• L'été où ma vie a basculée (chapitre 35)

    Août 2013, 5e semaine de vacances, Samedi

     

                    Au réveil, mon adorable petit cœur est parti. Il m’a laissé un mot sur mon portable. Il fallait qu’il annonce à ses frères la mauvaise nouvelle qu’il a apprise la veille. Etant seule, vu que ma sœur et mes amis ne sont pas levés, je décide de passer ma matinée à la plage et d’écrire ma fiction, comme la première semaine des vacances. Je suis tellement absorbée dans mon écriture que je ne vois pas le temps passer. C’est Louise, en me téléphonant aux alentours de 13h, qui me sort de ma fiction. Nous restons peu de temps au téléphone car elle doit reprendre le travail. Lorsque j’arrive à ma tente, il n’y a personne aux alentours. Sur la table, un mot de ma jumelle me prévient qu’elle est partie à la plage du club nautique, là où il y a un terrain de volley, avec le métis, Lucas, le bouclé, Morgane et Léo. Du coup je mange vite fait de stomates et du concombre puis avale deux gâteaux secs et un café. Oui je reconnais ce n’est pas du tout correct comme repas, mais j’avais envie de rien d’autre. Au même moment, Florent arrive avec Gabriel. Nicolas est déjà parti rejoindre les autres. Mon portable sonne.

    -          - Hey Camille, on vous attend les amoureux, lance Zach en riant.

    -          - On arrive Zach, en fait là tu nous retardes, lui répond-je moqueuse.

    -          - Ah et puis tu n’aurais pas vu Nolan ?

    -          - Non désolé, moi je me demande ou est passée Debora.

    -          - Elle n’est pas avec nous en tout cas.

    -          - Ok, pas grave, à tout de suite.

    Je range mon téléphone. Puis je pars vers la plage où sont mes amis, accompagnée de mon chéri et de Gabriel. Je me demande bien pourquoi il a accepté de rester avec nous alors qu’il ne supporte pas nous voir nous embrasser ou nous tenir par la main. Enfin le cadet semble avoir plus le sourire que les autres jours, c’est déjà ça. Nous arrivons là-bas en même temps que Sophie et Kevin qui reviennent d’une balade en amoureux. Ils sont trop mignons les deux-là. En revanche, toujours pas de trace de Debora. Vu que les autres font une pause après leur premier match de volley, Gabriel en profite pour attraper Nico et le balancer à la flotte. Le plus jeune ne s’énerve même pas et déclare à son frère qu’il est content qu’il ait retrouvé son sourire et son envie de s’amuser. Noémie glousse comme une cruche, ce qui fait que Nicolas lui lange un regard noir avant de la balancer dans l’eau pour la faire taire. Cette fois-ci, tout le monde rit sauf la concernée. Avec Maëlle, nous nous échangeons un regard puis nous allons nous baigner. Lucas nous demande pourquoi cette envie de baignade d’un coup.

    -          - Parce qu’on préfère choisir nous-même d’aller dans l’eau, répondons nous à l’unisson.

    -          - Syncro et prévoyantes, se moque Nolan en arrivant.

    -          - Bah tient, un revenant, lance le métis en riant.

    -          - T’étais passé où, l’interroge Lucas.

    -          - Partis me promener, j’avais besoin de réfléchir, lance le blond mécontent qu’on lui pose cette question.

    Personne n’insiste. Les garçons refont une partie de volley pendant que je discute avec les autres filles tout en les regardants. Une petite heure plus tard, Debora arrive. Elle nous explique que sa directrice de stage pour la rentrée l’a appelée. Etant nous aussi un nombre pair, nous nous répartissons dans les équipes des garçons pour faire un dernier match. Dans la première équipe, il y a Hugo, Léo, Gabriel, Nolan, Kevin, Sophie, Debora et Morgane. Dans la seconde équipe il y a Nicolas, Noémie, mon chéri, Zach, Tristan, Lucas et ma frangine. Les équipes sont très équitables et à l’heure où l’on a décidé d’arrêter, les deux équipes sont à égalité. Je m’en moque tout comme Sophie, Florent, Maëlle, Lucas et Zach. Mais les autres veulent poursuivre jusqu’au prochain point. Nous poursuivons donc le match. Et ironie du sort, c’est mon équipe qui gagne, celle où les trois quart ne voulaient pas continuer. L’autre équipe est furax. Nous rentrons chacun à notre tente. Puis je dîne avec ma jumelle après avoir pris une bonne douche. Après la vaisselle, je vais rejoindre mon chéri sur la dune. Nous avons prévu de nous balader en amoureux tout en regardant le coucher du soleil. Puis vers 22h, Nicolas appelle Florent complètement paniqué. Apparemment le père a décidé de le mettre lui et Gabriel dans un pensionnat super strict à la rentrée. Et les deux frères craignent de ne pas pouvoir voir leur mère comme ils veulent. Florent m’explique qu’il doit aller les voir car il n’y a que lui qui peut parvenir à faire changer d’avis leur père. Je lui souris et l’embrasse tendrement avant qu’il ne parte en trottinant vers le camping. A un moment, je le vois ralentir et tourner la tête vers la plage, enfin la crique des amoureux plutôt, puis repartir. Curieuse, je presse le pas pour découvrir ce qui a pu capter son attention. Telle n’est pas ma surprise d’y découvrir ma jumelle et Zach qui rient ensemble. A mon avis s’ils ne sortent pas ensemble, ça va vraiment arriver prochainement. Ils sont vraiment trop mignons tous les deux. Je vais ensuite me poser sur la plage, sur le sable encore tiède et téléphone à Louise. Je sais qu’il est tard, mais elle m’a dit dans un de ses sms qu’elle ne travaille pas demain. La pauvre est contente de finir son job d’été bientôt parce qu’entre son patron qui fait chier tous les employés et qui tripote tout le personnel féminin, ses collègues masculins peu délicats et son voisin de chambre universitaire qui a fait exprès de rester tout l’été pour l’emmerder ; elle a hâte de partir en vacances. Elle m’explique justement qu’étant en vacances jusqu’à la rentrée, elle a décédé d’aller à la mer. A ce moment-là, rien ne m’a effleuré l’esprit. C’est ce qui a fait la surprise encore plus belle ! Puis nous avons raccrochées. Je suis rentrée au camping sans oublier d’envoyer un message à mon chéri pour lui demander comment ça se passe. Il a dû finir de me répondre très tard, puisque ce n’est qu’au milieu de la nuit qu’il me répond. Ça me réveille mais ce n’est pas grave, surtout qu’il me dit que c’est en partie une affaire réglée.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :