres nous restons sans réponse, dans le flou. Les garçons nous disent simplement qu'ils ont prévu une soirée plage maintenant que le beau temps semble revenu. Des semaines plus tard, j'ai appris que les garçons avaient passé leur après-midi dans les tentes du club des cinq à parler des filles et aux dires de Florent, pas de façon délicate ce qui avait fini par l'agacé et il était parti tout comme Zach et Lucas. Après un léger repas avec ma jumelle, nous nous rendons sur la plage. Le sable est encore humide par endroit malgré le soleil revenu en fin de journée. Du coup, je me pose sur un petit rocher pour ne pas avoir de sable collé sur mes habits. Curieusement, le club des cinq et Tristan ont jugé préférable que nous n'allions pas sur la grande plage mais à l'autre petite un peu plus loin. « Où l'on gène moins de gens », comme ils ont dit. Cette explication de leur par me fait craindre le pire. Mon cher et tendre arrive peu de temps après moi, il s'assoit auprès de moi sur le petit rocher, et ouvre une bière que lui tend le bouclé. Rapidement les cadavres de canettes de bière s'entassent dans le grand sac de courses qui sert de poubelle. Et Léo et Nolan sortent des bouteilles plus fortes ! Je soupire en voyant ce désastre ... ils ne peuvent s'amuser sans alcool, c'est triste. Le club des cinq chante et sans leurs jolies chansons, je serais déjà rentrée dormir. Etrangement le meilleur ami de Florent n'est pas ivre mort. Disons qu'il est plus occupé à mater Marine qu'à vider une canette. Mon amie de la fac, elle aussi, jette de discrets regards à Tristan. Ce qui n'a pas échappé à Gabriel, qui cette fois-ci semble résigné à son sort. Tout en observant les autres, lovée contre Flo, je pense à la rentrée. Ça m'attriste ... Et je dois reconnaître que l'arrivée de Marine n'arrange rien, vu que l'on s'est connue sur les bancs de l'amphi à la réunion de rentrée de L1. Ce qui ne signifie pas que je ne suis pas contente qu'elle soit là, bien au contraire. L'autre jour, quand je suis allée la chercher à la gare, nous avons aussi un eu discuté de la rentrée et du fait que j'ai une sœur jumelle. Elle m'a rassurée en me disant qu'à part au niveau administratif, rien en change pour moi et que personne n'est obligé de savoir quoi que ce soit. Elle a raison. Seulement je n'arrive pas à m'y faire. Florent doit remarquer que je suis perdue dans mes sombres pensées, puisque vers 23h30, il me propose de me raccompagner. J'accepte et nous passons finalement le reste de la soirée à discuter dans sa tente. 
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :