• L'été où ma vie à basculée (chapitre 23)

    CHAPITRE 23 : Juillet 2013, 4e semaine de vacances, Lundi

     

                    Il est huit heures lorsque je me réveille. Le soleil est déjà très fort. Je prends mon petit déjeuner tranquillement puis vais me baigner. Je laisse ma jumelle dormir, car je le sais : c'est une vraie marmotte ! L'eau est un peu fraiche mais je fais tout de même une dizaine de longueurs dans la zone baignade. Avec des pauses, bien sûr. Une fois que l'on est dedans et que 'on bouge, elle parait moins froide. Comme souvent. Vers 10h, après avoir bronzé un peu en séchant au soleil, je vais prendre ma douche. Ensuite, je passe discrètement devant l'emplacement de mon cher et tendre pour voir si ses parents sont rentrés et si ses frères sont arrivés. Deux voitures sont sur leur emplacement donc j'en déduis qu'ils sont là. Ensuite, je croise deux des abrutis. Ça m'aurait étonné aussi que quelque chose ne perturbe pas ce début de matinée plutôt agréable. Je vais celle qui n'entend pas leurs moqueries comme d'habitude. Lorsque j'arrive à mon emplacement, Maëlle est habillée et prends son petit déjeuner assise dans sa toile, la porte ouverte.
    -          Coucou, bien dormi ?
    -          Oui et toi, me demande-t-elle.
    -          Super, j'ai rêvé de mon chéri. Tu sais même si je ne suis pas dans ma tente tu peux venir y manger.
    -          J'ai pas osé, dit-elle en me suivant à l'intérieur de ma toile.
    Je vous explique ma toile de tente comporte une chambre et une partie séjour, assez grande où l'on peut y tenir debout, y mettre une table et même un petit coin cuisine. Tandis que celle de ma jumelle, la partie séjour est grande mais on e peux y tenir debout.
    -          Je suis désolée de ne pas m'être levée plus tôt, me dit-elle sur un ton d'excuse.
    -          Pas grave. La journée d'hier a été fatigante et riche en émotions, c'est normal de dormir tard. En plus nous nous sommes couchées à 2h du mat'. Et puis tu sais, toi tu es une marmotte et moi je n'aime pas dormir.
    -          J'avoue, pour ça, nous nous ne ressemblons pas, me dit-elle en riant.
    -          Je suis passée devant l'emplacement de Flo tout à l'heure. Ses parents sont là. Ils lui ont ramené sa voiture vu qu'il a eu son permis. J'ai aperçu ses frangins aussi. Telle que je te connais, tu vas les dévorer quand tu vas les voir.
    -          Ne te moque pas, dit-elle en me tirant la langue. Mais j'ai hâte de les voir, finit-elle en souriant.
    Ensuite nous allons toutes les deux à la plage pour parfaire notre bronzage. Voilà bien une activité où nous nous ressemblons. Exception faite que vu que j'ai un ec, je ne suis pas en mode repérage de beaux gosses comme elle. Nous discutons tout en nous dorant au soleil. Nous parlons du passé, de notre année qui vient de s'écouler, mais ni l'une ni l'autre n'évoque le futur. Comme à notre habitude, nous partons dans des délires pas possibles et faisons aussi nos langues de vipères. Nous rions comme des folles jusqu'à ce que Maëlle se stoppe net. Je regarde dans la même direction qu'elle et comprends tout de suite. Il y a un mec mignon qui vient d'arriver sur la plage. Lorsque je le vois de face je manque de m'étouffer de rire.
    -          Maëlle, c'est un des frères de Flo, dis-je en riant.
    -          Oh purée ! encore plus beau que lui, non mais c'est une torture de rester à le regarder sans lui parler.
    -          Eh, protesté-je, Florent est plus beau !
    -          Chacune son point de vue, dit-elle en se levant pour aller lui parler alors qu'il marche au bord de l'eau.
    -          Maëlle part en chasse, dis-je en me moquant gentiment d'elle alors qu'elle s'éloigne vers lui.
    Cinq minutes plus tard, alors que ma sœur est toujours avec l'un des frères de Florent, mon téléphone sonne. C'est mon chéri justement.
    -          Coucou ma belle, ça va ?
    -          Oui et toi mon ange ?
    -          Super ! Mes parents et mes frères sont arrivés. Mais t'inquiète cet après-midi on se voit.
    -          D'accord mon cœur. Oui, j'ai vu qu'ils sont là, je suis passée devant ton emplacement tout à l'heure.
    -          Ah d'accord. Je ne t'ai pas vue, dit-il d'un ton désolé.
    -          Tu parlais avec ton père et tu étais dos à l'allée. Tu ne pouvais pas me voir.
    -          En effet. Je me demandais, t'es où ?
    -          A la plage avec Maëlle, enfin toute seule depuis cinq minutes.
    -           Pourquoi ?
    -          Elle n'a pas pu s'empêcher de me laisser pour aller voir un mec qui passait sur la plage, dis-je en souriant.
    -          Ah d'accord, moi je cherche mes frangins.
    -          Hi, hi, cherche pas trop, y en a un devant moi avec ma sœur. C'est vrai que vous vous ressemblez beaucoup.
    -          Lequel, Gab ?
    -          C'est lequel, le plus âgé ?
    -          Oui. Excuse, j'oublie que tu ne les connais pas.
    -          T'inquiète ce n'est pas grave. Je pense que c'est lui.
    -          Ok, en fait c'est surtout Nico que je cherche. Je pensais qu'ils étaient ensemble. En plus, Nicolas vient d'essayer de m'appeler pendant que je suis au téléphone avec toi.
    -          Ah ...
    Tout à coup, j'entends siffler. Je me retourne et me met à rire. Florent m'entends et me demande ce qu'il m'arrive.
    -          T'as entendu siffler ?
    -          Oui pourquoi ?
    -          Je me suis retournée pour voir qui c'est et devine ?
    -          Nico ?
    -          Dans le mille. Et ton autre frère vient de lui répondre par un doigt d'honneur. Ce qui fait d'ailleurs rire aux éclats ma jumelle et ça n'a pas l'air d'être du goût de ton cadet.
    -          Pff, va falloir que je leur apprenne à être plus classe à ces deux-là. Ils ne peuvent pas s'empêcher de se chercher. Je vais venir chercher Nico, faut que je lui parle, enfin Gab aussi. Par contre je n'ai pas vraiment envie qu'ils sachent qu'on est ensemble. Désolé ma belle, mais vu qu'ils s'entendent bien avec Tristan, je ne préfère pas.
    -          Oh je vois. T'en fais pas ce n'est pas grave, j'aurais mon bisou plus tard. Ah, dis-je un peu embêtée en voyant le petit frère de Florent s'approcher, ça va être compliqué ton frère vient dans ma direction.
    -          D'acc. J'arrive.
    Trois minutes plus tard, il arrive alors que son petit frère me parle tout en observant les deux autres au loin qui rigolent au bord de l'eau. Qu'est-ce que je peux envier Maëlle à être à l'aise si vite avec les gens qu'elle ne connait pas.
    -          Nico !, lance Florent à son frère qui lui fait dos avant de me faire un clin d'œil.
    -          Ah, Flo, fait son frère un peu gêné d'être surpris à me parler.
    -          Je te cherchais partout. Ne commence pas à importuner les filles. Pitié ne devient pas comme Tristan et les autres.
    -          Mais je ne l'embête pas, elle me répond.
    -          Parce que je suis polie, dis-je en souriant.
    -          Eh, c'est méchant ça, dit le frère de Florent.
    -          Non c'est juste, réplique mon chéri un peu sèchement.
    Voir Florent jaloux de son petit frère me fait rire. Mais je me retiens parce que je ne veux pas qu'il se doute de quelque chose. Surtout qu'il m'a l'air malin le petit.
    -          Oh mais c'est qu'il est jaloux mon grand-frère, se moque Nicolas.
    Avec Florent nous nous regardons discrètement : nous sommes grillés, c'est sûr. En plus Nicolas a parlé assez fort, du coup Maëlle rapplique avec le cadet de Florent. Ma jumelle comprend tout de suite la situation. Et moi ma timidité revient au galop.
    -          Eh bah dis-donc, me dit Gabriel, heureusement pour moi que ta copine n'est pas aussi timide que toi.
    -          C'est ma sœur, dis-je froidement en reprenant un peu mes esprits.
    -          Et toc, déclare Florent à l'intention son cadet pour lui faire comprendre qu'à jouer au malin, il a dit quelque chose qu'il ne fallait pas.
    Puis il s'adresse à ses deux frères.
    -          Les gars, va vraiment falloir que je vous apprenne comment vous comporter devant de jolies filles, parce que là Tristan a vraiment trop déteint sur vous. Surtout toi Nico. Aller, on y va, les parents veulent nous parler. A plus les filles.
    -          A plus disons-nous à l'unisson alors qu'ils gravissent la dune.
    -          Pourquoi ne pas leur dire, me demande alors Maëlle.
    -          Tu vois qui c'est Tristan ?
    Elle hoche la tête pour me dire oui.
    -          Eh bien ses frères, enfin surtout Nicolas s'entendent super bien avec lui, et c'est pour ça.
    -          Ok je vois.
    -          Et toi, dis-moi, il est sympa Gabriel ?
    Ma jumelle rougit.
    -          Oui, très sympa, mais je pense plus qu'on pourrait devenir amis que sortir ensemble. L'avenir me le dira, je laisse faire les choses. Mais le truc c'est que j'ai vraiment senti qu'il s'accroche à moi.
    -          Ah je vois. Ne lui fais pas de mal. Mais ne lui laisse pas de faux espoirs.
    -          Ne t'en fais pas.
    Ensuite, nous rentrons à notre emplacement pour manger. Après notre vaisselle, nous allons faire des courses. Nous prenons donc ma voiture. Au passage, je fais visiter le bourg à ma sœur. Je lui demande si elle veut aller au cours de danse bretonne le soir. Elle me répond un grand oui avant de sourire. J'envoie aussi un sms à mon chéri lorsque nous rentrons. Mais il ne peut pas, il doit rester avec sa famille. Une fois à la tente, nous rangeons donc les courses puis décidons d'aller à la plage vu qu'il fait un peu moins chaud. Nous croisons Florent. Du coup mon chéri vient avec nous. Après avoir bronzé une heure tout en discutant pendant plus d'une heure, nous décidons d'aller nous baigner. Je remarque cependant que ma jumelle n'est pas très à l'aise avec mon chéri. Je ne sais pas trop si c'est parce qu'elle a l'impression de tenir la chandelle ou si c'est parce qu'elle est triste de ne plus avoir de copain. Alors qu'elle décide de rester encore un peu dans l'eau, je sors et vais m'allonger sur ma serviette. Flo me rejoint aussitôt. Nous sommes allongés sur le côté, l'un face à l'autre et nous nous regardons en nous chuchotant des mots doux. Il me caresse la main avec délicatesse. Tout à coup, nous entendons des pas. Florent fait une drôle de tête, moi je panique.
    -          On est grillés, me chuchote-t-il avant de me montrer que je ne risque rien en me serrant encore plus fort ma main.
    Je n'ai pas le temps de demander pourquoi il dit ça et par qui on est grillés que j'entends une voix dans mon dos.
    -          Salut les tourtereaux, lance Tristan en riant.
    En entendant sa voix, je panique deux fois plus. Florent lui répond en riant tandis que je commence une crise d'angoisse. Heureusement pour moi, Maëlle s'en rend compte, et revient vers moi avant de m'emmener plus loin pour que je me calme. Je suis toute tremblante. Ma jumelle me rassure, mais je sais qu'elle va faire plus que ça. J'ai lu dans le regard qu'elle a lancé à Tristan qu'il va s'en prendre plein la gueule. Il va passer un sale quart d'heure lorsqu'elle le verra la prochaine fois et que je ne serais pas dans les parages. Alors que je me ressaisie peu à peu, nous retournons vers les garçons. Ils discutent dans la bonne humeur et ça se voit qu'ils sont de très bons amis. Au dernier moment ma sœur me retient et me demande de rester en retrait pour les écouter un peu. Je la reconnais bien là.
    -          Eh mec, pour en revenir au départ, depuis quand tu te caches quand tu te tape une fille ?
    -          Tristan, ne parle pas comme ça, ce n'est pas respectueux !
    -          Oh ça va hein, monsieur le romantique ! Tu as l'habitude de nous entendre parler ainsi.
    -          Habitude peut-être mais je n'aime pas ça. Et si on se cache au départ c'est à cause de ses parents et de vous trois.
    -          Quoi nous ?
    -          Toi, Jules et Ludo. Sérieux vous l'emmerder depuis le début sans raison !
    -          Pas sans raison non ! C'est parce qu'elle est méga bonne. Mais si t'as pas remarqué, moi je me suis calmé, de toute façon j'ai bien compris qu'elle ne nous apprécierait jamais. J'ai été con sur ce coup-là.
    -          Je sais j'ai remarqué, mais sache que même si elle donne l'impression de s'en foutre, ça l'attriste profondément.
    -          Je suis désolé.
    -          C'est à elle qu'il faut que tu présentes tes excuses Tristan. Mec, je te reconnais plus, les gars ont changé depuis trois étés et toi tu suis leur voie ! Merde réagit un peu, t'as toujours été maladroit et peu délicat avec les filles mais là ça vire à la connerie !
    -          Promis je m'excuse dès qu'elle revient. Dis, tu ne sais pas si sa copine elle est libre par hasard ?
    -          C'est sa frangine. Elle est libre à ce que j'ai compris mais tu peux oublier elle t'apprécie pas plus que Camille. Ah tient tant qu'on parle de ton attitude, arrête de refiler des conseils à Nico, parce qu'il est de moins en moins poli avec les filles et ça m'agace.
    -          Eh, arrête un peu de le protéger, il a 16 ans ton petit frère, il est grand maintenant.
    -          Avec les conneries que tu lui sors, il a énervé Camille ce matin, heureusement que je suis arrivé parce que je ne sais pas combien de temps encore il aurait continué de l'importuner. On aurait dit toi en légèrement plus classe, parce qu'au fond ce n'est pas mon frangin pour rien. Heureusement qu'elle savait que c'était mon frère.
    -          Eh, eh ne te trompe pas non plus, ton frère, même s'il a plus de respect que moi pour les filles, j'avoue faut que je change, il est comme moi, il fonce et crois-moi ce n'est pas sur mes conseils. A mon avis, il a une copine avant ce soir ! Le seul truc, c'est qu'en général il s'arrange pour que tu ne sache pas tout ce qu'il fait. Et Gabriel c'est le milieu entre toi et Nico. Mais à mon avis ça aurait pas été Camille t'aurais pas réagi comme ça, le charrie Tristan.
    Florian sourit, car il sait bien que son meilleur pote a raison si ça avait pas été Camille, il en aurait ri de voir son frère draguer même pas 3h après son arrivée au camping.
    -          Gab, je dis rien, à ce que j'en sais, pour l'instant c'est plus les filles qui lui courent après.
    Avec Maëlle, on éclate de rire. Les garçons nous entendent.
    -          Alors comme ça on écoute en douce, demande Florent.
    -          Rohh, je sais que ce n'est pas bien, mais vu la dernière phrase, ça valait le coup d'écouter, dis-je en riant.
    -          Eh, on ne se moque pas, réplique ma jumelle à moitié vexée, après tout je ne suis pas comme toi à rester dans mon coin et à regretter après de ne pas m'être levé les fesses. Quand je vois quelqu'un moi, je me bouge et je vais faire connaissance !
    Tristan ne comprend plus rien. Florent lui explique ce qui s'est passé le matin. Nous rions. Mais Maëlle précise bien que pour elle, elle n'a rien fait de mal, elle a juste fait connaissance. Florent la prévient que son frère ne l'a pas vraiment pris comme ça. Purée, il n'aurait pas pu se taire, je connais Maëlle, et si Gabriel s'est trop attaché et d'une façon plus qu'amicale il va souffrir et ma frangine va s'en vouloir alors qu'elle n'y est pour rien. Tristan s'excuse d'avoir été con.
    -          J'accepterais tes excuses quand j'aurais la preuve irréfutable que tu as vraiment changé, dis-je très sérieusement.
    Du coup, il reste avec nous. Il essaye trop de se rapprocher de Maëlle, mais, le pauvre, elle ne le supporte pas. Pour ma part, je pers mon sourire quand les deux autres connards, Jules et Ludo pour ne pas les nommer, arrivent. Discrètement Florent me chuchote de ne pas m'inquiéter, que Tristan a promis de se taire. Je lui souris mais lorsque les deux cons m'insultent, je le perds. Sauf que là c'est Maëlle qui s'énerve contre eux et c'est violent. Elle leur sort leurs quatre vérités ! Je l'ai rarement vue aussi énervée. Les deux abrutis sans cervelle se calment directement. Alors que je somnole sur ma serviette, le portable de mon chéri sonne. Comme je suis à côté de lui j'entends toute la conversation, y compris ce qui se dit par l'autre ou plutôt les autres personnes.
    -          Oui Nico, fait mon chéri.
    -          On est sur la dune avec Gab, on peut venir ?
    -          Si tu veux mais y a Jules et Ludo qui viennent d'arriver, je ne suis pas sûr que Gab veuille toujours venir. Tristan est là aussi.
    -          Il a une autre motivation, lance Nicolas en riant.
    -          Eh !, s'offusque le concerné, je t'ai dit de ne pas lui dire.
    -          Ne te fatigue pas Gab, je t'ai vu ce matin je te rappelle, lui répond Florent.
    -          On le sait tous que tu veux revoir ta belle Maëlle, lance Nicolas moqueur.
    -          Et toi tu ferais mieux de dire à Flo pourquoi je t'ai dit de l'appeler, réplique le cadet vexé en attrapant le téléphone des mains de son frère.
    -          Non, Gab !, l'implore Nicolas en essayant de reprendre son téléphone.
    -          Vengeance petit frère, la prochaine fois tu fermeras ta grande gueule, finit Gabriel en riant.
    -          Les gars, lance Florent en soupirant.
    -          'scuse Flo, fait Gab. En fait Nico a juste oublié de préciser qu'il est avec sa conquête du jour. Un conseil arrête de voir Nico comme un ange. On dirait un Tristan bis. Et encore si tu savais tout ...
    -          La ferme Gab, crie Nico, et parle pas d'elle comme ça !
    -          Stop les gars, arrêter de vous chamailler, déclare Florent alors que le petit dernier de la fratrie proteste encore derrière. Venez avec nous. Je n'ai rien contre.
    Lorsque mon chéri raccroche, je rigole toute seule.
    -          Pourquoi tu ris, me demande Florent.
    -          Peut-être parce qu'étant à côté de toi j'ai tout entendu.
    -          Ah, ... t'entendais même Gab et Nico ?
    -          Oui, oui.
    Il me sourit puis s'adresse à ses potes.
    -          Les gars, lance Florent, y a Gab et Nico qui rappliquent. Tristan tu avais raison tout à l'heure, d'après Gab, Nico te ressemble et je serais en colère si je savais tout ce qu'il fait.
    -          Ah tu vois, répond Tristan avec un sourire satisfait.
    Deux minutes plus tard, Nicolas, sa copine, Gabriel arrivent. Jules et Ludo les voient en premier.
    -          J'y crois pas, disent-ils à l'unisson.
    Florent et Tristan se tournent aussi. Ils restent bouche bée. Tout ça pourquoi ? Parce que la copine de Nicolas est loin d'être moche. Jalouse, je tape dans le dos de mon chéri.
    -          Ça va, ne te gêne surtout pas, dis-je à son oreille.
    -          Calme, Camille, t'es plus jolie qu'elle me chuchote-t-il pour ne pas que les deux gugusses entendent. C'est juste que je suis surprise que Nico ait réussi avec elle. Ça fait des années que tous les mecs du camping essayent.
    -          Merci je sais qui c'est cette pouffiasse, dis-je avec mépris.
    -          Eh mec, dit Tristan à Florent, là c'est l'élève qui dépasse le maître.
    On sent de la jalousie dans sa voix. Mais le pire, c'est quand ma jumelle qui était entre moi et Tristan, change de place pour aller à côté de Gabriel. Là, la jalousie, on la voit aussi dans ses yeux. Je vous explique. Dans l'ordre, il y a Maëlle, Gabriel, Flo, moi, Tristan, Ludo, Jules, Nicolas et sa copine, qui je le sais se prénomme Noémie. Sauf que clairement, les trois filles que nous sommes sont devenues invisibles. Les garçons parlent entre eux. En plus Ludo et Jules sont macho à fond, et Tristan, même si je le soupçonne de faire attention pour se faire pardonner et pour plaire à Maëlle, n'est guère mieux. Nicolas parle comme lui. En effet, on dirait l'élève de Tristan. Et pour reprendre la phrase de ce dernier, c'est l'élève qui visiblement dépasse le maître.  Florent en vert de voir son petit frère ainsi. Gab sourit, mais on ne le sent pas passionné par la conversation. Noémie est sur son portable. Moi, ne supportant pas ce genre de situation, j'envoie un message à ma jumelle. Je lui explique ce que je compte faire. Elle me renvoie un « ok, ça marche, excellente idée ». D'un coup je me lève.
    -          Camille, tu vas où, me lance Florent d'une voix qui trahit sa peur que je parte.
    -          Me baigner, pourquoi tant de véhémence dans ta voix, tu as eu peur que je parte ?
    -          Un peu, oui, avoue-t-il à demi voix ...
    -          En même temps, vu ta tête, je le comprends, réplique Tristan à mon attention, il a eu peur que sa ...
    -          Ta gueule !, hurle Maëlle à son attention.
    Elle est rouge de colère. Le connard, il allait dire « sa copine » ! Je lui jette un regard noir. Maëlle se lève à son tour. Au regard apeuré de Gabriel, elle lui dit qu'elle va se baigner. Après, elle dit à Tristan d'arrêter de la draguer, qu'il perd son temps. Outch ! Il ne s'y attendait pas. Dans ces moment-là, j'adore la franchise de ma jumelle. La tête qu'il tire c'est trop drôle. Alors que nous partons nous baigner, nous entendons Gabriel dire à Tristan d'arrêter de le regarder avec jalousie. Nous éclatons de rire toutes les deux. Ma sœur me demande alors pourquoi Noémie ne nous a pas suivies. Je lui explique qu'elle sait parfaitement que je ne la supporte pas et que je pense que c'est une pouffiasse. Après quelques longueurs, nous sortons de l'eau et retournons nous allonger sur nos serviettes. Malheur ! Pendant notre absence, la conversation des mecs s'est empirée. Maëlle me regarde. Elle devine parfaitement ce que je m'apprête à faire.
    -          Puisque c'est comme ça, je me casse, lancé-je énervée.
    -          Camille, reste, me supplie Florent.
    -          Désolé Florent mais là j'en preux plus de la présence de certains imbéciles ! D'ailleurs j'en connais un qui ne fait rien pour que j'accepte ses excuses !
    -          Totalement d'accord avec toi Camille, déclare ma jumelle d'un ton froid, moi aussi je pars.
    -          Maëlle, reste, lui demande d'un ton implorant Tristan.
    Elle ne se retourne pas et me suis.
    -          Maëlle !, s'égosille Gabriel.
    Elle se retourne, sourit à Gabriel et fusille Tristan du regard. Le cadet de Florent est content de sa réaction mais il ne devrait pas être si confiant. Ma jumelle a plus d'un tour dans son sac pour remettre en place les gens et à son regard je sens que ça va faire mal, très mal !
    -          Eh ouais mec, lance Gabriel à Tristan, ne sois pas jaloux, mais bon reconnais que t'as la classe ou tu l'as pas.
    La tête de Tristan est trop, trop drôle à voir. Mais ma jumelle n'a pas fini son petit numéro, je sens d'ailleurs dans son regard qu'elle s'amuse. Je le sais, je la connais et ça réplique va vraiment faire mal !
    -          Eh, oh ! Gabriel ! Ne rentre pas dans leur guerre des égos, où alors c'est que tu ne vaux pas mieux.
    Gabriel se décompose. Nicolas se moque de lui.
    -          Ah parce que toi aussi tu veux ta petite réplique cinglante, déclare Maëlle d'un ton sec et agressif.
    Il baisse la tête directement. Elle poursuit :
    -          Si vous voulez, j'ai des répliques cinglantes pour chacun d'entre vous, alors tenez-vous à carreaux, bandes d'immatures !
    Ils sont médusés. Moi je me marre. Nous rentrons toutes les deux à notre emplacement. J'envoie en chemin un sms à mon chéri pour le rassurer, lui dire que je lui en veux pas et que Maëlle ne lui en veut pas non plus. Il me répond aussitôt, mais je me rends compte à sa réponse qu'il est malheureux, gêné par l'attitude des autres. Avec Maëlle nous nous dirigeons vers les douches. Nous croisons Nicolas et Noémie, visiblement ils ont dû partir peu de temps après nous. Il file son chemin dès qu'il voit que Maëlle est avec moi tandis que sa pute s'arrête à notre hauteur.
    -          Camille, je sais que tu me déteste, me dit-elle d'un ton sincère ...
    C'est bien t'es réaliste, mais t'en reste pas moins insupportable, me dis-je.
    -          ... Mais je t'assure que j'ai changé, continue-t-elle alors que je lève les yeux au ciel. Avant, poursuit-elle, j'étais ce que tu penses de moi, mais je m'en suis mordu les doigts cette année et j'ai changé. Je ne suis plus comme ça du tout. T'en fais pas, je ne ferai spas de mal à Nicolas.
    -          Si tu le dis, réponds-je en ne croyant pas une miette de ce qu'elle me raconte, je ne crois pas les paroles mais que les actes. Je verrai à l'avenir si je modifie mon jugement sur toi, dis-je d'un ton froid, alors que Maëlle nous écoute en silence. Par contre crois-moi, reprends-je, si tu fais du mal à Nicolas, ce n'est pas moi que tu dois craindre !
    -          Je sais ... Florent m'en fera voir de toutes les couleurs, et sans doutes que Gabriel et Tristan aussi. Ils sont très proches tous les quatre. Florent est vraiment trop protecteur avec ses frères ...
    Ma connasse, si tu étais moins conne et si tu savais tout ce que je sais tu ne lui reprocherais pas d'être trop protecteur, me dis-je tout en écoutant son discours débile. Maëlle écoute toujours sans rien dire, mais au regard qu'elle me lance et au sourire qu'elle a je sens que la suite de la discussion ne va pas me plaire. Elle a toujours le flair, contrairement à moi, pour deviner ce que les gens vont dire.
    -          ... D'ailleurs, poursuit Noémie à mon attention, vous iriez bien ensemble tous les deux, finit-elle en souriant.
    Je manque de m'étouffer. Aussitôt Maëlle pouffe de rire. Merci la solidarité entre frangine, je vous jure ! Noémie a peur d'un coup d'avoir fait une boulette en voyant nos têtes.
    -          Ne t'inquiète pas, dis-je, j'avoue qu'il me plait bien, continué-je en rougissant, mais comme tu l'as sans doute remarqué, je ne supporte pas ses amis. Je te demande donc une seule chose, tu ne dis rien à personne, pas même à ton cher Nicolas.
    -          Ok, c'est promis.
    Elle s'éloigne tandis que je regrette de lui avoir dit ça. Mais, comme me le fais remarquer ma chère jumelle, si elle dit quelque chose, je saurais vite que ça vient d'elle et je serais fixée sur elle. Avec Maëlle, nous finissons par arriver aux douches. Tous les garçons sont là ... ils ont tous dû rentrer peu de temps après que nous soyons parties de la plage. Lorsqu'ils voient Maëlle, ils se stoppent tous net de mater les filles dans les files d'attentes. Sauf mon chéri bien sûr puisqu'il n'était pas en train de faire comme eux, heureusement pour lui d'ailleurs ! Respect à ma jumelle, comme ils sont trop soumis ! ça me fait bien rire. Florent m'adresse un sourire que je lui rends. Plus tard, alors que je mange avec ma sœur avant d'aller à la danse bretonne, quelqu'un vient nous voir.
    -          Camille t'es là ?
    C'est mon chéri ! Maëlle s'éclipse dans sa toile et moi, je me jette sur Florent et l'embrasse passionnément. Nous n'avons presque pas été que tous les deux aujourd'hui et ça m'a manqué.
    -          Moi qui venait me faire pardonner, je vois que c'est inutile, dit-il en riant.
    -          Je te l'ai dit mon ange, je n'ai rien à te reprocher. Si ce n'est peut-être d'avoir un peu trop regardé cette pouffiasse de Noémie quand elle est arrivée, mais c'est oublié.
    -          Je la déteste, même si j'admets volontiers qu'elle n'est pas moche, enfin rassure-toi, elle n'atteint pas ta perfection ma belle.
    Je souris et l'embrasse chastement.
    -          D'ailleurs tout à l'heure je vous ai vu parler toutes les deux et j'ai été étonné, surtout que Maëlle riait.
    -          Elle se moquait de moi la bourrique !, dis-je en riant. D'ailleurs faut que je lui en reparle. A cause d'elle, j'ai dit un truc à Noémie que je regrette ... enfin comme ma chère jumelle m'a dit si elle ne tient pas sa promesse je m'en rendrais vite compte. En fait, dis-je ne voyant la tête perdue de Florent, elle m'a dit qu'elle a changée et que jamais elle ne ferait du mal à ton frère, mais je lui ai dit que je ne crois que les actes paroles ...
    -          Encore une qui va devoir faire ses preuves, me dit-il en souriant.
    -          Tout à fait. Après je lui ai dit que si elle faisait du mal à Nicolas ce n'est pas moi qu'il fallait qu'elle craigne mais toi, elle m'a répondu qu'elle le savait. Puis elle a ajouté qu'on irait bien ensemble, c'est là que ma sœur s'est mise à rire. Du coup je lui ai dit que je te trouvais mignon. Je lui ai fait promettre de ne rien dire à personne, pas même à Nicolas. Je n'ai pas trop confiance, donc je regrette, mais en même temps je vais vite être fixée sur le fait de savoir si elle a changée ou pas. Et puis nous n'allons pas pouvoir se cacher éternellement et j'ai comme l'impression que Nicolas ne sera pas le dernier à le découvrir, ça m'a l'air d'être un fouineur et un observateur.
    -          J'avoue t'as pas tort, me dit-il en riant, Nico on lui cache jamais quelque chose bien longtemps, par contre lui, c'est le roi des cachoteries ... J'espère juste que les gars seront pas trop vache avec toi.
    -          Je l'espère aussi. Sinon j'adore comment Maëlle les a remis en place. J'en connais un qui a la trouille d'elle maintenant.
    -          Ah bon, qui ?
    -          Nicolas. Il était avec Noémie tout à l'heure mais dès qu'il a vu ma sœur, il est parti sans demander son reste.
    -          Ça ne m'étonne pas, ... par contre, si Nico se méfie d'elle, les autres, ils l'ont trouvé craquante à s'énerver comme ça, alors qu'elle se méfie.
    -          Peut-être mais quand nous sommes arrivées à la douche, ils ont tous arrêter de mater dès qu'ils l'ont vu.
    -          Qu'elle se méfie quand même. Surtout Tristan, parce qu'il n'aime vraiment pas quand on le remballe comme elle l'a fait. Et Gab s'est lancé le défi de l'avoir avant lui. De vrais gamins ! En plus ça m'étonne de Gab, ce n'est pas son genre, et surtout pas contre Tristan, d'habitude ils s'entendent pas et là ça les rapprocherait presque ... Ah moins que mon cadet soit vraiment attaché à Maëlle, ...
    -          Auquel cas, il va souffrir, Maëlle ne veut ni de l'un ni de l'autre.
    -          En tout cas dis-lui d'être méfiante. T'en fais pas pour Gab, je serais là pour le remettre sur pied s'il est déçu.
    -          Ok je vais lui dire. Bonne soirée mon cœur.
    -          Bonne nuit même ma belle, je ne pense pas pouvoir venir te voir ce soir, dit-il triste.
    -          Ne t'en fais pas. Demain faut vraiment qu'on se voit tous les deux ...
    -          Promis ma belle.
    Nous nous embrassons puis il part. Ma jumelle m'attend dehors devant ma tente à côté de ma voiture. Nous montons dans la voiture et nous rendons à la danse bretonne. Là-bas nous nous amusons comme des petites folles ! Dommage que Flo ne soit pas là. Lorsque nous rentrons, le portail du camping est encore ouvert. Nous rentrons donc et fatiguées, nous allons nous coucher. 
     
     
     
     
    Petit mot de l'auteure :
     
    tout d'abord désolé de cette longue et même très longue attente. C'est malheureux à dire mais avec les cours je n'ai plus le temps de recopier mes chapitres pour vous les poster. Ils sont pourtant tous écrits à la main au brouillon. C'est très frustrant pour moi de ne pas avoir le temps de vous les mettre en ligne. Ma résolution de 2015, c'est de trouver du temps pour poster des chapitres plus régulièrement, reste à savoir si je vais pouvoir tenir ma promesse.
     
    Pour les questions : 
    - Que pensez vous du chapitre ? (forme, style d'écriture, longueur ?)
    - La matinée plage de Camille et Maëlle, et la rencontre avec Gabriel, puis avec Nicolas ?
    - Le caractère Gabriel et Nicolas ?
    - Tristan qui découvre pour Camille et Florent ? vous pensiez que ça se ferait comme ça ?
    - L'après-midi plage ? Nicolas qui ramène la pouffiasse de Noémie (d'ailleurs vous en pensez quoi d'elle ?), Tristan qui manque de dévoiler aux autre sla relations Florent-Camille ? Le caractère de Maëlle ?
    - Et que pensez-vous de la discussion Florent-Camille à la fin ?
     
    en espérant que ce chapitre vous a plu. Je vous dis à bientôt pour le chapitre 24. 
    .
    ..
    ...
    ....
    .....
    ......
    .......
    ......
    .....
    ....
    ...
    ..
    .
    Petit avant gout du chapitre 24 qui sera un peu moins long : un moment entre Camille et Florent, ... Mario qui réapparaît et une fois de plus pour foutre la merde !, ... Tristan qui semble s'assagir ^^, ... Maëlle qui met les points sur les i avec certains, ... une longue discussion sérieuse entre Florent et Camille, ... Florent va encore avoir des problèmes avec son père ... et aussi un moment entre nos deux sœurs jumelles, qui apprennent petit à petit à vivre ensemble, bien qu'elles aient encore du mal à se voir comme des sœurs et non comme des meilleures amies comme c'était avant ... 
     
    Bonne année à vous tous. :) 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :