• L'été où ma vie a basculée (chapitre 19)

     

     
     
     
    CHAPITRE 19
    Juillet 2013, 3e semaine de vacances, Jeudi
     

    Le lendemain matin, je me réveille assez tard. Il est près de 10h15 lorsque je sors de la tente après avoir avalé mon petit déjeuné. La mer étant basse, je vais prendre ma douche, sachant que je ne vais pas me baigner ce matin. Lorsque je sors des sanitaires, il faut malencontreusement que je croise deux des trois abrutis. Je n'écoute même plus leurs réflexions désobligeantes. Je les ignore et retourne à ma tente pour prendre mes affaires de plage : serviette, paréo, crème solaire, lunettes de soleil, chapeau, livre, cahier et stylo, ainsi que mon portable. J'ai mon maillot déjà sur moi. Une fois tout cela mit dans mon joli sac vert, je file m'allonger sur le sable déjà tiède. Je commence par lire deux chapitres de mon roman, à l'eau de rose comme je les préfère. Puis, j'écris quelques lignes de ma fiction avant de bronzer tout en écrivant des sms. A Melinda qui est en pause repas, à Sophie, à Debora et à Kevin. J'adore venir en vacances tout l'été à Locmariaquer, mais c'est vrai que mes amis me manquent. Juste avant que je ne rentre manger avec mes parents, Florent m'envoie un sms. « Bowling ce soir, ça te tente ma jolie Camille ? ». Je lui réponds aussitôt « Avec plaisir mon c½ur ! <3 ». Il me répond à son tour « En plus on ne sera que tous les deux, les gars sortent en boite à Carnac ». Je saute de joie. « Méga chouette mon ange ! <3 Mais dis-moi, il y en a un d'entre eux qui est capable de ne pas boire pour pouvoir rentrer ? ». Flo me renvoie aussitôt un texto « Tu m'as fait rire là ma belle, mais je comprends pourquoi tu dis ça. Oui, Tristan en est capable. C'est le seul. A ce soir ma belle, on s'attend devant l'entrée du camp ? ». Je lui confirme le lieu du rendez-vous et nous convenons d'y être pour 20h. Je range mon téléphone dans mon sac et rentre à l'emplacement pour manger. Pour occuper mon après-midi vu que mon chéri n'est pas disponible, je vais à la plage. J'appelle ma jumelle pour savoir si elle va mieux que la dernière fois. Et aussi pour savoir comment s'est passée sa journée avec ses parents.
    -          Allo Maëlle ?
    -          Ah Camille, j'allais te téléphoner. Tu vas bien ?
    -          Oui et toi ?
    -          Ça peut aller ... lâche-t-elle dans un soupir.
    -          J'en déduis que ça ne va pas fort. Qu'est-ce qui t'arrive ?
    -          Bah depuis que j'ai parlé avec mes ex-parents hier ... non mais tu te rends compte ! en plus de devenir jumelles, on devient rentières ! Cela va être quoi après ?
    -        Je dirais plutôt c'était quoi avant. Il y a un an environ, j'ai appris que par notre arrière-grand-mère maternelle, nous avons des origines algériennes.
    -          Tu blagues là ?
    -          Du tout ...
    -          Si je l'avais su plutôt ça aurait évité à l'autre connard de me répéter sans cesse que je peux comprendre sa culture.
    -          Ah je vois. Enfin bref, j'en ai plus qu'assez de ce genre de découvertes.
    -          Tu m'étonne ! Moi aussi j'en ai marre. Et s'il n'y avait que ça ...
    -          Dis-moi, Maëlle, ne garde pas tout pour toi tu te fais du mal.
    -          J'ai fait une boulette avec Adrien.
    -          Explique ...
    -          Il a voulu m'embrasser, je me suis laissée faire mais je regrette parce que je ne l'aime pas comme lui il m'aime. Du coup je ne lui parle plus mais il ne sait pas que je l'aime qu'en amie.
    -          Je vois. Il faut absolument que tu lui dises.
    -          Je sais, mais je ne sais pas comment faire.
    -          Tu veux que je lui envoie un message à ta place ?
    -          Mais tu n'as pas son numéro.
    -          Tu me le passe.
    -          D'accord. Tu lui fais des excuses de ma part.
    -          T'en fais pas une fois qu'il m'a répondu je te redis tout par message. Ça te va ?
    -          Ok. Alors son numéro c'est le 06 xx xx xx xx.
    -          D'accord ça marche.
    Nous raccrochons toutes les deux. Et je m'attèle de suite à la rédaction du message. Après plusieurs essais je me décide à lui envoyer ceci « Salut, c'est Camille de la patinoire, la copine de Maëlle. C'est pour te dire qu'elle s'excuse de ne plus te répondre mais elle a beaucoup de choses à régler en ce moment et ce n'est pas facile pour elle. Elle m'a dit qu'il ne faut pas que tu t'inquiètes pour elle ». Je l'envoie ensuite à ma jumelle en lui disant que j'attends la réponse. Elle me dit que mon message est super. La réponse ne se fait pas attendre longtemps. « Je suis très étonné et déçu de voir qu'elle n'a pas le cran de m'envoyer un message elle-même. J'ai du mal à croire que si elle a des problèmes, elle ne m'en a pas parlé. Surtout vu le temps qu'on a passé ensemble ces dernières semaines. Tant mieux si à toi elle te parle c'est déjà mieux que quand elle garde tout pour elle ». Tiens nous y voilà, me dis-je lorsqu'il parle du temps qu'ils ont passé ensemble. Et je vois aussi qu'il est d'accord avec moi sur le fait qu'elle garde trop souvent tout pour elle. Je transfère le message à ma s½ur avec mes commentaires et en lui disant que vu qu'il a l'air de bien le prendre, il faut qu'elle l'appelle pour le rassurer, lui dire que ses problèmes ne sont pas graves et qu'elle ne voit en lui qu'un meilleur ami. Elle me dit qu'elle va le faire. Une bonne demi-heure plus tard, elle me rappelle. Sans doute se sont-ils téléphoné ou envoyé des messages. Elle est beaucoup plus sereine et ça fait plaisir. Pour finir, nous discutons de choses plus drôles. Ça change des conversations du moment. C'est vrai qu'avec toute cette histoire, nous en oublions nos délires habituels ! Rire nous fais du bien à toutes les deux.  Vers 16h45, nous raccrochons. Je vais me baigner vu que la mer est désormais assez haute pour nager. Ensuite, je me rallonge au soleil pour laisser ma peau sécher et se hâler. Vers 17h45, je rentre au camping. A cette heure-ci, il y a foule aux douches. Je prends mon mal en patience, comme on dit, et j'attends patiemment mon tour. Je remarque simplement une chose : cela ne sert à rien de s'impatienter et de dire aux gens de se presser parce que cela donne l'impression qu'ils en font exprès d'aller lentement. Après 25 minutes d'attente, c'est mon tour. Shampooing, gel douche, après-shampooing, nettoyant visage. Je prends ma douche le plus rapidement possible. Je me dois d'être belle et toute pimpante pour a soirée au bowling avec mon chéri. Une fois sortie, je retourne à la tente pour finir de me préparer. Mes parents ne sont pas là. Ça m'arrange parce que j'aurais dû répondre à leurs multiples questions. Je démêle mes cheveux, puis les sèches. Je me mets de la crème hydratante sur les bras et les jambes puis je m'occupe du visage. Crème, maquillage léger aux yeux. Je mange. Courgettes avec des saucisses grillées, un fruit. Et je vais me brosser les dents, me mettre du rouge à lèvres orange, assorti à ma tunique. A 20h pile, je suis à l'entrée du camp, au grand portail qui jouxte le bâtiment de l'accueil. Florent arrive en même temps que moi. Nous nous embrassons passionnément, enlacés, puis nous nous dirigeons à pieds vers le bowling. Arrivés là-bas, Flo donne son nom. Visiblement il a réservé pour nous deux pour trois parties. Nous allons à la piste que le mec nous indique. Comme toujours c'est mon chéri qui gagne, même si je le suis de près. La troisième partie, je parviens même à égaliser son score. Je suis trop fière de moi. Nous rentrons tranquillement au camping. Comme toujours, nous nous quittons peu avant mon emplacement. Je rentre dans la tente sans faire trop de bruit, de peur de réveiller mes parents. Une fois mon sac posé, je vais aux sanitaires. Je croise mon adorable chéri. Nous nous embrassons, amoureusement, enlacés, contre un des murs du bloc, près des douches, là où il y a peu de lumière. Je ne vois pas le temps passer lorsque je suis dans ses bras.
    -          Cendrillon, ton carrosse va se transformer en citrouille, me dit-il en souriant.
    -          Je sais mais je suis bien dans tes bras mon c½ur, dis-je toute triste de devoir le quitter.
    -          Moi aussi ma belle je suis bien avec toi. A demain.
    -          A demain mon ange.
    Sans que je sache pourquoi, mon sommeil est très agité.
     
     
     
    Le petit mot de l'auteure :
     
    Tout d'abord un grand pardon pour ce retard, mais finalement j'ai été très occupée pendant mes vacances.
     
    Que pensez-vous de ce chapitre (enfin cette partie de chapitre) ? La longueur ?
    L'invitation de Florent au bowling ? La réaction de Camille ?
    La discussion au téléphone entre Maëlle et Camille ?
    La solution de Camille et la réponse qu'Adrien fait suite au message ?
    La soirée Florent et Camille ? Ils sont adorables non ?
     
     
    Merci d'avoir lu :) Je mets la suite dans la journée.
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :