• L'été où ma vie a basculée (chapitre 20)

     

     CHAPITRE 20

    Juillet 2013, 3e semaine de vacances, Vendredi
     
          Le vendredi matin, je me réveille fatiguée. Mes parents sont de très mauvaise humeur, alors je décide d'aller finir ma nuit à la plage. Avant de partir, j'avale un verre de jus d'orange, une tasse de café et une tranche de brioche. Je file ensuite à la douche avant d'aller m'allonger sur le sable tiède de cette matinée ensoleillée. Après, presque 2h de sieste sur le sable, je regarde l'heure. Il est 10h45. Je m'assois sur mon drap de plage et regarde la mer. Cette immensité bleue, si calme m'apaise. Au loin, j'aperçois les bateaux qui sortent du golfe du Morbihan, c'est très joli. J'échange quelques sms avec Kevin, ainsi qu'avec Morgane, qui pour une fois est réveillée avant 11h pendant les vacances. Je pense à ma jumelle et me dit qu'elle ne mérite vraiment pas tout ce qui lui arrive en ce moment comme malheurs. J'attrape mon petit cahier bleu et commence à écrire. Ça me détend d'écrire, et Dieu sait combien j'ai besoin de me détendre en ce moment. Alors que j'hésite à rentrer au camp, les trois gugusses arrivent à la plage. Ça m'aide à me décider d'un coup !
    -          Tiens voilà la moche, lance l'un d'entre eux avant de se marrer.
    -          Non mais comment t'ose aller à la plage, renchéris un des deux autres.
    -          J'avoue que sur la côte d'azur j'aurais de quoi complexer, mais certainement pas ici. En ce qui concerne la maturité, y en a d'autres qui devraient avoir honte ...
    -          Tu n'oses pas parler de nous j'espère, déclare le troisième en cachant tant bien que mal que ma phrase l'atteint vraiment beaucoup.
    -          Quand vous aurez grandi dans vos têtes, vous me ferez signe, dis-je en grimpant sur la dune pour rentrer.
    Je pense qu'ils sont furax. Surtout le troisième. Mais ce n'est pas mon problème. Après tout il n'y a que la vérité qui blesse ! Ils n'ont pas à savoir que j'étais avec Florent hier soir. Sinon je leur aurais bien dis qu'ils n'avaient qu'à rester à Carnac. Ça m'aurait fait des vacances. Le mdi, je déjeune avec mes parents. Ils recommencent à se comporter presque normalement avec moi, donc nos relations sont moins tendues. Visiblement ma surprise va être de taille. J'essaye d'en savoir plus, mais c'est peine perdue : maman tient bon et ne me dévoile rien du tout.
     
    A ce moment-là, je n'avais aucune idée du déroulement de la suite de mes vacances ...  Et si j'avais sû, j'aurais été folle d'impatience !
     
    Je pars ensuite rejoindre Florent devant sa tente. Enfin je ne fais que de passer car il est sur le bord de son emplacement avec les trois abrutis. Il me voit passer et comprend l'heure qu'il est. Je l'entends leur dire qu'il doit partir avec ses parents. Dix minutes plus tard, il me rejoint sur la dune. Cette fois-ci, nous avons décidé d'aller nous promener sur la côte sauvage. Nous allons vers la pointe Er Hourel, par le sentier côtier. C'est un paysage vraiment très beau et très naturel. Nous arrivons au bout de notre balade après une heure de marche. Il fait plus frais sous les pins qui se trouvent au bout de la pointe. Mais c'est très agréable vu la chaleur extérieure. Comme les autres après-midi que nous avons passés ensemble, nous prenons des photos. Nous sommes même surpris de voir une petite mamie se proposer de nous prendre en photo tous les deux. Nous acceptons avec grand plaisir. Elle en prend au moins une dizaine ! Nous la remercions et elle continue son chemin toute souriante.
    -          J'ai l'impression qu'on a égaillé sa journée, dis-je en souriant.
    -          Moi aussi, elle est trop marrante me répond Florent en m'envoyant toutes les photos sur mon portable.
    Sans me vanter, je nous trouve magnifique sur ces photos. Puis nous allons marcher au ras de l'eau sur quelques rochers. Je manque de tomber à deux reprises, du coup Flo me serre contre lui.
    -          Bah Camille, tu marches super bien sur les rochers d'habitude, me dit-il moqueur.
    -          J'avais envie que tu me prennes dans tes bras et ça a marché dis-je en riant toute contente que ma petite idée ait fonctionnée.
    Nous nous asseyons ensuite sur le petit muret qui fait tout le tour de la pointe. Enlacés, nous regardons la mer en nous chuchotant des mots doux. Ses baisers dans le cou me donnent des frissons de bonheur. Une bonne demi-heure plus tard, nous nous décidons à rentrer vers le camping. Nous marchons main dans la main en riant.
    -          J'aimerais bien te voir sourire comme ça plus souvent, me lance Florent au détour de la conversation.
    -          T'en fais pas mon chéri, ça va revenir. Déjà mes parents se comportent à nouveau normalement avec moi, et puis ma jumelle arrive bientôt. Et là ça sera différent avec elle ça sera forcément joyeux. Avec elle je suis encore plus folle qu'avec Melinda.
    -          Hâte de voir ça ma belle, me dit-il en me souriant affectueusement avant de me voler un baiser.
    -          Moi aussi j'ai hâte qu'elle arrive, au moins j'aurais la certitude qu'elle va bien.
    En arrivant au camping, nous nous séparons. Comme toujours, pour ne pas être surpris ensemble. Mes parents sont à la toile lorsque j'arrive. Visiblement, ils repartent. Ça m'arrange. Je prépare mon sac de plage et mes affaires pour aller à la douche sur mon matelas. Arrivée sur la dune, je repère sur la plage un petit trou assez grand pour que je m'y installe. Je descends les escaliers et m'y rend. Quelques minutes plus tard, alors que j'allais aller me baigner, Florent m'envoie un message. Il veut savoir si je veux aller à la plage de la petite crique des amoureux avec lui. Je lui réponds que j'arrive dans cinq minutes. Lorsque je le rejoins, il est à moitié endormi sur son drap de plage.
    -          Alors mon chou, ça fatigue la marche à pied, dis-je en me baissant pour lui faire un bisou.
    -          Non mais je me repose pour être en forme ce soir.
    -          Pourquoi ce soir ? dis-je tout un installant ma serviette au ras de la sienne.
    -          On va à la boite de nuit de Loc avec les gars, tu veux venir ?
    -          J'avais prévu d'y aller, dis-je en souriant.
    -          Cool ! J'espère que les mecs ne seront pas trop pénibles avec toi. Ça me rend malade.
    -          T'en fais pas, je les remis en place ce matin. Je leur ai dit qu'ils étaient immatures. Ça ne leur a pas plus. Surtout à un. Et puis ce qui vient d'eux, je n'en tiens pas compte, ils sont bêtes. Même si j'avoue que s'ils étaient plus sympas ça serait plus agréable.
    -          T'as osé leur dire ça ? ils ont dû trop rager ! J'aurais aimé voir ça. Surtout Tristan parce que lui s'il les suivait pas dans leurs conneries il serait bien plus sympa croit-moi. Au tout début qu'on venait ici, on était tous les deux tout le temps. Après y a Jules et Ludo qui sont arrivés. Mais depuis deux ou trois ans ils ont changés et ça m'embête vraiment parce que nous sommes vraiment trop différents maintenant. Avec Tristan c'était cool. Il venait même chez moi parfois à St Brieuc pendant les petites vacances où j'allais chez lui à Nantes.
    Nous continuons de discuter allongés l'un contre l'autre. Je suis tellement bien avec lui. Le temps passe vraiment trop vite. Vers 19 heures, nous rentrons au camping. Vu qu'il est plus tard, il n'y a personne aux douches. Nous nous embrassons avant d'entrer chacun dans une cabine. Ce soir, vu qu'il y a ses potes, nous n'allons pas pouvoir nous embrasser. Du coup, j'en profite avant. Je reconnais que ça serait plus simple si nous n'avions pas à nous cacher mais la vie, c'est ça, rien n'est simple ! En plus ses potes sont tellement cons avec moi que j'ai vraiment peur de leur réaction. Vers 23 heures, j'arrive à la boite de nuit. Ce soir il y a peu de monde. Je repère très vite les trois connards, mais je ne vois pas Florent. Déçue, je vais prendre un cocktail sans alcool au bar. Des mains se positionnent sur mes hanches alors que je prends mon verre.
    -         C'est moi que tu cherches ma jolie Camille, me susurre-t-il de sa voix suave.
    -        J'ai cru que tu n'étais pas là, dis-je d'une voix triste, je j'ai vu en arrivant que les trois bouffons.
    -        Si, si, je suis là. Une vodka-orange, demande-t-il au serveur.
    Il la reçoit et nous buvons notre verre ensemble avant d'aller danser sur la piste de danse. Nous sommes discrets pour ne pas que les trois abrutis ne nous voient. Mon chéri danse merveilleusement bien. Nous ondulons nous bassins en rythme. Vers le milieu de la soirée, le DJ passe un slow. Moi je vais m'assoir, je ne veux pas danser. Deux des trois abrutis viennent me demander de danser avec eux. Non mais ils rêvent ou quoi ?! Je refuse catégoriquement. Le troisième reste avec Flo. Je pense deviner à leurs attitudes que c'est son meilleur ami, celui qu'il connait depuis le plus longtemps. Justement ce dernier vient aussi vers moi. Je le rembarre aussi. Moins méchamment puisqu'il est moins insistant.  D'autres mecs, pas moches, faut le reconnaître, viennent me demander pour danser avec eux mais je refuse. Finalement Florent vient me voir et nous dansons le slow ensemble même si nous avions convenus que nous ne le ferions pas. Il en avait marre de voir des mecs me tourner autours et moi je n'en pouvais plus non plus. Histoire que ses potes ne se doutent de rien, une fois la musique fine, nous nous séparons sans même un bisou, bien qu'il m'ait avoué qu'il en mourrait d'envie. Les trois abrutis sont persuadés qu'il a raté son coup. S'ils savaient ! Deux fois dans la soirée cela se reproduit. Nous dansons donc souvent ensemble et sous les yeux inquisiteurs d'un de ses potes. Vers 2 heures du matin, je suis fatiguée, alors je décide de rentrer. En sortant je croise Florent. Je le préviens. Il me dit d'être prudente en rentrant qu'il ne va pas tarder non plus. Ce coup-ci je rentre par l'accueil, c'est plus sécurisant. J'entre sans faire de bruit dans la tente et enfile ma nuisette. Il fait encore 20°C dehors, une vraie canicule ! Je vais aux toilettes. Je croise Florent et un des abrutis. Florent me fait un sourire. Heureusement dans le noir, l'autre ne se rend compte de rien du tout. Alors que je retourne à ma toile de tente, des mains m'encerclent la taille.
    -          Je n'ai pas le droit à mon bisou ce soir, me demande Florent en souriant avant de l'embrasser dans le cou.
    -          Mais si mon petit c½ur, dis-je avant de me retourner vers lui et de l'embrasser avec passion.
    Il me plaque contre le mur tout en me rendant mon baiser. Comme la veille au soir, mais ne plus fougueux. Son regard pétille de désir. Le mien aussi sans doute vu les frissons qui me parcourent le corps. Pour la première fois, j'ai envie de plus beaucoup plus qu'un baiser. J'en suis certaines si j'avais mon pyjamas et non pas ma nuisette il aurait déjà glissé sa main sous mon haut. Je dois bien reconnaître que ça ne m'aurait pas déplut. Ses caresses sont douces et je me surprends à maudire le tissu de ma nuisette qui sépare sa peau douce  de la mienne. Tout à coup, nous entendons la vois de l'abrutis qui est rentré avec lui. Visiblement il est au téléphone avec les deux autres. Nous l'entendons dire aux deux autres de grandir un peu.
    -          Tiens, on dirait que ma petite réplique porte ses fruits, dis-je en riant à mon chéri.
    -          On dirait en effet. Pars ma belle avant qu'il ne nous surprenne. Manquerait plus qu'il est des soupçons.
    -          D'accord mon c½ur. Bonne nuit à demain, dis-je en lui volant un baiser furtif avant de partir.
    -          Toi aussi belle Camille.
    Au moment où je me cache derrière un autre mur, Florent et son copain se croisent. Visiblement il n'a rien entendu. Florent parvient à cacher ses émotions parfaitement et ils parlent des deux autres. Moi je file mon chemin vers ma toile et m'endors en pensant à mon chéri.
     
     
    Le petit mot de l'auteure :
     
    Votre avis sur cette partie de chapitre ?
    Le réveil de Camille ?
    L'altercation avec les trois gugusses ?
    La balade de Camille et Florent ? Ils sont adorables non ? Et la petite mamie ^^ j'ai trop adoré écrire se passage, j'espère que vous avez aimé le lire :) 
    La discussion Camille-Florent à la plage ? Alors comme ça Tristan il est sympa au fond ?! La suite vous en dira plus sur lui hihi (sadique ? oui un peu ^^)
    La soirée en boite ?
    La fin de soirée entre Camille et Florent ? Le début de changement de comportement du meilleur ami de Florent ?
     
     
    Merci d'avoir lue cette partie, à bientôt pour la suite :) 
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :