• L'été où ma vie a basculée (chapitre 22)

     
    CHAPITRE 22
      

    CHAPITRE 22 : Juillet 2013, 3e semaine de vacances, Dimanche
     
                    Le lendemain matin, il est 9h50 lorsque je me réveille. Je ne dois pas être discrète car Florent ouvre les yeux à son tour. Je me sens toute bizarre. Et me remémore la folle nuit que j'ai passée avec mon chéri. Nuit qui d'ailleurs explique mes douleurs matinales. Sa petite bouille tout endormie qui me regarde c'est trop adorable, trop mignon. Nous nous embrassons amoureusement, tendrement puis nous nous habillons. Je rentre ensuite à ma tente. Mes parents sont visiblement partis. Cela m'arrange beaucoup. Je vais prendre ma douche après avoir pris mon petit-déjeuner. Puis je passe le reste de ma matinée à la plage où je pense à ma s½ur. J'ai tout à coup peur qu'elle ne puisse pas venir. Vers midi, je croise mon mec et ses copains. Je lance un bonjour. Seuls Florent et son pote qui a des doutes me répondent. Les autres non. Je leur lance un regard noir. Mes parents m'attendent devant mon emplacement en discutant avec une voisine. Ils me demandent de bouger ma voiture, de la mettre à l'extérieur et de rentrer la leur le temps qu'ils chargent. J'exécute aussitôt. Ils commencent à mettre des trucs dedans puis nous nous installons pour déjeuner ensemble. Pendant le repas, j'annonce la nouvelle à mes parents.
    -          En début d'après-midi, je vais chercher Maëlle à la gare.
    -          Quoi ?! s'exclament mes parent sà l'unisson.
    -          Je vais chercher ma jumelle à la gare à Auray.
    -          Mais elle n'a pas le droit de sortir sans prévenir ses parents, déclare ma mère.
    -          Elle est seule ce week-end, donc elle a décidé de venir.
    -          Combien de temps, demande mon père.
    -          Une semaine sur. Plus peut-être et même sans doute. Elle préviendra ses parents lorsqu'elle sera arrivée ici.
    -          En somme elle fugue, déclare mon père.
    -          Du tout. Elle est majeure, elle fait ce qu'elle veut de ses vacances. Et puis elle avait déjà prévu de venir avant que toute cette histoire ne commence. Elle était en train de négocier pour pouvoir venir.
    -          D'accord, disent mes parents.
    -          Elle arrive à 15h32, je pars à 15h. Ma voiture est déjà dehors c'est parfait.
    -          Ok mais je te rappelle que tu ne dois pas revenir à l'emplacement de l'après-midi pour qu'on prépare ta surprise.
    -          Oui je sais. Après la vaisselle, je prépare mon sac de et file à la plage pour attendre l'heure d'y aller. Et quand nous allons rentrer elle laisse ses affaires dans la voiture.
    -          Tu vas te garer où ? sur le parking de l'entrée ce n'est pas très sécurisé, me dit ma mère.
    -          Florent m'a proposé de me garer sur son emplacement vu que ses parent ne rentrent que lundi.
    -          D'accord, je te la ramènerais sur l'emplacement avant que vous ne reveniez ici toutes les deux, déclare mon père.
    -          Ça marche, dis-je avant de finir mon assiette.
    Nous prenons le dessert et le café puis ils me dispensent de vaisselle, expliquant avoir besoin de plus de temps que prévu. C'est sympa de leur part. Je prends donc mon sac de plage avec mon drap de plage, mon livre, mon petit cahier bleu et un stylo, ma crème solaire, mon paréo. J'enfile mon maillot de bain puis un débardeur bleu comme mon maillot et un short en jean. J'attrape aussi mon sac à main avec mes papiers, mon portable, mes clés, mes lunettes de soleil. Une fois à la plage, j'envoie un sms à Florent pour lui dire qu'on se retrouve à 15 heures sur le parking, à ma voiture. Puis j'en envoie un à Maëlle lui souhaitant bon voyage. Alors que je bronze tranquillement, les trois abrutis viennent m'enquiquiner comme toujours. Enfin celui qui a des doutes pour moi et Florent, ne dit rien. Mais je ne suis absolument pas d'humeur à les supporter. Ils semblent le remarquer et après le rituel des moqueries, ces trois gamins me demandent si je n'ai pas vu Florent. Je leur réponds que non et que je ne vois pas pourquoi ils me posent la question. Le pote de Flo qui a des doutes lève les yeux au ciel. Je comprends alors qu'il est vraiment sur et qu'il attend de nous prendre en « flagrant délit » pour nous le dire. Ils s'éloignent ensuite, pour mon plus grand plaisir. Vers trois heures moins vingt, je quitte la plage pour me rendre à ma voiture. Elle me dit bonjour en clignotant lorsque je l'ouvre à distance avec ma clé. Il est 14h50. Je reconnais que j'ai plus que hâte de retrouver Maëlle. Mais je suis bien consciente que j'ai plus le ressentiment d'aller chercher une amie qu'une s½ur à la gare. Cinq minutes plus tard, Florent arrive. Nous nous embrassons à l'abri des regards dans ma voiture, puis je démarre. Durant tout le trajet, nous discutons. Nous arrivons à la gare d'Auray à 15h22, avec 10 minutes d'avance. Je stresse trop. Florent me rassure. Puis, sans que je ne m'y attende, il me parle de sa famille. Sa mère à une maladie grave et si ses parents sont rentrés, c'est également pour qu'elle passe des examens. Je suis triste pour lui. Il m'explique qu'à cause de cela, il a suivi des cours par correspondance à la fac pour sa première année en STAPS, car avec ses frères il s'occupe beaucoup de leur mère. Puis au moment où la voix de la gare annonce l'arrivée du train de Maëlle dans deux minutes, il se tait. Je comprends qu'il n'en reparlera pas tout de suite, mais je m'en fiche, il m'en a parlé et ça prouve qu'il me fait confiance et que je compte pour lui. C'est ça qui est important. Il me dit qu'il m'attend à la voiture. Je pars donc seule sur le quai pour accueillir ma frangine. Lorsqu'elle descend du train, elle crie mon prénom en me voyant. Je fais de même en courant vers elle, trop heureuse de la retrouver. Puis pendant quelques secondes, je réalise que ce n'est pas une de mes meilleures amies devant moi mais ma s½ur jumelle. Aussitôt je chasse cette pensée perturbante bien qu'elle soit réaliste.
    -          Salut la miss, me lance-t-elle joyeuse.
    -          Salut Maëlle. Tu as fait bon voyage ?
    -          Oui et toi, ça va ?
    -          Ça va. On y va ?
    -          Ok.
    Je l'aide à porter ses bagages.
    -          Il n'est pas là ton homme parfait ?
    -          Si, il nous attend à ma voiture, il a préféré nous laisser nous retrouver toutes les deux.
    -          Ok. ... Oh mon dieu, dit-elle ne arrivant près de ma voiture où Florent nous attend appuyé contre la portière en sifflotant au soleil.
    -          Fini ta pensée, dis-je à ma s½ur.
    -          Je comprends mieux pourquoi il a réussi à briser ta barrière contre les mecs.
    -          Pas touche la miss, il est à moi dis-je en riant.
    -          T'inquiète Camille.
    -          Maëlle, je te présente Florent, mon chéri, dis-je à ma s½ur. Flo, je te présente Maëlle, ma jumelle, continue-je avant d'embrasser mon mec.
    Il met les bagages de ma frangine dans le coffre puis nous rentrons au camping. Ma jumelle est anxieuse, je le sens. Je me gare sur l'emplacement de Florent, envoie un sms à mes parents pour leur dire que nous sommes arrivées, puis nous allons tous les trois à la plage. Maëlle qui est d'ordinaire très bavarde, s'enferme dans un silence timide. Florent se sent rapidement de trop, bien que je lui affirme le contraire. Le pauvre. Il doit peu de temps après retourner au camping pour ranger un peu avant le retour de ses parents et l'arrivée de ses frères demain matin de bonne heure. Il me dit aussi qu'il faut qu'il appelle ses frères pour savoir comment cela se passe avec leur père. J'en déduis au ton qu'il emploi que c'est souvent compliqué entre eux. Il semble anxieux à l'idée de m'en dire plus pour que je comprenne mieux. Mais je le lui épargne en le serrant dans mes bras avant de l'embrasser et de lui souhaiter bon courage, tout en lui disant qu'il m'en parlera quand il se sentira près. Alors que nous sommes plus que toutes les deux et que nous bronzons après avoir été nous baigner, ma jumelle retrouve peu à peu la parole. Elle est en mode chasse aux beaux mecs. Elle me fait rire. Vers 16h, Florent m'appelle pour savoir si nous voulons sortir ce soir. Je demande à Maëlle. Ma s½ur me répond oui avec un grand sourire. Ça fait plaisir de la voir ainsi. Mais ce regard heureux, joyeux, disparait lorsque mes, enfin nos parents me téléphone pour me dire que nous pouvons rentrer à l'emplacement. Il est alors presque 18 heures. Bous rentrons donc au camping. Maëlle stresse énormément. Je tente de la rassurer comme je peux étant moi-même inquiète. Nous croisons Florent qui nous adresse un sourire d'encouragement auquel je réponds par un sourire timide. Lorsque nous arrivons devant notre emplacement, j'ai un choc ! La grande toile de tente a disparue au profit de deux petites, enfin deux moyennes. Les parents (j'ai encore du mal à dire « nos ») nous attendent souriant auprès de ma voiture qu'ils ont ramenée et dont ils ont enlevé les bagages de Maëlle pour les mettre dans sa toile de tente.
    -          On peut m'expliquer ?, demandé-je en oubliant de présenter Maëlle.
    -          Bien-sûr, me dit ma mère, nous partons ce soir et ne revenons pas des vacances, mais toi tu restes, enfin vous restez toutes les deux jusque fin août comme prévu.
    -          Oh pardon, je n'ai pas fait les présentations. Je vous présente Maëlle, dis-je à mes parents.
    -          Enchantée, leur dit ma jumelle.
    -          Nous de même, lui répond notre père, nous sommes heureux avec ma femme de vous voir enfin en vrai. Et nous sommes désolés de ne pas avoir trouvé de toile de tente identique à celle que nous avions prise pour Camille.
    -          Ce n'est pas grave, les rassure ma s½ur.
    Alors que je reste muette, toujours surprise par l'annonce des parents, Maëlle discute avec eux et le courant passe plutôt bien ce qui me rassure. Ils expliquent que les démarches ne sont pas finies et que c'est plus commode de rentrer à la maison que de faire des allers et retours sans arrêt. Une fois la rencontre passée, nous allons toutes les deux à la douche. J'en profite pour lui signaler que personne ne doit savoir pour Flo et moi, surtout pas ses potes. Elle me rassure et promet de ne rien dire. Ensuite nous rentrons manger à la tente avec les parents. Vers 21 heures ils doivent partir pour ne pas rentrer trop tard. Avec Maëlle, nous les accompagnons à l'entrée du camp, sur le parking extérieur, où ils ont garé leur voiture. Après les au-revoir dans une ambiance particulière, nous retournons à notre emplacement pour nous préparer pour aller en boite. A 23h, nous retrouvons Florent et les trois abrutis, à mon plus grand malheur, sur la piste de danse. Florent m'avoue qu'il était au courant pour la surprise. Il me demande si ça ne me dérange pas. Je le rassure : ça m'est égal que ma maman l'ait mis dans la confidence. Nous nous éclatons tout le reste de la soirée en faisant attention bien-sûr à ce que les potes de Florent ne nous voient pas trop proches. Maëlle semble s'entendre aussi bien que moi avec les trois abrutis. Ce qui me fait plaisir. Vers 1 heure, nous rentrons toutes les deux. Florent est plus loin avec ses copains. J'aurais bien dormis avec lui, mais ses parents et ses frères arrivent de bonne heure demain matin. Néanmoins, je ne me couche pas tout de suite. Je discute avec Maëlle avant qu'elle n'aille dans sa toile pour dormir. Il est environ 2h lorsque nous nous séparons. Ma nuit est un immense rêve où Florent occupe une immense place. D'ailleurs la place qu'il occupe dans mon c½ur est toute aussi grande. L'attitude de ma jumelle me rassure. Elle est en mode repérage de mecs, donc elle a oublié son connard d'ex ! 
     
     
    Aujourd'hui pas de petites question mais j'attends vos avis en tout genre sur ce chapitre. Pardon, mille pardons pour le retard. Sachez que tous les chapitres sont écrits (au brouillon, à la main) jusqu'au 53 que le 54 est super bien avancé et qu'après il ne reste que le 55 et l'épilogue. Donc même si je tarde, j'ai pas l'intention de tout abandonner. Et j'adore lire vos commentaires sur les chapitres (sur mon écriture ou sur l'histoire en elle-même). 

    Merci de lire ma fiction :) je vous aime mes lectrices, mes lecteurs.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :