• L'été où ma vie a basculée (chapitre 21)

     
      
    CHAPITRE 21 : Juillet 2013, 3e semaine de vacances, Samedi
     
    Le lendemain matin, je me réveille de bonne heure et de bonne humeur, malgré ma courte nuit. Après un petit déjeuner copieux, exceptionnellement j'ai faim, je vais me préparer. Douche, soin et crème visage et corps, maquillage léger, coiffure. Une fois préparée, j'envoie un message à mon chéri pour savoir s'il veut qu'on aille au marché ensemble. Il me répond une bonne heure après en disant que je l'ai réveillé et qu'il sera prêt dans dix minutes. Je m'excuse puis passe le chercher avec ma voiture. Il monte à côté de moi, m'embrasse furtivement, boucle sa ceinture. Puis nous y allons en priant pour ne croiser aucun de ses potes dans le camping. Au marché, nous sommes tranquilles, ils n'y vont jamais. Je me gare sur le grand parking à l'entrée du bourg. Nous nous tenons par la main, comme des amoureux. Je m'arrête sur un stand où ils vendent des petites babioles. Florent me dit qu'il va un peu plus loin. Je sens à sa voix qu'il mijote quelque chose ... J'en profite pour lui prendre un petit porte-clés avec un c½ur et un drapeau breton. Puis je le rejoints plus loin. Il affiche un sourire radieux et satisfait. Je me demande bien ce qu'il me prépare. Il ne veut rien me dire le coquin !  Ensuite nous allons nous balader sur le port. Lorsque nous rentrons au camping, il n'est que 11 heures. Du coup, nous décidons d'aller à la plage, à la crique des amoureux. Je prends avec moi le petit cadeau que je veux lui offrir. Nous nous installons tous les deux côte à côte. Assis, nous regardons le paysage qui s'offre à nous. Je lui tends le petit paquet. Il me regarde étonné puis ouvre l'emballage. Lorsqu'il découvre le porte-clés, il me sourit avant de me remercier.
    -          De rien mon p'tit Flo d'amour. L'idée m'est venue ce matin. Quand je suis passée te prendre, j'ai entendu parler de voiture.
    -          J'ai reçu ma réponse de permis hier, dit-il. Mes frères m'ont appelé dès qu'ils ont vu la lettre dans la boite. Ils étaient tout content de pouvoir l'ouvrir à ma place, fini-t-il en riant.
    -          Félicitations mon amour, lui dis-je avant de l'embrasser.
    -          Merci. Aujourd'hui mes parents rentrent pour aller me chercher ma voiture et aussi pour aller chercher mes frères qui sont restés à la maison.
    -          C'est donc pour ça que je les ai vus monter deux autres toiles de tentes !
    -          Oui, avec mes frères on a chacun notre toile. Pour le plus jeune, c'est la première année qu'il ne va pas dormir dans la caravane. Il attend ça avec impatience.
    -          Il a quel âge ?
    -          16. Je n'ai jamais compris pourquoi il ne l'a pas eu à 14 ans comme nous. Mon autre frère à 17 ans.
    -          La vache ! Un an d'écart.
    -          Bah avec moi aussi.
    -          C'est vrai dans ma tête t'as 19 ans comme moi, mais non, t'es petit, dis-je en riant alors qu'il me frappe gentiment le bras et fait mine d'être vexé.
    Pour me faire pardonner, je l'embrasse amoureusement.
    -          C'est bizarre, je ne me rappelle même plus de leur tête.
    -          Ça ne m'étonne pas. Tu ne serais pas la première à nous prendre pour des jumeaux avec Gab. Enfin quand était petits c'était flagrant. Un peu moins maintenant. Nico, lui il est plus petit que nous un peu mais nous ressemble beaucoup aussi. Mais faut pas lui dire, il complexe avec sa taille et se trouve trop petit. Ils arrivent lundi.
    -          Ok, dis-je en pensant que ça ne va pas être facile de se cacher.
    -          Eh ne t'inquiète pas comme ça. Ils n'ont pas le même caractère que les mecs. Même si Nico s'entend très bien avec Tristan. ... Tiens, moi aussi j'ai un cadeau pour toi.
    Il me tend un paquet que j'ouvre avec délicatesse. C'est une chaîne en argent avec un pendentif en forme de c½ur et un autre où c'est écrit « forever ».
    -          Merci mon amour, c'est magnifique, dis-je en admirant le bijou.
    Il me le prend des mains et me l'attache autours du coup avant de poser ses lèvres contre les miennes tout en caressant mon dos de ses douces mains. Puis nous rentrons car il est l'heure de déjeuner. Dans l'après-midi, je vais à la plage alors que Florent est avec ses potes. Je n'ai rien dit, mais j'ai l'impression qu'il y a une histoire de famille qui le hante. Je m'en suis rendue compte quand il a parlé de ses frères. Après m'être baignée, je m'allonge sur le ventre. Sophie me téléphone. Elle est avec Kevin, Debora et Morgane. Ils sont à l'ombre d'un grand arbre dans un des parcs de Rennes. Apparemment ils s'éclatent. Puis Sophie me parlent d'une surprise qu'ils vont me faire à la rentrée, enfin surtout Morgane. Je ne suis pas rassurée surtout si c'est une idée de Morgane. Mais Debora et Morgane lui disent de se taire alors je n'en sais pas plus. Kevin suggère même que ça attende mes 20 ans ! Alors là ça me ferait presque paniquer surtout que cette proposition a l'air de ravir Morgane. J'ai intérêt d'être vigilante. Je flaire la connerie à 3 000 km !  Ça va être ma fête je le sens.
     
    J'étais bien loin de m'imaginer ce qui s'est passé à mon anniversaire. Il y a eu une belle surprise et aussi des conneries, bien évidemment. Merci Morgane ! ^^
     
    Au final je ne saurais rien de ce qu'ils mijotent dans mon dos. Sophie s'inquiète de mon moral. Je lui dis que ça va mais elle ne me croit qu'à moitié. Je lui dis que ma jumelle arrive bientôt normalement. Elle devine que je veux lui parler d'autre chose mais vu qu'elle n'est pas seule je préfère la rappeler plus tard. Nous raccrochons toutes les deux au bout de deux heures de conversation ou presque. Je retourne me baigner. Alors que je somnole sur ma serviette, mon téléphone sonne de nouveau. C'est ma s½ur jumelle.
    -          Allo Camille ?
    -          Oui Maëlle, pourquoi tu chuchotes ?
    -          C'est bon, dit-elle en parlant normalement, ils sont partis pour le week-end.
    -          Ok je comprends. Ça va sinon ?
    -          Oui, je me sens libre depuis que la porte a claqué.
    -          Je vois. Tu arrives quand du coup ?
    -          Demain après-midi. Et toi ça va ?
    -          Ça va. Mes parents se comportent de nouveau normalement et je m'entends à merveille avec mon adorable Florent.
    -          Vivement que j'arrive pour que tu me raconte tout.
    -          T'inquiète. Je n'y manquerais pas. D'ailleurs, bonne nouvelle pour toi, mon homme parfait a ses frangins qui arrivent lundi. J'ai pensé à toi, ils ont qu'un et deux ans d'écart avec Flo.
    -          Ha, ha, ha ! J'ai hâte de faire mon repérage. D'ailleurs j'ai reparlé avec Adrien. Il ne m'en veut pas.
    -          Cool ! ça va être top la semaine prochaine. En plus les parents partent dimanche soir du coup on va être toutes les deux toute la semaine. Après ils reviendront qu'ils m'ont dit.
    -          Ah génial ! On va pouvoir s'éclater.
    -          Comme tu dis. Enfin je t'attends pas, ce soir bowling et après j'espère dormir avec mon chéri.
    -          Sans que les parents ne se rendent compte que tu ne rentres pas. C'est risqué. Tu joues avec le feu.
    -          Je sais. Tu arrives quand  demain ?
    -          Mon train arrive à 15h32 et après taxi.
    -          Mais ça ne va pas la tête ! Je viens te chercher ! C'est à Auray ou Vannes que tu arrives ?
    -          Auray.
    -          Ok. Alors je viens te chercher pour 15h32 demain.
    -          D'accord tu le dis à tes parents ou pas ?
    -          Bah ouais, demain midi au moment de partir te chercher.
    -          Ok ça marche. De toute façon il va bien falloir que je les vois.
    -          Allez Maëlle, ne t'inquiète pas. Et puis tu vas juste leur dire bonjour à mon avis car il reparte dans la soirée et ils me font une surprise donc je n'ai pas le droit d'aller à l'emplacement de l'après-midi. On ira à la plage, peut-être avec Flo. Si ça ne te dérange pas.
    -          Pas de souci. J'ai hâte de voir celui qui a réussi à briser ta barrière de défense contre la gente masculine, dit-elle en riant.
    -          Ne te moque pas.
    -          D'accord. Je te laisse, je vais faire ma valise. A demain.
    Une fois mon téléphone rangé, je reste encore une petite heure à la plage avant de rentrer pour me préparer pour la soirée bowling avec Florent et ses potes. Je ne sais pas ce qu'il leur a raconté pour qu'ils acceptent que je vienne. A moins que ... Florent m'a dit qu'un de ses potes, Tristan,  a des doutes sur nous deux. Du coup le mot d'ordre c'est discrétion. Peut-être que c'est aussi ce qui a poussé le dit Tristan à accepter ma venue. Pour les autres, ça reste un mystère. Je les rejoints là-bas. Dès que j'arrive, le dit Tristan me regarde d'un air suspicieux. Ok, me dis-je, Florent a raison. La soirée se déroule sans incident. J'en suis ravie et étonnée à la fois. Mais subissant toujours le regard du dit Tristan, je préfère rentrer toute seule. Les laissant donc prendre un dernier verre entre mecs au bar du bowling. Il n'est pas si tard. Mon portable m'indique 23h10. J'envoie un sms à Sophie pour lui expliquer ce que je ne lui ai pas dit au téléphone, soit lui parler de Florent. Je sais qu'elle doit dormir. Pas grave, elle me répondra demain. Puis j'entre dans la tente, coupe le son de mon téléphone, pose mon sac après y avoir remis le portable. J'entends les mecs qui rentrent. Y en a deux qui doivent encore être bien ivres vu le bruit qu'ils font. Je sors pour aller aux toilettes, juste après qu'ils soient passés. Seulement, dans le noir, je n'ai pas remarqué que Florent m'a vue en se retournant vers mon emplacement. Du coup, comme hier soir, il arrive dans mon dos et me glisse un bisou dans le cou après avoir passé ses mains autours de ma taille. Je me tourne vers lui et nous nous embrassons avec passion. J'en oublie totalement qu'on peut nous surprendre. Il glisse ses doigts sous mon tee-shirt alors que je gémis sous ses caresses délicates tout en passant mes doigts dans ses cheveux. Collés l'un contre l'autre nous continuons de nous embrasser. Le désir entre nous est palpable. Je glisse ma main sous son tee-shirt et parcours son torse. Il me parait vraiment plus musclé que ce que je l'imaginais. Il parait surpris par mon geste. Il me regarde amoureusement. Au même moment, nous entendons la voix de Tristan qui visiblement cherche Florent. Je me cache à temps pour ne pas qu'il nous voit ensemble. De loin je n'entends pas tout mais on dirait qu'ils parlent de moi. Tristan est sûr que Florent lui cache quelque chose malgré ce qu'il lui prétend. Mince il nous a grillés, me dis-je. Mais il n'insiste pas et repart. J'attends un peu avant de retourner voir mon chéri.
    -          T'es toujours là ma belle, me chuchote-t-il en souriant.
    -          Eh oui mon ange ... Dis-moi, il nous espionne ou quoi ?
    -          Fort possible. Et je suis sûr qu'il va revenir pour être sûr que je ne lui ai pas raconté n'importe quoi. On y va ?
    -          Où que nous allions, je te suis mon c½ur, dis-je en me blottissant contre lui.
    Nous arrivons quelques minutes plus tard devant sa tente. J'aurais pensé que nous irions à la plage avant qu'il ne m'amène à sa tente mais qu'importe. Je n'ai pas envie d'être séparé de lui. Il m'invite à l'intérieur. J'y entre avec grand plaisir. Avant toute autre chose, je lui demande s'il veut bien m'accompagner chercher ma s½ur à la gare d'Auray demain en début d'après-midi.
    -          Bien sûr jolie Camille que je t'accompagne. On ira à la plage après ? A moins que tu veuille rester avec elle.
    -          On verra. J'appréhende un peu les retrouvailles. De toute façon, je resterais garer dehors, vu que mes parents préparent ma surprise.
    -          Tu m'étonne. A oui c'est vrai, ta surprise. Reste pas dehors, vient te garer ici. Mes parents rentrent que lundi.
    -          Ok. Mais j'ai peur.
    Il me prend dans ses bras pour me réconforter en voyant une lame au coin de mon ½il. Il l'essuie délicatement avec son index avant de m'embrasser fougueusement. S'en suit une partie de chatouilles qui finit dans une position gênante. Je tombe à la renverse sur son matelas, et lui au-dessus de moi. Là encore je panique un peu bien que j'ai envie que ça aille plus loin. Lui aussi vu son regard empli de désir. Il me regarde intensément avant de m'embrasser partout sur les joues, les lèvres, le nez, les oreilles, le cou. Il me mordille l'oreille avant de passer, comme quelques temps avant qu'on ne soit dans sa toile, les mains sous mon tee-shirt. Je ne peux réprimer un petit gémissement sous ses délicates caresses. J'ai la trouille qu'on nous entende, mais aussi la trouille de mal faire ou qu'il me trouve moche en me voyant nue. Il fait passer mon haut par-dessus ma tête tout en me susurrant des mots doux au creux de l'oreille. Il est délicat, attentionné, tendre. Un vrai bonheur ! Bientôt il ne nous reste plus qu'un bout de tissu chacun. La température ne cesse de monter dans sa petite toile. Il joue avec mes tétons avec sa langue, ça me rend folle. Alors que nous sommes nus l'un et l'autre, je prends peur en me disant qu'il attend peut-être que je sois plus démonstrative. Mais ne sachant quoi faire, je me contente de lui montrer à quel point ce qu'il me fait me fait du bien. Même si lorsqu'il me pénètre, la douleur est atroce. Peu à peu, le plaisir reprend le dessus et il m'embrasse pour couvrir le bruit de mes gémissements. Nos folies amoureuses continuent jusque tard dans la nuit. Il est aux alentours de 3h du matin lorsque je sombre dans le sommeil, épuisée par le sport de chambre, enfin de toile plutôt.
     
     
     
    Petit mot de l'auteure : 
    Votre avis sur ce chapitre ? bien écrit ? la longueur ?
    la sortie au marché de Camille et Florent ?
    leur petit moment en amoureux à la plage ?
    La discussion entre Camille et Sophie ?
    la discussion entre Camille et Maëlle ?
    La soirée au bowling ? l'attitude de Tristan ?
    La fin de soirée entre Camille et Florent ? 
     
    à bientôt pour la suite des aventures de Camille et merci encore de lire ma fiction :) 



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :