• Août 2013, 5e semaine de vacances, Mercredi
     
                    Ce matin, après une nuit merveilleuse, passée aux côtés de mon chéri, nous allons nous balader en tête dans les sentiers de Locmariaquer. C'est fou ce que je me sens bien avec lui. J'ai l'impression que nous sommes ensemble depuis longtemps, tellement nous nous entendons bien. Il me connait par cœur, ou presque. A midi, je me sépare de lui à contre cœur. Il va manger avec ses deux frères, et moi, avec ma frangine. Après le repas, comme il fait très chaud, je décide de rester un peu à l'emplacement, à l'ombre sous la tente. Maëlle, elle, s'en va je ne sais où. Elle est bien mystérieuse depuis deux jours ... Mes amis de Rennes restent avec moi. Lorsque nous sommes tous ensemble ainsi, cela me fait penser aux années lycée où l'on passait toutes nos récrés ensemble et tous nos temps libres aussi. Vers 16h, nous allons à la plage. A mon grand désespoir, Hugo est avec toute la bande. C'est fou comme ce mec m'insupporte ! Je m'installe à côté de Florent. Il se propose pour me mettre de la crème, ce qui en fait sourire plus d'un. Y compris Gabriel ...
    -          Vielle comme Hérode ta technique de drague mon pauvre Flo, lance-t-il en riant, content de sa blague.
    Tout le monde rit à la remarque de Gabriel. Florent me regarde puis regarde ses frangins. Au regard de Nicolas, je me doute que Florent va devoir le dire rapidement à son cadet. Puis tous les garçons vont faire un foot, sur le sable dur au ras de l'eau. Pendant ce temps, nous discutons entre filles, tout en les matant, bien évidemment ! Seulement, une chose me gâche cet agréable moment : Noémie. Elle semble se lasser à une vitesse impressionnante de Nicolas. Le pauvre ... Je regarde mon cher et tendre tout en discutant avec les filles. Debora nous sort alors qu'elle trouve que le métis, le blond et le bouclé sont très mignons. La tête de ma jumelle est trop drôle à voir lorsqu'elle entend mon amie dire cela. Elle ne l'avouera pas, mais je sais qu'elle adore Zach, et que petit à petit elle tombe un peu plus sous son charme. Alors que Maëlle est toujours aussi mignonne avec sa petite tête énervée, Debora la taquine un peu.
    -          Lequel tu préfères Maëlle ? Et ne me dit pas aucun, vu ta tête ce n'est pas possible ... finit-elle en souriant.
    -          De quoi tu parles, répond ma sœur faisant éclater d'un coup toute sa mauvaise foi.
    -          Ma' arrête, t'as jamais su mentir, dis-je en riant.
    -          Camille ! La solidarité entre sœur, tu connais ?
    -          Oui, mais je prends ma revanche, tu n'as pas toujours été solidaire toi non plus depuis que tu es ici.
    -          Lequel, insiste Debora en riant.
    Maëlle hésite, mais d'un regard je l'encourage. Elle peut avoir confiance en Debora, Sophie et Morgane. Et Noémie est en train de rejoindre les garçons.
    -          Zach, lâche-t-elle dans un soupir.
    Nous ne pouvons continuer notre discussion car Nicolas revient suivit comme un petit chien par Noémie, puis un peu plus loin par Gabriel, Nolan, Kevin, Leo et Hugo. Les garçons se réinstallent sur leurs serviettes. Les autres sont restés se baigner. Ne supportant pas Hugo et Léo m'agaçant, je décide de rejoindre les garçons qui sont dans l'eau. Alors que je me lève de ma serviette, Gabriel se moque de moi.
    -          En fait, pas si dépassé que ça le coup de la crème solaire ...
    Je soupire et lui fait une grimace puis vais vers l'eau. Maëlle, Morgane et Debora me suivent et me disent que je suis grillée. Histoire de tromper un peu Gabriel, je fais un sourire à Florent en entrant dans l'eau, avec facilité comme toujours. Puis je vais m'amuser du côté du métis. Ma jumelle boude. Elle me fait rire. Je retourne un peu plus vers Flo et lui explique pourquoi je suis méfiante. Florent regarde vers la plage et me confirme que Gabriel nous observe.
    -          Dis, tu crois que si je t'embrasse maintenant c'est un bon moyen de le dire à Gab sans qu'il s'énerve de trop, me demande mon chéri.
    -          Dis plutôt que tu ne résiste pas à l'envie de m'embrasser, lui répond-je moqueuse.
    Il m'embrasse tendrement et me chuchote que c'est pour m'éviter de dire des bêtises. Je souris. J'adore quand il me dit ça, ça me donne envie de le faire chier plus souvent. Tout à coup alors que je suis toujours dans les bras de Flo et perdue dans mes pensées, Lucas, Tristan et Zach sifflent, tout comme Nicolas et Kevin. Je me doute qu'ils se sont lancer des signes pour el faire tous ensemble. Tss, bande de gamins ... Venant de leur part je sais que ce n'est pas méchant. Mais le pire c'est Morgane. Elle sait très bien quoi dire pour m'embêter et là c'est réussi. Je suis certaine qu'un des garçons y a pensé mais n'a pas osé. Elle, elle l'a dit :
    -          Vous savez, y a des hôtels ou des tentes pour ça ...
    -          Tiens, on croirait entendre Hugo, lui réplique Zach.
    -          La ferme Zach, dis-je avec un regard noir en sa direction.
    Il le sait bien pourtant que je n'aime pas quand il parle d'Hugo. Et puis ça me fiche déjà assez la trouille que Morgane et Hugo puissent finir ensemble alors ce n'est pas nécessaire de me le rappeler. Zach vient s'excuser pour sa phrase au moment où Florent me dit qu'il retourne sur la plage. Je lève la tête et voit au loin Gabriel qui gueule sur Nico pour ne pas le lui avoir dit. Gabriel se plaint aussi d'être le seul de ses frères célibataire et qu'il en a marre que les filles ne s'intéressent pas à lui ... Nous ferait-il une petite déprime ? Je soupire en me disant « ça au moins, c'est fait ». Le métis finit par retourner à sa serviette, suivi de près par ... Maëlle évidemment ! En mon for intérieur, je me fais la réflexion qu'ils seraient terriblement mignons tous les deux ensemble. Je suis la dernière à retourner à ma serviette et je me colle à mon chéri. Hugo en est agacé et le fait savoir.
    -          Allez vous bécoter ailleurs, lâche-t-il contrarié.
    -          Si t'es pas content, c'est toi qui vas ailleurs, lui répliqué-je sur le même ton.
    Nous ne nous supportons pas et cela n'échappe à personne. Vers 18 heures, je décide de rentrer à ma tente. Mon chéri vient avec moi. Etrangement vu le temps de la journée, il n'y a personne aux douches. Je décide donc de la prendre, et Florent, qui était juste derrière moi, profite du fait qu'il n'y ait personne à nous voir pour se faufiler dans la même que moi ! Je lui souris. Il commence à me caresser avec douceur. Je suis collée contre lui mais je dois vous avouez que je ne suis pas rassurée. J'ai peur que quelqu'un nous entende. Et en même temps, cette situation me donne très envie de lui ... Oui, oui, vous n'avez pas rêvez, j'ai des pensées coquines de temps en temps ... Il défait e nœud de mon maillot de bain avec ses dents ... Mais c'est qu'il serait sauvage mon petit cœur ! Purée, mais on va m'entendre, il en fait exprès, j'en suis sûre, il adore me voir perdre mes moyens ... « Han, ... oui, continue, ... » Il m'embrasse pour pas qu'on m'entende gémir. ... Bon aujourd'hui, j'aurais pris une douche de plus d'une heure, tant pis pour ceux qui attendent. Hi, hi, hi ! Je suis trop heureuse ! Alors que nous mangeons entre filles avant la soirée du port, Morgane me demande malicieusement comment ça se fait que j'ai pris une douche de plus d'une heure. Debora sourit en me voyant rougir. Elle a compris. Maëlle et Sophie sont bouche bée tandis que Morgane me regarde ahurie. Mais je coupe court à la conversation. On ne va tout de même pas parler de ça, c'est trop perso ! Lorsque nous arrivons à la soirée du port après avoir fait notre vaisselle et nous être préparées, c'est encore le moment des danses bretonnes. Aussitôt je vais sur la piste de danse. Puis, pendant les danses de salon, je vais boire un verre avec les garçons qui viennent d'arriver. Le reste de la soirée passe très vite, puisque je suis quasiment tout le temps avec mon chéri. Je remarque tout de même que Zach a l'air de ne pas beaucoup s'amuser ... Maëlle, elle s'amuse à mettre des râteaux à tous les mecs qui l'approchent d'un peu trop près. En continuant mon petit tour d'horizon, je bute sur une image désagréable : Gabriel qui noie sont chagrin dans l'alcool et Tristan et Nicolas qui n'arrivent pas à le convaincre d'arrêter ... Je chuchote à mon chéri d'aller voir son cadet. Il tourne la tête, lâche un juron et file voir Gabriel. Ce dernier fait vraiment de la peine à voir. Entre l'histoire avec sa mère et ses sentiments pour Maëlle qui ne sont pas réciproques, le pauvre n'a pas de chance. Alors que Morgane danse avec Léo et Hugo, je décide d'aller voir le métis.
    -          Bah alors Zach, ça ne va pas ? il est passé où ton sourire ? Au placard ?
    -          Bof, ta sœur m'ignore depuis l'autre soir, ça me rends fou, dit-il dans un soupir de désolation.
    -          Soit patient avec elle. Elle a été très affectée par son connard d'ex et ironie du sort, il te ressemble un peu. Alors forcément ça ne l'aide pas. Sache juste une chose, elle ne te déteste pas.
    -          Mais je m'en moque, qu'elle m'apprécie, moi c'est bien plus fort que ça !, lâche-t-il énervé, avant de soupirer, au bord des larmes.
    -          Zach, ne désespère pas comme ça. Commence par bien t'entendre avec elle et crois-moi, ça viendra tout seul après. ... Aller, vient t'amuser, en plus je sais que tu adores danser, finis-je en souriant affectueusement.
    -          T'as raison.
    Nous retournons danser. Maëlle nous rejoint, puis Florent aussi. Bientôt la fin de soirée approche et le DJ passe un premier slow. Bien évidemment je le danse avec Florent. Maëlle est avec Tristan, Nico avec Noémie, Sophie avec Kevin, Morgane avec Hugo, le contraire m'aurait étonnée, Debora avec Léo. Les autres sont avec des filles que je ne connais pas sauf le métis et Gabriel qui ne dansent pas. Lors du deuxième slow, Debora change et va avec Nolan. Et Tristan, lui, laisse sa place au métis. A ma grande surprise, Maëlle ne le repousse pas. Ils sont mignons tous les deux et ça se finit mieux que samedi dernier. Mais je crains que le début de cette entente fragile ne dure pas ...
     
     

    votre commentaire
  • Août 2013, 5e semaine de vacances, Jeudi
     
                    Ce matin, c'est plage entre filles ! Ce n'est pas qu'on en a marre des mecs mais un peu quand même. Lol ! Et puis, ils ne sont pas fans de la plage le matin. Je suis donc avec Maëlle, Sophie, Debora et Morgane. Au début nous parlons coiffure et maquillage. Nous découvrons une chose très drôle : Maëlle et moi avons fait la même couleur végétale sans se concerter. Morgane est persuadée que c'est de la télépathie entre jumelles. Certes le résultat est un peu différent puisqu'à la base Maëlle a les cheveux légèrement plus clairs que moi, mais quand même c'est rigolo. Pourtant d'après les photos qu'on a vues de nous à la naissance, nous avions toutes les deux les mêmes cheveux : des cheveux blonds. Désormais je suis presque châtain foncé, avec des reflets roux grâce au henné et au soleil et Maëlle est châtain clair avec des reflets qui oscillent entre le roux et le blond au soleil grâce à ses hennés. Puis inévitablement, la conversation dévie sur les garçons ... ils y passent tous ! Et c'est ce qui me permet de me rendre compte, au fil de la discussion, que Debora craque littéralement sur le petit blond du club des cinq. Et Morgane, aussi directe qu'à son habitude, ce qui d'ailleurs bien fait rire tout le monde, déclare qu'elle compte bien se taper Hugo avant la fin de la semaine. Je grimace et elle me donne une petite tape sur le bras. Le midi arrive. Debora et Morgane s'éclipsent on ne sait où. MA jumelle déclare qu'elle souhaite manger seule. Du coup je mange avec Sophie et Kevin qui nous rejoint. Puis ils décident de se faire un après-midi en amoureux. Ça tombe bien puisque juste après leur départ, Florent vient me proposer un après-midi plage en tête à tête. Nous nous rendons donc tous les deux à la mini plage qui donne sur le golfe du Morbihan, là où l'eau est très chaude. Qu'est-ce que j'aime me retrouver seule avec lui, blottie contre lui. Il me chuchote des mots doux à l'oreille tout en me caressant l'épaule du bout de ses doigts. Moi je parcours délicatement son torse de mes doigts fins. Lorsque nous rentrons en fin d'après-midi, nous apprenons que le club des cinq nous propose qu'on se retrouve tous à la plage pour la soirée. J'adore les soirées plage, mais là, curieusement, j'ai le pressentiment que cela va virer au grand n'importe quoi, vu les loustics ... A 20 heures, j'arrive à la plage. En même temps que Florent. Le club des cinq est déjà là tout comme Debora, Morgane, Gabriel, Nicolas et Noémie. Tristan, Sophie et Kevin arrivent peu de temps après nous. Le club des cinq décide de chanter pour mettre l'ambiance. Nolan commence à gratter sa guitare. Tristan sort les bières du sac qu'il a ramené. Maëlle m'avait prévenue que le club des cinq et Tristan avaient prévu les rafraichissements. Le petit sourire de Nicolas lorsque Tristan sort les canettes me fait comprendre qu'il doit y avoir plus fort de prévu pour la suite de la soirée. C'est qu'il est toujours au courant de tout le petit gamin de la bande ! Après trois chansons, le club des cinq se jette sur les canettes. Morgane, Noémie et Debora en sont déjà à plusieurs bières. Mine de rien je surveille Debora car niveau alcool, elle ne connait pas ses limites. Moi je sirote la mienne tranquillement, tout comme Florent et Kevin. Sophie et Lucas sont les seuls à ne pas boire d'alcool. Je regarde ce qui accapare l'attention de mon chéri : Gabriel et Nicolas qui en sont à leur énième bière ... il soupire. Je passe ma main dans son dos pour le déstresser. Je sais qu'il s'inquiète beaucoup pour eux. Il me sourit. Puis me chuchote que pour ce soir, il ne dit rien. Je lui dis qu'il a pris la bonne décision. Mais lorsqu'il voit, deux bonnes heures plus tard, Hugo et Léo qui sortent les bouteilles de Get, Gin, Vodka et Rhum, il grimace. Cependant, malgré ses nombreuses bières, Nicolas doit être encore un peu lucide puisqu'il jette un coup d'œil à son frère ainé pour voir sa réaction. Vu que Florent ne réagit pas, Nicolas attrape la bouteille de vodka que lui tend Zach. Moi je n'en prends pas, même du Get qui est mon péché mignon, car je ne veux pas être mal demain. Ce n'est pas le cas de ma frangine, et encore moins de Debora et Morgane. Je jette un coup d'œil à Sophie et Kevin. Ils sont d'accords avec moi, il va falloir bientôt stopper Debora. Les chansons laissent place petit à petit aux blagues, fous rire, anecdotes. Puis Lucas propose un « action-vérité ». Vu le taux d'alcoolémie de certains il n'aurait pas dû faire cela. Et je crois qu'il commence à comprendre son erreur ... comme toujours, je dis systématiquement vérité. Vu que nous sommes nombreux, personnes ne s'en rend compte. Enfin si, mes amis de Rennes mais ils savent bien que c'est soit ça, soit je rentre dormir car je hais profondément ce jeu. Plus la soirée avance (ou la nuit, vu l'heure qu'il est) et plus les actions sont liées au sexe, au cul, bref, vous m'avez comprise ... M'enfin ce n'est pas étonnant vu les personnes présentes et leur état d'ébriété. La soirée se termine par un bain de minuit (à 2h30 du matin). C'est l'idée de cet imbécile de mouton frisé ! J'en ai marre de la soirée mais je veux pas faire la rabat-joie alors je reste sans rien dire. Seuls les plus bourrés suivent le bouclé dans sa connerie ; à savoir Noémie, Debora, Morgane, Léo. Tristan, Nicolas et Gabriel allaient le faire aussi mais d'un coup ils se stoppent et semblent réaliser leur état. Franchement même s'il n'y avait que mon chéri dans les parages, je ne me baignerais jamais nue dans l'océan. Sophie et Kevin partent les premiers. Ma meilleure amie est très fatiguée. C'est déjà un exploit qu'elle soit encore éveillée à cette heure tardive. Je ne tarde pas à rentrer non plus. J'embarque Debora au passage, pour éviter qu'elle ne fasse des bêtises qu'elle regretterait par la suite. Florent rentre en récupérant ses frangins. Noémie les suit mais sans se préoccuper de Nicolas.
     

    votre commentaire
  • Août 2013, 5e semaine de vacances, Vendredi

     

                    Ce matin, je me réveille en pleine forme. Il est déjà 9h45 et personne que je connais n’est réveillé. Cela ne m’étonne pas du tout. Et je vais vous avouer que la perspective d’être un peu seule m’enchante. Oui je sais c’est étrange, mais c’est la vérité. En temps normal je suis assez solitaire et j’aime le calme. Depuis le début de l’été, tout est en perpétuel mouvement. Je suis entourée et contente de l’être mais le besoins de me ressourcer seule se fait sentir. Je n’ai vraiment pas l’habitude tout ce qui m’arrive et je reconnais que ça me fatigue. Pas facile de m’adapter à ma nouvelle vie … je déjeune toute seule puis, une fois mes dents brossées, je file à la plage et fais des longueurs dans la mer d’huile. J’adore nager le matin, surtout quand la mer est si calme. Après presque une heure de baignade, je m’allonge au soleil pour parfaire mon hâle doré. Il bientôt 11h30 lorsque je rentre pour prendre ma douche. Je croise Zach qui a mal aux cheveux.

    -          - Salut Camille, t’as l’air en forme !

    -          - Très en forme, surtout après une heure de natation dans une mer d’huile. Et toi, pas trop dur le réveil ?

    -          - Si et pourtant j’ai beaucoup moins bu que d’habitude. Et je ne suis pas le pire, moi au moins je suis debout …

    -          - Oh je vois …

    -          - A plus, faut que je ramène cette bouteille d’eau au gars pour qu’ils prennent leurs dolipranes.

    -          - Ok, à plus.

    En sortant de la douche, je croise mon adorable Florent. Lui aussi est en pleine forme. Mais apparemment ce n’est pas le cas de ses frangins qui ont, à ses dires, un mal de tête épouvantable. Je lui dis en souriant que cela ne m’étonne pas. Lorsque j’arrive à mon emplacement, ma sœur est dans ma tente en train de nous concocter le repas de midi. Je lui demande comment s’est terminée la soirée. Elle me répond en souriant.

    -          - Très bien !

    -          - Mais encore, dis-je surprise qu’elle ne m’en dise pas plus. Et c’est quoi ce sourire ?

    -          - Ah désolée, fallait être là, lâche-t-elle toujours avec son petit sourire.

    -          - Un rapport avec Zach, demandé-je en souriant malicieusement.

    -          - Peut-être …

    -          - Non mais raconte à la fin, ce n’est pas drôle !

    -          - Raconter quoi, m’interroge Zach en entrant dans la tente.

    -         - Ce qui s’est passé hier soir après que je sois partie. Elle ne me répond que par des « peut-être » et ça m’agace. Je sais qu’elle en fait exprès en plus, fini-je en sourpirant.

    -          - Arrête Camille, tu me fais rire, se moque Zach. Vous vous ressemblez pour ça, à sa place tu ne dirais rien, elle ne te dira rien.

    -          - Bon bah puisque tout le monde est contre moi, je m’en vais-je vais prendre l’air, dis-je en faisant mine d’être vexée.

    Zach me rattrape.

    -          - Attends, en fait je venais pour savoir si ça vous tentais d’aller en boite ce soir. J’y vais avec Lucas et Hugo.

    -          - Partante, répond Maëlle en souriant.

    -          - Ok, je vois avec Flo s’il vient, dis-je.

    -          - Non mais tu ne peux rien faire sans lui, se moque gentiment ma jumelle.

    -          - On verra quand tu seras en couple, on en reparlera, dis-je en souriant malicieusement.

    Je sais très bien que ma jumelle est mortifiée que j’ai osé dire ça en présence du métis. Elle se terre dans son coin sans me répondre. J’en rajoute un peu.

    -          - 1-0 pour moi, dis-je en la regardant.

    -          - Je vous laisse continuer votre bataille, déclare Zach mal à l’aise lui aussi avant de partir.

    Je suis trop contente de mon coup ! J’ai réussi à piéger les deux en même temps, mais ils sont bien trop aveugles pour se rendre compte qu’ils étaient tous les deux gênés et pour en tirer des conclusions … Je sais très bien que le métis aussi m’en veut d’avoir dit ça car je connais ses sentiments en vers ma sœur. Mais j’aimerais tellement qu’ils ouvrent les yeux l’un et l’autre … Je mange en riant avec ma sœur, en faisant bien attention à ne pas prononcer le prénom du métis. Dans l’après-midi, je vais à la plage et j’écris ma fiction. Ça me fait du bien de retrouver mes anciennes activités de vacances qui me manquent un peu. Sophie et Kevin sont partis en amoureux. Maëlle, une fois de plus, est restée mystérieuse quant à son activité. J’ai deux hypothèses : soit elle espionne Zach à longueur de journée, soit elle le voit en cachette. Debora est avec Tristan, Léo et Nolan. Morgane a encore une fois disparue et mon chéri passe du temps avec ses frères. C’est rare que nous ne soyons pas tous ensemble. Mais de temps en temps ça ne fait pas de mal. Vers 16h, en ayant assez d’être à la plage, je décide de partir me balader sur les sentiers côtiers de la côte sauvage. Je pars après avoir déposé mes affaires de plages à ma tente. Cette promenade en solitaire me permet de réfléchir et de prendre du recul sur tout ce qui m’arrive. Parce que la vérité c’est que lorsque les vacances vont être terminée, ces nouvelles choses vont perdurer et là je ne sais pas comment cela va se passer. Ça me fait un peu peur. Pour l’instant j’ai l’impression que ce n’est qu’un rêve de vacances dont je vais me réveiller. Au détour d’un chemin qui mène à une petite crique, j’aperçois Morgane. Je me demande bien ce qu’elle peut faire là. Je me doute qu’elle n’est pas seule. Cette crique, qui est près du camping, on la nomme la crique des amoureux. En réalité j’ai bien ma petite idée sur l’identité de la personne avec elle, mais je refuse de voir la vérité en face. Passant non loin d’eux, Morgane me voit. Mais je ne réponds pas à son interpellation. Surtout que son idiot de copain bouclé, ou plan cul parce qu’avec elle faut s’attendre à tout, se moque de moi en me voyant. Bon d’accord, j’admets, ils vont bien ensemble. Très bien même. Lorsque je rentre, je croise Florent et ses frères. J’embrasse chastement mon chéri. Ce qui déplait à Gabriel.

    -          - Pitié, pas devant moi.

    -        - Pauvres de tes yeux, dis-je en riant. Ne te plaint pas tu as eu ton frère aux petits soins pour toi toute la journée, vu tes abus d’hier.

    -          - Elle n’a pas tort, intervient Nicolas.

    -          - Oui, enfin côté abus tu n’étais pas mieux, hein, répond-je moqueuse.

    Nicolas fait mine de bouder.

    -          - En attendant, dis-je en chuchotant à mon chéri, ce soir t’es à moi et rien qu’à moi.

    -          - Crois-tu, ces deux gamins en font exprès de m’empêcher de te voir, dit-il en montrant u doigt ses deux frangins qui se renfrognent.

    -          - Eh !, protestent-ils à l’unisson.

    -       - T’en fais pas mon cœur, dis-je à voix haute. Ce soir les petits restent bien sagement dans leur tente, et sans alcool !

    -          - Et les grands ?, me demande Nicolas.

    -          - En boîte !, m’exclamé-je en souriant.

    Puis devant l’air surpris de Florent, j’explique que c’est une idée de Zach et Lucas. A 22h, j’arrive au bras de mon chéri à la boite de nuit à côté du camping. Nous nous prenons un cocktail chacun en attendant les autres. Zach arrive en même temps que Morgane et Hugo qui se tiennent par la main. Je vois bien que le métis guette ma réaction. Il est déçu que je ne réagisse pas. Je lui explique alors que je les ai surpris cet après-midi à la crique des amoureux. Entre temps, les autres arrivent. Si mon cerveau ne me joue pas des tours, j’ai l’impression que Zach et Maëlle s’entendent de mieux en mieux. Ça fait plaisir à voir. Je profite à fond de mon chéri. Nous dansons tout le temps ensemble. De plus en plus collés comme me le fait gentiment remarquer Sophie. Cependant je remarque que mon cher et tendre n’est pas si détendu que cela. Je m’en inquiète un peu et profite d’un moment où nous sommes sortis prendre l’air dans le petit patio pour lui demander ce qu’il se passe. Il soupire puis m’annonce que ça va vraiment mal pour sa maman et que son père prépare un coup en douce qui risque fort de retomber sur ses frères. Je grimace. Il ne mérite tellement pas tout le malheur qui s’abat sur lui ! Je lui chuchote d’oublier tout pour ce soir et de s’amuser. Il me sourit et me dit qu’heureusement que je suis là pour le soutenir. Nous rentrons au camping aux alentours de 2h du matin. Mon chéri reste dormir avec moi. Dans ses bras, je m’endors comme un bébé !

     

     


    votre commentaire
  • Août 2013, 5e semaine de vacances, Samedi

     

                    Au réveil, mon adorable petit cœur est parti. Il m’a laissé un mot sur mon portable. Il fallait qu’il annonce à ses frères la mauvaise nouvelle qu’il a apprise la veille. Etant seule, vu que ma sœur et mes amis ne sont pas levés, je décide de passer ma matinée à la plage et d’écrire ma fiction, comme la première semaine des vacances. Je suis tellement absorbée dans mon écriture que je ne vois pas le temps passer. C’est Louise, en me téléphonant aux alentours de 13h, qui me sort de ma fiction. Nous restons peu de temps au téléphone car elle doit reprendre le travail. Lorsque j’arrive à ma tente, il n’y a personne aux alentours. Sur la table, un mot de ma jumelle me prévient qu’elle est partie à la plage du club nautique, là où il y a un terrain de volley, avec le métis, Lucas, le bouclé, Morgane et Léo. Du coup je mange vite fait de stomates et du concombre puis avale deux gâteaux secs et un café. Oui je reconnais ce n’est pas du tout correct comme repas, mais j’avais envie de rien d’autre. Au même moment, Florent arrive avec Gabriel. Nicolas est déjà parti rejoindre les autres. Mon portable sonne.

    -          - Hey Camille, on vous attend les amoureux, lance Zach en riant.

    -          - On arrive Zach, en fait là tu nous retardes, lui répond-je moqueuse.

    -          - Ah et puis tu n’aurais pas vu Nolan ?

    -          - Non désolé, moi je me demande ou est passée Debora.

    -          - Elle n’est pas avec nous en tout cas.

    -          - Ok, pas grave, à tout de suite.

    Je range mon téléphone. Puis je pars vers la plage où sont mes amis, accompagnée de mon chéri et de Gabriel. Je me demande bien pourquoi il a accepté de rester avec nous alors qu’il ne supporte pas nous voir nous embrasser ou nous tenir par la main. Enfin le cadet semble avoir plus le sourire que les autres jours, c’est déjà ça. Nous arrivons là-bas en même temps que Sophie et Kevin qui reviennent d’une balade en amoureux. Ils sont trop mignons les deux-là. En revanche, toujours pas de trace de Debora. Vu que les autres font une pause après leur premier match de volley, Gabriel en profite pour attraper Nico et le balancer à la flotte. Le plus jeune ne s’énerve même pas et déclare à son frère qu’il est content qu’il ait retrouvé son sourire et son envie de s’amuser. Noémie glousse comme une cruche, ce qui fait que Nicolas lui lange un regard noir avant de la balancer dans l’eau pour la faire taire. Cette fois-ci, tout le monde rit sauf la concernée. Avec Maëlle, nous nous échangeons un regard puis nous allons nous baigner. Lucas nous demande pourquoi cette envie de baignade d’un coup.

    -          - Parce qu’on préfère choisir nous-même d’aller dans l’eau, répondons nous à l’unisson.

    -          - Syncro et prévoyantes, se moque Nolan en arrivant.

    -          - Bah tient, un revenant, lance le métis en riant.

    -          - T’étais passé où, l’interroge Lucas.

    -          - Partis me promener, j’avais besoin de réfléchir, lance le blond mécontent qu’on lui pose cette question.

    Personne n’insiste. Les garçons refont une partie de volley pendant que je discute avec les autres filles tout en les regardants. Une petite heure plus tard, Debora arrive. Elle nous explique que sa directrice de stage pour la rentrée l’a appelée. Etant nous aussi un nombre pair, nous nous répartissons dans les équipes des garçons pour faire un dernier match. Dans la première équipe, il y a Hugo, Léo, Gabriel, Nolan, Kevin, Sophie, Debora et Morgane. Dans la seconde équipe il y a Nicolas, Noémie, mon chéri, Zach, Tristan, Lucas et ma frangine. Les équipes sont très équitables et à l’heure où l’on a décidé d’arrêter, les deux équipes sont à égalité. Je m’en moque tout comme Sophie, Florent, Maëlle, Lucas et Zach. Mais les autres veulent poursuivre jusqu’au prochain point. Nous poursuivons donc le match. Et ironie du sort, c’est mon équipe qui gagne, celle où les trois quart ne voulaient pas continuer. L’autre équipe est furax. Nous rentrons chacun à notre tente. Puis je dîne avec ma jumelle après avoir pris une bonne douche. Après la vaisselle, je vais rejoindre mon chéri sur la dune. Nous avons prévu de nous balader en amoureux tout en regardant le coucher du soleil. Puis vers 22h, Nicolas appelle Florent complètement paniqué. Apparemment le père a décidé de le mettre lui et Gabriel dans un pensionnat super strict à la rentrée. Et les deux frères craignent de ne pas pouvoir voir leur mère comme ils veulent. Florent m’explique qu’il doit aller les voir car il n’y a que lui qui peut parvenir à faire changer d’avis leur père. Je lui souris et l’embrasse tendrement avant qu’il ne parte en trottinant vers le camping. A un moment, je le vois ralentir et tourner la tête vers la plage, enfin la crique des amoureux plutôt, puis repartir. Curieuse, je presse le pas pour découvrir ce qui a pu capter son attention. Telle n’est pas ma surprise d’y découvrir ma jumelle et Zach qui rient ensemble. A mon avis s’ils ne sortent pas ensemble, ça va vraiment arriver prochainement. Ils sont vraiment trop mignons tous les deux. Je vais ensuite me poser sur la plage, sur le sable encore tiède et téléphone à Louise. Je sais qu’il est tard, mais elle m’a dit dans un de ses sms qu’elle ne travaille pas demain. La pauvre est contente de finir son job d’été bientôt parce qu’entre son patron qui fait chier tous les employés et qui tripote tout le personnel féminin, ses collègues masculins peu délicats et son voisin de chambre universitaire qui a fait exprès de rester tout l’été pour l’emmerder ; elle a hâte de partir en vacances. Elle m’explique justement qu’étant en vacances jusqu’à la rentrée, elle a décédé d’aller à la mer. A ce moment-là, rien ne m’a effleuré l’esprit. C’est ce qui a fait la surprise encore plus belle ! Puis nous avons raccrochées. Je suis rentrée au camping sans oublier d’envoyer un message à mon chéri pour lui demander comment ça se passe. Il a dû finir de me répondre très tard, puisque ce n’est qu’au milieu de la nuit qu’il me répond. Ça me réveille mais ce n’est pas grave, surtout qu’il me dit que c’est en partie une affaire réglée.

     

     


    votre commentaire
  • Août 2013, 5e semaine de vacances, Dimanche

     

                    Il est 9h30 lorsque je me fais réveiller par mon chéri qui me chuchote des mots doux au creux de l’oreille. J’adore me réveiller ainsi. Nous restons un bon moment dans ma chambre. Il m’explique ce qu’il a dit à son père la veille. Puis il me quitte parce que Nicolas l’appelle pour lui dire que leur mère a obtenu le droit de téléphoner et qu’elle est en ligne avec Gabriel. Un sourire se dessine sur le visage de Florent. Etant toute seule désormais, j’en profite pour me faire belle, prendre soin de moi. Je me mets de la crème hydratante puis du monoï. Je refais mon vernis sur les orteils puis sur les ongles. Ensuite je passe le balai dans ma tente. Et y en avait bien besoin ! Midi arrivant à grands pas, je commence à préparer le déjeuner pour ma jumelle et moi. Nous mangeons aux alentours de 13h. En début d’après-midi nous optons pour la plage. Sauf qu’à peine arrivée, je m’aperçois que j’ai oublié ma crème solaire. Je retourne donc la prendre à l’emplacement. Mais là, une énorme surprise m’attend : Melinda est revenue ! Et pour un moment visiblement. Je saute de joie et me jette dans ses bras avant de l’aider à monter sa toile. Elle est petite, cela ne nous prends pas beaucoup de temps. Elle met toutes ses affaires vite fait de dedans et nous allons rejoindre ma jumelle à la plage. Je fais les présentations. Ma sœur est heureuse de la rencontrer. Surtout que je lui ai beaucoup parlé de Melinda qui ‘a aidé au début où j’ai tout appris. Petit à petit, tous nos amis arrivent, dont Florent et ses frères. Florent dit bonjour à Melinda qu’il reconnait. Je remarque que Gabriel mate Melinda, sauf que ma copine n’a d’yeux que pour le club des cinq qui arrive. Je me demande bien lequel lui plait le plus vu qu’elle a le même regard que lorsqu’elle a rencontré Mario plus tôt dans la saison. Enfin je garde bien de lui poser la question pour l’instant. Je préfère discuter avec mon chéri, Sophie et Kevin. Vu la chaleur, je vais ensuite me baigner. Maëlle me suit tout comme Florent, Kevin, Sophie, Zach et Lucas. Les autres restent aux serviettes. Et vu les discussions plutôt osées de certains e ne préfère pas entendre. D’ailleurs, Melinda ne tarde pas à nous rejoindre. Vers 18h après une franche partie de rigolade dans l’eau, je rentre à l’emplacement. Maëlle, Morgane, Florent et Melinda rentrent eux aussi. Les autres restent bronzer encore un peu. Ce soir, nous avons décidé d’aller au bowling. Il faut que je me prépare. Et ça prend du temps ! A 21 heures, Florent passe me chercher. Il est avec Zach, Lucas et Gabriel. Je remarque bien le sourire de ma jumelle lorsqu’elle voit le métis sur notre emplacement en sortant de sa tente. Nous partons donc en même temps que Sophie et Kevin. Melinda s’est déjà volatilisée, à mon avis elle est avec le reste du club des cinq, Tristan et Nicolas qui sont, aux dire des garçons, déjà partis. Comme nous sommes seize vu que Noémie n’a pas pu venir (Quelle bonne nouvelle !) nous nous répartissons sur deux pistes. Je suis sur la première avec Flo, Zach, Maëlle, Sophie, Kevin, Lucas et Melinda. A l’issue de la première partie, je suis troisième derrière Florent et Kevin. Zach à le même score que moi tandis que ma sœur et les autres suivent de près aussi. Nous refaisons ensuite deux parties en modifiant un peu les groupes à chaque fois. Heureusement, je ne me retrouve jamais à jouer sur la même piste que le bouclé ! Vers minuit nous rentrons au camping. Mon chéri reste dormir avec moi, à mon plus grand plaisir !

     

     


    votre commentaire
  • Août 2013, 6e semaine de vacances, Lundi

     

        Ce matin, en me réveillant, je vois que mon amour de Florent est déjà parti. Maëlle prend son petit déjeuner assise dans sa toile. Elle a un grand sourire. Je l’interroge du regard, mais elle ne fait que de me sourire un peu plus. La bourrique ! Elle sait que je n’aime pas quand elle fait ça. Pff, je le saurais bien un jour. En allant prendre ma douche, je croise Noémie. Je la toise méchamment. Elle baisse la tête et dans son regard, je comprends que ce que je craignais est en passe d’arriver … Y en a encore un qui va souffrir ! Cette garce nous a bien eus ! Elle n’a pas changée. A moins qu’elle ait fait un effort mais qu’elle est incapable de changer. Bref, il faut que je veille sans dire quoi que ce soit à Florent. Eventuellement, j’en parlerais à Tristan. D’ailleurs, ça me fait penser que c’est fou comme les gens peuvent être influencés par leurs fréquentations ! En réalité ! Tristan est un mec super sympa ! Une fois prête, j’avale un verre de jus d’orange et mange une tranche de brioche avant de rejoindre mon adorable chéri à son emplacement. J’y vois Nico et Gab en pleine discussion. Ça semble sérieux.

    -          - Salut les garçons, dis-je en souriant.

    -          - Salut, me fait Nicolas d’un air préoccupé.

    Gabriel me répond un « salut » plus joyeux.

    -          - Flo est dans sa tente, m’indique Nico.

    -          - Merci Nico.

    Je vais frapper à la toile. Mon chéri sort tout de suite et nous partons vers la plage. Assis sur le sable, nous discutons sous un ciel gris mais non menaçant. Faut reconnaître que l’absence de soleil fait presque du bien … cela repose notre peau. D’un coup, je me mets à penser à la rentrée. L’idée de ne plus voir mon chéri me fend le cœur ! Florent aussi se mal en y pensant, mais c’est surtout son histoire de famille qui le mine. Nous revenons donc sur un sujet plus joyeux ! Nous prévoyons d’aller à la danse bretonne ensemble le soir. En début d’après-midi, alors que j’essuie ma vaisselle, Zach vient me parler. Il a l’air préoccupé et ça m’inquiète. En réalité, il est porteur d’une bonne nouvelle. Il a écrit deux chansons mais il tient absolument à m’en chanter une des deux avant qu’il ne les montre à ses amis. Celle qui me chante parle d’une amie en or qui l’a aidé à revoir la vie en rose. Il me dit que c’est moi qui l’ai inspiré. Ça me touche beaucoup. Mais il refuse de me montrer les paroles de la seconde chanson. J’insiste, mais il ne change pas d’avis. Cependant son sourire et son regard pétillant en disent long et le trahissent. Moqueuse, je luis dis :

    -          - Bah pas grave, va la chanter à Maëlle, et pas la peine de m’en dire le sujet, fini-je avec un clin d’œil.

    -          - Mais, comment tu as deviné ?, me demande-t-il surpris.

    -          - Zach, sérieusement, quand est-ce que vous allez arrêter l’un comme l’autre de me prendre pour une quiche !, répliqué-je en souriant.

    Il ne sait pas quoi répondre. Il paraît gêné et tendu, comme si j’allais lui reprocher de vouloir sortir avec ma jumelle.

    -          - Qu’est-ce qui te chiffonnes ?

    -          - Rien, me dit-il, juste que je m’étonne que ça ne te dérange pas, vu ce que j’ai fait …

    -          - Ah non, hein ! Tu ne vas pas remettre ça sur le tapis ! Il n’y a aucune raison pour que ça me dérange.

    Il repart rassuré, en souriant  et en me bredouillant un merci. Quelques minutes après son départ, j’entends une voiture arriver sur l’emplacement d’en face. J’en suis étonnée, car la dernière fois que j’ai regardé dans cette direction, la voiture de Melinda était garée. C’est une petite polo rouge que je ne connais pas. En revanche, lorsque la conductrice sort, je n’en crois pas mes yeux ! Je la connais plus que bien ! C’est Louise, mon amie qui fait ses études de chinois à Lyon. L’effet de surprise passé, je lui dis bonjour et la serre dans mes bras. Je commence à comprendre que mes parents n’y sont pas pour rien dans l’arrivée de tous mes amis. C’est donc ça ma surprise qui a commencé depuis début août ! Manque plus que Marine, mon amie de la fac. Je ne croyais pas si bien dire … J’aide Louise à monter sa tente à côté de la toile de Melinda. L’a pauvre, elle n’a jamais fait de camping et est un peu perdue. Heureusement qu’elle est débrouillarde. Je lui explique quelques petites choses, lui montre les sanitaires, l’accueil, le portail vers la plage. Nous restons discuter un bon moment à ma toile de tente, puis, je reçois un sms de Sophie qui me demande où je suis car tout le monde s’inquiète de ne pas me voir à la plage. Je lui explique vite fais pas message l’arrivée de Louise et la préviens que nous arrivons. Ensuite, j’explique à Louise que j’ai d’autres amis qui sont là, elle s’en doutait, et aussi des gens que j’ai rencontré ici. Elle me dit qu’elle a hâte de les rencontrer, surtout ma jumelle. Je me garde bien de lui dire qu’il y a des beaux gosses célibataires dans le lot. Je guette sa réaction lorsque nous arrivons à la plage. Dès qu’elle voit les garçons, elle me regarde d’un air accusateur. Moi je lui souris, contente de mon effet de surprise. Je la présente à tout le groupe. Nolan, Hugo et Léo vont pour faire une remarque désagréable mais ils s’abstiennent. Je m’assois à côté de Florent après que Gab m’ait laissé sa place. Il a l’air de s’y faire le cadet à ce que Flo et moi soyons ensemble. Louise s’installe entre ma jumelle et Lucas. Le reste de l’après-midi passe vite, entre discussions, jeux, baignades et éclats de rires. Le soir, je vais à la danse bretonne avec Florent. Maëlle, Louise, Melinda, le métis, Lucas et Tristan viennent aussi. A 23h, nous sommes rentrés au camping.

     

     


    votre commentaire
  • Août 2013, 6e semaine de vacances, Mardi

     

                    Ce matin, je me réveille de très bonne heure. Je prends mon petit déjeuner puis file me laver et m’habiller. A 9h pile, je suis au marché. Je fais les courses pour quelques jours puis rentre tout mettre au frais. En rentrant, je croise justement Louise et Melinda qui y vont. Ça fait plaisir de voir qu’elles s’entendent bien les deux-là ! En milieu de matinée, Florent me rejoint et nous partons nous promener en amoureux dans la campagne et les petits hameaux de Locmariaquer. Je pense de plus en plus à la rentrée et au retour à Rennes. Me balader avec mon chéri me permet de ne pas penser à ces choses désagréables. Pour l’instant toute cette histoire avec Maëlle n’est réelle qu’ici au camping. Le retour à la réalité va faire mal, très mal ! En fin de matinée, nous refaisons un tour au marché tous les deux en flânant. Puis nous décidons de déjeuner ensemble à la crêperie du port. Nous nous installons à une petite table en terrasse, face au port, alors qu’un serveur vient tout de suite prendre notre commande. Je n’ai jamais vu un serveur aussi moche ! Alors que nous dégustons notre dessert, mon téléphone vibre. C’est un sms de ma frangine qui souhaite que je passe l’après-midi avec elle. Je lui réponds que j’arrive dans moins d’une heure. Puis alors que je vais pour ranger mon appareil, il vibre de nouveau et en même temps que celui de Flo. Comme nous nous en doutions tous les deux, c’est un sms groupé de Tristan : « Ce soir, soirée en boite, ça vous tente ? ». Florent me demande ce que j’en pense. Je lui dis que c’est une bonne idée. Du coup, il répond à son meilleur ami et me montre le message avant de l’envoyer : « Ok pour ce soir, je viens avec Camille ». Ensuite nous payons l’addition. Enfin, Florent insiste pour me payer mon repas. Il est tellement mignon, je fini par céder. Lorsque nous arrivons au camping, Maëlle m’attend de pied ferme devant ma tente. Florent me dit qu’il doit encore régler quelques trucs avec son père et téléphoner à sa mère. Il me laisse. Avec ma jumelle, nous nous installons sur nos draps de plage, sur l’herbe entre nos deux tentes. Elle commence par m’annoncer que les parents l’ont prévenu qu’ils vont téléphoner demain matin pour nous parler de la rentrée. Je sais qu’ils vont lui parler de son appartement, mais je me garde bien de lui en parler avant. Mine de rien elle me demande ensuite si j’ai passé une bonne matinée. Je lui raconte donc notre petite balade puis qu’il m’a offert le resto à la crêperie du port ce midi. Moqueuse, je lui demande comment ça se passe avec son cher Zach. Je le fais aussi pour savoir si le métis a suivi mon conseil pour la chanson.

    - Bah, dit-elle les yeux pétillants de bonheur, c’est justement de ça que je voulais te parler.

    -  Je t’écoute Ma’, qu’est-ce qui s’est passé ?

    - Il est venu me voir tout à l’heure et il m’a emmené dans la crique des amoureux. Au début je n’ai pas compris pourquoi et il m’a juste dit que sa voix raisonne mieux là-bas. Puis il a commencé à chanter une nouvelle chanson qu’il m’a dit. Mon dieu sa voix est magnifique, s’extasie-t-elle. La chanson, je veux dire le texte, est tout aussi beau. Et à la fin de la chanson, il s’est approché de moi le regard pétillant et heureux et il a délicatement posé ses lèvres sur les miennes.

    -  Comme c’est adorable, m’exclamé-je.

    - Au départ, je n’avais pas compris que les paroles étaient pour moi, j’étais trop absorbée dans la contemplation de son magnifique corps et bercée par sa voix. Je me suis bien gardée de le lui dire. Et en me remémorant les paroles, je me suis rendue compte qu’il a eu le coup de foudre le premier soir où il nous avues sur la plage quand on était avec Florent. Tu ne peux pas savoir comment je m’en veux d’avoir pu penser qu’il est comme mon connard d’ex ! C’est un amour ce mec !

    -  Je m’en doute Ma’, je me doute. Je vous souhaite plein de bonheur à tous les deux. Mais sache que c’est grâce à moi qu’il a osé te chanter la chanson. Moi, il m’en a chanté une qui s’intitule « une amie en or » et je savais très bien depuis un moment qu’il t’aimait mais vous êtes tellement têtus qu’aucun de vous deux ne voulais me croire.

    -  Toi ?! En entremetteuse ?!, me demande-t-elle étonnée.

    -  Eh oui, parce que je savais que vous êtes faits l’un pour l’autre. Et entre les confidences d’une sœur et d’un ami proche, crois-moi j’en avais des preuves que vous alliez finir ensemble.

    Nous rions puis Louise vient nous voir. Nous prenons une limonade toutes les trois avant de dîner légèrement. Puis nous décidons de ce que nous allons nous mettre pour aller en boite. Louise nous conseille de mettre le paquet pour que nos hommes nous désirent. Maëlle met sa magnifique robe noire tandis que j’opte pour un jean avec un débardeur jaune très sexy. Morgane et Debora qui passent par-là me conseillent de ne pas mettre de soutien-gorge pour rendre Flo encore plus fou. Je leur dit que ce n’est pas mon genre de faire ça. Puis Louise va vêtir sa petite robe rouge décolletée avant de revenir nous coiffer et nous maquiller. Elle est trop douée pour ça. Vers 22h, Zach arrive sur l’emplacement alors que je suis avec Debora et Morgane.

    -     Wouah ! J’en connais un qui va être séduit, t’es magnifique Camille.

    -    Merci Zach. Moi j’en connais un qui ne va pas en croire ses yeux, lui répond-je avec un clin d’œil.

    Il me regarde intrigué tandis que les filles ne semblent pas comprendre non plus. Mais lorsque Louise et Maëlle sortent de la tente de ma sœur, Zach ne peut détacher ses yeux de ma frangine. Je souris contente de voir qu’il est subjugué par la beauté et le charme de ma jumelle. Debora et Morgane partent vers la boite de nuit. Maëlle et le métis ne tardent pas non plus à y aller. Louise, elle, craint de se sentir seule face à tous ces couples. Je la rassure en lui disant que tous les mecs de la bande ne sont pas en couple. Soudainement intéressée, elle retrouve son empressement pour aller danser. Sa motivation : trouver un mec ! Florent me rejoint ensuite et nous partons tous les deux. Louise est juste devant nous. Flo m’explique qu’il a du mal à se débarrasser de ses frangins qui pestent que nous n’ayons pas décidé de faire une sortie bowling. Une fois arrivés là-bas et nos affaires mises au vestiaire ; je pars directement me déhancher sur la piste de danse alors que mon chéri part chercher à boire au bar. Après quelques danses, je le rejoins. Il est avec les autres garçons. Je trempe juste mes lèvres dans le verre de vodka-orange de mon chéri, n’ayant pas envie de boire d’alcool ce soir. Tout à coup, une chevelure attire mon attention. J’ai l’impression que je la connais. Seulement la personne à laquelle je pense, c’est impossible qu’elle soit présente ce soir, elle est mineure ! Elle se retourne et j’ai alors la confirmation que c’est bel et bien Noémie ! Mais qu’est-ce qu’elle fiche ici et surtout comment a-t-elle pu entrer ? Alors que je pose mille et une questions, la réponse m’apparaît toute crue sur un plateau.  Je vois Noémie embrasser un mec plus vieux qu’elle … Attendez, une minute ! Elle en embrasse un autre alors qu’elle sort avec Nico ! Mais qu’elle garce ! C’est officiel cette pouffiasse m’a mise hors de moi ! Je me retourne vers le bar et m’aperçois que Tristan a vu toute la scène lui aussi. Finalement après avoir embrassé mon chéri, je retourne danser. Comme je m’en doutais, le meilleur ami de Florent me suit. Il me dit ce qu’il a vu et je lui dis que j’ai vu aussi. Il se demande quoi faire. Je lui donne mon avis : à part être vigilants, on ne peut rien faire. Le dire à Nicolas le briserait et si Florent l’apprend, il fait la peau à la garce. Elle le mérite amplement mais bon je ne veux pas être complice d’un meurtre ^^ En revanche, je préviens Tristan que j’ai l’intention d’aller voir Noémie et de lui parler. C’est d’ailleurs ce que je fais dès qu’il retourne voir les garçons. Noémie est très étonnée de me voir. Elle fait l’innocente mais avec moi ça ne marche pas ! Je la mets devant le fait accompli en lui racontant tout ce que j’ai vu. Je lui propose un choix : soit elle l’avoue à Nicolas, soit, je le dis à Nicolas et à Florent. Elle me dit qu’elle va le dire à Nico mais je n’y crois pas alors j’ajoute une condition : elle a cinq jours pour le faire. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi garce ! Si j’avais su, je l’aurais dit directement à Nicolas. Mais bon, on n’a pas toujours tous les éléments pour faire nos choix et l’on fait en fonction de ce que l’on sait. Après cette soirée mouvementée, je rentre au camping en compagnie de Florent qui reste dormir avec moi. D’ailleurs, nous ne faisons pas que dormir …

     


    votre commentaire
  • CHAPITRE 39 : Août 2013, 6e semaine de vacances, Mercredi

     

        Ce matin, le réveil est difficile même si mon chéri est auprès de moi. Pourquoi ? Parce que je crains ce que les parents vont nous annoncer. Il est 9h15 et franchement, mon mal de tête affreux me fait regretter de n’avoir rien bu hier, au moins je aurais su pourquoi je me sens mal ! Florent, toujours aussi attentionné me caresse délicatement le visage, le cou et les épaules en me chuchotant des mots doux. Tout à coup, nous entendons la fermeture éclair de la tente s’ouvrir avec empressement. Puis ma jumelle crie.

    -         Debout les tourtereaux ! Camille, les parents ont envoyé un message, ils appellent dans une demi-heure.

    -         Eh du calme Maëlle, lui répond mon chéri, Camille à mal à la tête.

    -         Oups, fait ma frangine confuse. 

    -         Putain, fais chier, dis-je en réalisant ce que Maëlle vient de me dire. 

    Je me lève avec empressement et prépare mes affaires pour la douche. Plus je bouge, plus ma tête tourne. Florent se lève aussi. En voyant ma tête, Maëlle se moque de mes abus de la veille. Mais lorsque je lui réponds que je n’ai pas bu une goutte d’alcool, elle s’inquiète sévèrement. Elle le sait un mal de tête sans explication peut être le signe d’une crise d’angoisse imminente et importante.

    -         Camille, va doucement, tu vas faire un malaise, me dit Maëlle. 

    -         T’en fais pas Maëlle, lui dit Florent, je vais à la douche aussi, je ne serais pas loin si y a un souci. 

    En entendant cela, je souris de voir Florent si attentionné et protecteur. Mais je ne m’attendais pas ce qu’il entre dans la même douche que moi. Le coquin ! Ça, c’est certain, il ne va rien m’arriver. Mais, je ne suis pas sûre que ma sœur pensait à ce genre de surveillance. Lorsque je retourne à ma tente après des paroles rassurantes de mon chéri, ma sœur est déjà au téléphone. Je peste en mon for intérieur. Je connais maman, elle va grogner que je ne sois pas prête. Mais elle ne sait pas pour mes crises d’angoisses alors elle ne peut pas comprendre. Ma jumelle me regarde avec un air interrogateur. Je comprends alors que les parents ont commencé par lui parler de son appartement. Je lui souris et elle me chuchote un « cachotière » en riant. Puis les parents nous expliquent que Maëlle va emménager dans son appartement dès la fin du mois d’août, autours du 29. Ma mère me demande alors quand est-ce que Marine emménage avec moi. Je lui réponds « le 1er septembre ». Ensuite, nous parlons de notre vie tous ensembles. Les parents veulent que nous passions tous les week-ends à la maison pour nous habituer à vivre toutes les deux comme des sœurs. Ils nous conseillent également de ne pas forcément dire à toutes les personnes que nous connaissons ce changement afin d’éviter les questions gênantes, insistantes, à répétition … par contre, mon père nous précise que pour notre inscription à la patinoire, Maëlle ne va pas pouvoir mentir. Je vois ma sœur grimacer. Je lui dis alors qu’elle peut faire son inscription auprès de l’entraineuse dans son bureau pour que cela reste secret. Elle approuve mon idée. Les parents lui disent aussi de penser à changer ses informations à la fac, ce qui est aussi valable pour moi. Parler de la rentrée me donne le bourdon. Ma jumelle tente de me réconforter mais ce n’est pas facile. Mais sa position st plus agréable que la mienne, elle sait que Zach n’habite qu’à moins d’une heure de route de Rennes. Je le lui fais remarquer une fois que nous avons raccroché. Elle soupire avant de me dire que j’ai raison, mais qu’il ne faut pas non plus que je pense à ça tant que ce n’est pas l’heure des séparations. Elle ajoute qu’il faut que je profite de passer du temps avec Florent, « je n’ose dire du bon temps », finit-elle malicieusement. Je lui donne une petite tape sur la tête pour qu’elle arrête de se moquer de moi. Heureusement qu’elle ne sait pas ce qu’il s’est passé dans la douche ce matin. Enfin mon moral n’est pas au beau fixe pour autant. Après le repas de midi, une fois la vaisselle faite, Maëlle s’éclipse. Je suis presque certaine qu’elle va passer l’après-midi avec Zach. Mais lorsqu’elle sort de ma toile, je l’entends parler avec Flo. Je suis sûre qu’elle lui parle de mes craintes vis-à-vis de la rentrée, la traitre !

    -         Alors ma belle, on fait des crises de panique, me lance Florent en souriant affectueusement. Faut pas t’inquiéter comme ça. 

    -         Mais, il ne nous reste même pas deux semaines ici, parviens-je à articuler avant de pleurer. 

    -         Chut, me dit-il en me prenant dans ses bras. Même si nous sommes séparés, je ne t’oublierais pas. Et puis je viendrais te voir le week-end. Je ne veux pas que tu doutes de ça. On profite à fond des jours qui nous restent à passer ensemble. Aller viens, on fait une partie de « jungle speed » et pas besoin de sourire comme ça, cette fois-ci on la fait vraiment, promis je ne fais pas comme l’autre jour, finit-il en souriant de son sourire charme que je préfère. 

    En plein milieu de l’après-midi, nous entendons une des filles revenir sur l’emplacement d’à côté ou d’en face qui glousse et rit avec un mec. Je me demande bien qui cela peut être puis je songe à Morgane et Hugo. J’ai pensé sans doute à voix haute et Florent me répond que ce n’est pas la voix du bouclé. Finalement, aussi curieux l’un que l’autre, nous regardons discrètement au-dessus de la haie qui nous sépare de l’emplacement d’à côté. J’y aperçois Debora. Puis Florent me donne un coup de coude pour que je regarde au même endroit que lui. Je vois alors Nolan qui entre sur l’emplacement et embrasse Deb. Comme c’est mignon !

    -          M’étonne pas que je ne connaissais pas la voix, Nolan, on ne l’entend presque pas, il parle si peu, dis-je en chuchotant.

    -          C’est vrai.

    Ensuite, nous décidons d’aller à la plage en amoureux. Nous nous dirigeons vers la crique des amoureux. Peu de temps après que nous soyons installés, Hugo et Morgane débarquent.

    -          Désolé, la place est prise, dis-je au bouclé qui me jette un regard noir alors que Morgane se marre.

    -          Qu’est-ce qui est drôle, demande le bouclé vexé.

    -          Mes leçons ont enfin portées leur fruit. Camille sait enfin se défendre face à des mecs comme toi. Et c’est plutôt rassurant, ça évite d’avoir à la ramasser à la petite cuillère.

    -          Pff, fait Hugo.

    -          Aller viens, on va ailleurs, lui susurre Morgane d’un ton romantique qu’on ne lui soupçonne pas.

    Puis c’est ensuite, quelques instants plus tard, Debora et Nolan qui arrivent.

    -          Salut les amoureux, lance Florent moqueur.

    Debora nous lance un regard interrogateur.

    -          Deb, les haies entre les emplacements ne sont pas encore très hautes, lui réponds-je en riant.

    Nolan paraît gêné alors que Debora rigole. Puis nous leur laissons la place en leur disant « honneur au couple le plus récent ». Nous allons donc nous poser sur la grande plage où nous retrouvons ma jumelle qui, comme je le pensais, est avec son cher Zach. Nous leur expliquons ce qu’il vient de se passer. Nous rions mais Zach semble perplexe face à cette nouvelle. Je l’interroge du regard. Il me répond qu’il trouve ça bizarre car de ce qu’il connait Debora, ils ne vont pas vraiment ensemble. Je lui dis qu’on verra bien, mais il ajoute qu’il est inquiet parce que Nolan sort d’une rupture difficile et qu’il a tendance à suivre Hugo dans ses conneries. Au final, notre discussion est interrompue par Nicolas qui vient chercher son frère. Du coup je reste avec Maëlle et le métis. J’explique au métis que de toutes façons je suis toujours obligée de surveiller Debora pour la protéger des dangers de la vie, qu’on verra bien ce que l’avenir leur réserve et que si cela se trouve, ils seront très longtemps ensemble. Puis Zach change de sujet de discussion d’un coup me donne un conseil.

    -          Camille, habille-toi comme hier soir, Florent a adoré.

    -          Ah parce que maintenant, vous parlez de moi dans mon dos, dis-je en faisant semblant d’être outrée.

    -          Ce n’est pas nouveau, me répond malicieusement le métis. Et Ma’, je te trouve ravissante dans ta robe d’hier.

    -          Quelle charmante façon de me dire de me rhabiller pareil, déclare ma jumelle en souriant malicieusement, mais qui te dis mon amour que je n’ai pas encore plus surprenant dans la valise ?

    Alors qu’ils s’embrassent avec passion, je rentre à la tente où Louise m’attend avec Melinda pour que nous mangions ensemble avant de nous préparer. Suivant le conseil de Zach, je remets mon petit haut jaune puis j’enfile ma jupe en jean. Maquillage bleu aux yeux, mascara noir et rouge à lèvre orange et me voilà prête. Louise me boucle quelques mèches avec son fer à boucler. Un peu de parfum et je suis totalement prête ! Nous arrivons au port après vingt minutes de marche à pieds. Il est 20h et c’est le début des danses bretonnes. J’en fais quelques-unes. Melinda aussi. Louise essaye d’en faire une simple et pour une première tentative c’est vraiment pas mal. Une bonne demi-heure plus tard, les garçons arrivent.

    -          Eh, les filles, les mecs arrivent, lance Melinda.

    -          Lesquels, dis-je. Le club des cinq ? Flo ?

    -          Hum, me fait Melinda avant de répondre, y a Flo, Nicolas, la garce, Tristan.

    -          Et y a les autres plus loin, complète Louise.

    -          Salut ma chérie, me susurre Florent.

    -          Coucou mon cœur, lui-réponds-je avant de l’embrasser.

    Tristan et Nicolas sifflent ! Ces nigauds ! Pff, ils en font exprès pour m’énerver. Du coup je me force à ne pas réagir. Ce qui est difficile car le métis se joints à eux. Ces trois-là, quand il s’agit de faire des conneries … Je jette un regard noir à Zach. Puis il me glisse à l’oreille qu’il est ravi que j’ai suivi son conseil vestimentaire. La soirée se déroule dans la bonne humeur. Je danse aux côté de Florent, et de Maëlle. Je m'amuse comme une petite folle ! J’adore danser et cela n‘échappe à personne. En revanche, je m’étonne d’une chose : Nicolas vide encore verre sur verre et Florent ne dit rien. A mon avis cela cache encore un problème familial. Mais le pire, c’est qu’étant bourré, Nicolas ne se rend même pas compte que la garce batifole de mec en mec ! Tristan semble aussi désemparé que moi face à la situation. Je croise le regard de Noémie. Si je le pouvais, mon regard la tuerait ! Quand je pense, qu’on a tous cru qu’elle avait changé … Le pauvre Nicolas va encore souffrir. Il n’a pourtant vraiment pas besoin de cela en ce moment. Le reste de la soirée se déroule plutôt bien, même si l’on peut dénombrer plusieurs bourrés … Dans le lot de ceux qui ne marchent plus droit ou plus tout seul, nous avons Nicolas, Gabriel, Hugo, Léo, Débora et Morgane. Melinda n’est pas au top de sa forme mais ça va encore. Nous sommes tous venus à pieds, au moins il n’y a pas de problème pour rentrer. C’est juste plus long, mais l’air frais du bord de mer n’a jamais fait de mal à personne. Après deux slows qui clôturent la soirée et que je danse dans les bras de mon chéri, toute la petite bande rentre au camping. Devant Flo et moi, y a Débora et Nolan. Ils me font rire tous les deux. Par contre Nicolas et Noémie, ça me fait de la peine de les voir ainsi. Elle ne se préoccupe pas de lui, à croire que ça l’arrange qu’il soit dans ce piteux état. Heureusement Tristan aide le petit jeune du groupe à avancer. Un regard vers mon Florent adoré me montre qu’il n’est pas indifférent à l’état de son petit frère, mais plutôt désemparé et inquiet. Lorsque nous arrivons au camping, Florent se dirige vers sa tente pour veiller sur ses frères. Je m’apprête à tourner vers la mienne, mais mon chéri m’attrape par la main. Je le suis donc jusqu’à sa tente, toute souriante. Gabriel et Nicolas n’arrivent pas à ouvrir leurs tentes. Florent se moque d’eux. Moi, j’ai de la peine pour eux et vais ouvrir la tente de Gabriel puis celle de Nico. Ensuite, je rejoins Florent dans la sienne. Il m’explique qu’il est inquiet pour Nicolas car d’habitude c’est un battant. Et il surveille son cadet, parce que lui, au contraire est fragile. Et c’est les larmes aux yeux qu’il m’annonce que l’état de santé de sa mère s’est aggravé et qu’ils lui ont diagnostiqué un cancer des deux seins à un stade avancé, en plus de son organisme sans défenses immunitaires. Je lui chuchote qu’il n’y a pas que cela qui chagrine Nicolas. Comme je m’y attendais, Florent sors de ses gonds !

    -          Ne me dit pas que c’est Noémie, sinon je lui en colle une tout de suite à cette garce !

    -          Calme-toi Flo, je n’ai rien dit. Et tu n’as qu’à observer pour te rendre compte que ça ne tourne pas rond entre ton frère et la garce. Demande à Tristan ce qu’il en pense, fini-je en souriant affectueusement, pour lui montrer qu’il n’est pas seul à se préoccuper de ses frères.

    -          Je sais qu’il me cache des choses. Il veille tellement sur Nico que rien ne peut lui échapper. Je lui fais confiance. Heureusement qu’il est là, sinon j’aurais bien du mal à gérer mes frangins. Et si tu n’étais pas là, je n’arriverais même pas à me gérer moi-même, finit-il entre deux sanglots.

    Je le serre fort dans mes bras et lui chuchote des mots doux pour le réconforter. Je n’aime pas voir les gens pleurer, ça me fend le cœur. Nous finissons par nous endormir lovés l’un contre l’autre.


    votre commentaire
  • Août 2013, 6e semaine de vacances, Jeudi
     
                    C'est mon téléphone qui me réveille ! Un texto de Marine qui me prévient de son arrivée dans l'après-midi. Elle m'explique que son ex l'a trompée puis humiliée et insultée et qu'elle a besoin de changer d'air. Du coup elle a profité de la proposition de mes parents. Je lui réponds que j'irais la chercher à la gare d'Auray. Doucement je caresse le torse de mon cher et tendre en lui murmurant des mots doux. Il finit par ouvrir les yeux. Il me sourit puis enfouit sa tête dans mon cou avant de me susurrer qu'il veut des réveils comme ça tous les jours.
    -          Si seulement c'était faisable mon amour, dis-je en soufflant tristement.
    Nous nous levons. Je l'informe de l'arrivée de Marine, puis nous attendons que ses frangins se réveillent pour leur parler. C'est Gab qui se réveille en premier. Florent va donc lui parler dans sa tente. Pendant ce temps, Nico émerge à son tour. J'en profite pour lui parler sans que Florent ne puisse entendre. Mais le petit jeune de la bande n'ose pas me parler. J'insiste.
    -          Nico, profites-en, Florent ne peut pas entendre, dis-moi pourquoi tu as encore abusé hier soir ?
    -          Laisse tomber Camille, tu ne peux pas comprendre, t'as une famille en or !, me dit-il froidement.
    -          Oh ! Eh ! Ne me dit pas ça ! C'est différent mais ce n'est pas forcément mieux, dis-je ne radoucissant un peu ma voix.
    -          Pardon, j'avoue c'est nul de ma part d'avoir dit ça ...
    -          Donc, la raison de ta cuite ?, insisté-je.
    -          Pff, fait-il en soupirant, ok, t'as gagné, c'est à cause de Noémie.
    -          Enfin tu l'avoues ! Pourquoi te rendre malade pour elle ? Nicolas, tu la connais, tu sais ce que tous les jeunes du camping pensent d'elle ... personne ne l'aime ! Et elle n'aime personne ...
    -          N'importe quoi ! Tous les mecs l'adorent !
    -          Mais bien sûr, dis-je en levant les yeux au ciel, j'ai plein de contre exemples alors ... Nicolas, tu le sais et tu te voiles la face, les mecs du camping veulent juste la mettre dans leur lit ... enfin pas tous heureusement pour moi, bref ... Elle aussi d'ailleurs elle veut tous les mecs du camping juste pour sa liste ...
    -          Mais tu rigoles, elle est gentille, adorable ...
    -          Gentille ... ne le dit pas sur ce ton s'il te plait, garde ce vocabulaire pour n'importe qui mais pas devant moi ! On dirait que Tristan t'as quand même refilé un mauvais vocabulaire ... dis-je en radoucissant ma voix. Je te préviens Nico, reprends-je, protège ton cœur, tu n'as pas besoin d'une peine de cœur à guérir en ce moment. Et la Noémie, je ne la sens pas sincère. Ne fais pas les gros yeux comme ça, je ne suis pas la seule à le penser, mais pour l'instant je suis la seule à oser te le dire. Fais ce que tu veux de ce que je viens de te dire, mais vient pas dire que tu n'étais pas prévenu !
    Tristan, qui passait par là, me dit que j'y suis allé un peu fort. Je lui réplique que parfois un choc est indispensable pour ouvrir des yeux aveuglés par l'amour. Ma théorie étant que si Nicolas commence à douter maintenant, le moment venu ça fera moins mal. La suite ma prouvé que j'ai eu raison de penser comme ça, mais aussi que j'aurais dû agir encore plus fort et avoir des propos plus fermes et crus. Puis, voyant que Florent prolonge la discussion avec Gabriel, e conseille à Nicolas de les rejoindre puis je file prendre mon cahier et mon stylo pour écrire un peu sur la plage. Ça fait longtemps que je n'ai pas noirci de lignes et ça me manque. Cette évasion de la réalité m'apaise et en ce moment j'en ai bien besoin. En début d'après, midi, après un repas partagé avec Maëlle, je vais chercher Marine à la gare à Auray. Lorsque je la vois sur le parvis de la gare, j'ai un choc. Elle parait dévastée ... je ne l'ai jamais vue ainsi. Je lui explique un peu, sur le trajet retour, ce qui se passe au camping. Qui il y a, qui j'ai rencontré, et le programme de la journée. Quand je mentionne « beaux gosses célibataires » j'ai la surprise de voir un maigre sourire se dessiner sur son visage. Ça me rassure, elle ne déprime pas au point de ne plus être insensible au charme des beaux mecs. De sa part ça m'aurait fortement inquiéter. Lorsque nous arrivons, Louise et Melinda sont à leurs tentes, du coup, elles nous aident à monter celle de Marine. Puis nous rejoignons les autres à la plage, bien que le soleil soit un peu capricieux aujourd'hui. Hugo se retient encore de sortir une remarque désagréable. Nicolas me jette un regard noir, j'en déduis qu'il n'a toujours pas digéré ma mise en garde. Pas grave, ça lui passera. Je mets ma serviette auprès de celle de mon chéri. Ce soir c'est la soirée du 15 août avec le feu d'artifice tiré sur le port. Enfin au large pour être plus exacte, mais visible depuis le port. Et avant, il y a un bal populaire, un peu comme tous les mercredis soirs. Bien évidemment, un tel évènement, ça se prépare ! Toutes les filles partent plus tôt de la plage que d'habitude, afin d'avoir assez de temps pour se préparer. Jolie robe rouge, maquillage léger et jolie coiffure. Après une bonne heure de préparation, je suis prête. Et je suis la première. Florent vient voir si je suis prête. Comme je le suis, nous partons à pieds vers le centre ; rien que tous les deux, en amoureux. Il m'explique que Nicolas et Noémie y sont déjà mais aussi que Gabriel et Tristan se sont mis en compétitions car ils ont tous les deux un petit faible pour Marine. Je préviens tout de suite Florent que Marine a une large préférence pour Tristan. Malheureusement il risque encore de devoir réconforter son cadet. Nous prenons chacun un cocktail en terrasse, sur le port. Puis nous allons danser. J'aperçois au loin ma frangine et nos amis. Mais nous restons tous les deux, en amoureux. A 23h, le feu d'artifice commence. Il est magnifique, comme tous les ans ! Mais le regarder en étant dans les bras de mon amoureux c'est encore mieux ! Nous rentrons ensuite au camping après avoir danser à nouveaux. Il n'est pas loin d'une heure du matin. Epuisés l'un et l'autre, nous nous endormons l'un contre l'autre, dans ma tente.

    votre commentaire
  •  

     

    Août 2013, 6e semaine de vacances, Vendredi
     
                    Ce matin, je suis encore réveillée de bonne heure. Florent aussi. Nous allons donc tous les deux, avec ma voiture, faire des courses. Nous joignons l'utile, pour ne pas dire la nécessité de faire les courses, au plaisir de passer du temps tous les deux. Lorsque nous revenons du centre-ville, personne de notre connaissance n'est encore levé. Ce qui n'a rien d'étonnant vu les abus qu'ils ont dû faire hier. Finalement, nous passons le reste de la matinée en amoureux à la plage. Entre longueurs dans la zone de baignade et caresses allongés sur nos serviettes sur le sable tiède. Personne pour nous déranger, le paradis.Paradis qui allait être de courte durée vu la date à laquelle nous étions. Neuf jours plus tard, c'était plutôt l'enfer des séparations que le paradis. Malheureusement pour nous, et pour tous les vacanciers d'ailleurs, le soleil nous quitte en début d'après-midi pour la pluie. Pluie qui, elle, nous tient compagnie jusqu'au milieu d'après-midi. Vu le temps et les prévisions, nous décidons de nous faire une sortie shopping à Auray et entre filles ! Il est 15h45 environ quand nous partons. A deux voitures, vu que nous sommes huit. Dans ma voiture, il y a aussi ma jumelle devant ainsi Melinda et Louise à l'arrière. Dans la voiture de Débora, il y a Sophie, Morgane et Marine. Nous commençons par des magasins de chaussures, puis de maquillage. Au bout de presque deux heures, eh oui essayer des chaussures, très étranges parfois, eh bah ça prend du temps ! Puis nous entrons dans différents magasins de prêt-à-porter que nous connaissons toutes bien. Nous ne voyons plus le temps passer entre les essayages et les fous rires ! Pour ma part, je n'achète rien. Mais ce n'est pas le cas des filles. Le denier magasin que nous faisons est une boutique de maroquinerie. Des sacs quoi ... et un vrai petit bonheur ! En plus ils vont faire des travaux dans le magasin donc ils liquident le stock avant. Un sac de cours, deux sacs à main ainsi qu'un sac de plage et un sac de voyage. Le tout pour moins de 60€, ce qui est plus qu'une bonne affaire ! Lorsque nous rentrons, aux alentours de 20h, les garçons sont presque mécontents de nous voir rentrer si tôt. Morgane voir rouge et menace Hugo de le quitter s'il ne lui donne pas d'explications valable. Elle y va fort, mais au moins il lui chuchote quelque chose à l'oreille qui doit la satisfaire puisqu'ils finissent par s'embrasser. Et nous autres nous restons sans réponse, dans le flou. Les garçons nous disent simplement qu'ils ont prévu une soirée plage maintenant que le beau temps semble revenu. Des semaines plus tard, j'ai appris que les garçons avaient passé leur après-midi dans les tentes du club des cinq à parler des filles et aux dires de Florent, pas de façon délicate ce qui avait fini par l'agacé et il était parti tout comme Zach et Lucas. Après un léger repas avec ma jumelle, nous nous rendons sur la plage. Le sable est encore humide par endroit malgré le soleil revenu en fin de journée. Du coup, je me pose sur un petit rocher pour ne pas avoir de sable collé sur mes habits. Curieusement, le club des cinq et Tristan ont jugé préférable que nous n'allions pas sur la grande plage mais à l'autre petite un peu plus loin. « Où l'on gène moins de gens », comme ils ont dit. Cette explication de leur par me fait craindre le pire. Mon cher et tendre arrive peu de temps après moi, il s'assoit auprès de moi sur le petit rocher, et ouvre une bière que lui tend le bouclé. Rapidement les cadavres de canettes de bière s'entassent dans le grand sac de courses qui sert de poubelle. Et Léo et Nolan sortent des bouteilles plus fortes ! Je soupire en voyant ce désastre ... ils ne peuvent s'amuser sans alcool, c'est triste. Le club des cinq chante et sans leurs jolies chansons, je serais déjà rentrée dormir. Etrangement le meilleur ami de Florent n'est pas ivre mort. Disons qu'il est plus occupé à mater Marine qu'à vider une canette. Mon amie de la fac, elle aussi, jette de discrets regards à Tristan. Ce qui n'a pas échappé à Gabriel, qui cette fois-ci semble résigné à son sort. Tout en observant les autres, lovée contre Flo, je pense à la rentrée. Ça m'attriste ... Et je dois reconnaître que l'arrivée de Marine n'arrange rien, vu que l'on s'est connue sur les bancs de l'amphi à la réunion de rentrée de L1. Ce qui ne signifie pas que je ne suis pas contente qu'elle soit là, bien au contraire. L'autre jour, quand je suis allée la chercher à la gare, nous avons aussi un eu discuté de la rentrée et du fait que j'ai une sœur jumelle. Elle m'a rassurée en me disant qu'à part au niveau administratif, rien en change pour moi et que personne n'est obligé de savoir quoi que ce soit. Elle a raison. Seulement je n'arrive pas à m'y faire. Florent doit remarquer que je suis perdue dans mes sombres pensées, puisque vers 23h30, il me propose de me raccompagner. J'accepte et nous passons finalement le reste de la soirée à discuter dans sa tente. 
     
     

    votre commentaire
  •  

     

    Août 2013, 6e semaine de vacances, Samedi
     
                    Ce matin, je me réveille grâce à un rayon de soleil qui éclaire la tente de Flo. Mon chéri dort encore à poings fermés. Je me lève sans faire de bruit, me rhabille en récupérant mes affaires éparpillées un peu partout, souvenir de notre fin de soirée ... Un peu plus tard, je lui envoie un message tendre pour le réveiller. De mon côté, je passe la matinée avec ma jumelle. Nous allons faire un tour au marché puis nous allons nous balader sur le sentier côtier. Puis nous finissons par aller bronzer à la plage. Histoire de nous habituer un peu à notre future vie, Maëlle me pose des questions sur ma famille, enfin notre famille, désormais. J'avoue que je n'y avais pas pensé, mais cela va faire bizarre au prochain Noël. Je lui fais donc une description de la famille. Côté paternel, comme maternel. En essayant, bien sûr, d'être la plus objective possible. Je lui montre des photos à partir de mon portable et grâce à facebook. Puis nous rentrons à la tente. Sur une feuille, la plus grande que je trouve, je tente de faire un arbre généalogique de chaque côté de la famille. Mais avec d'un côté de la famille, une quinzaine de cousins et cousines, tous mariés, et ayant des enfants, ma feuille est un peu juste, c'est compliqué ... Maëlle me rassure et me dit que je suis très claire dans mes explications. C'est certain que pour elle, ça ne va pas être facile de s'intégrer, de s'adapter à tous les rituels, les habitudes, ... A midi, nous mangeons une escalope avec des courgettes et un abricot en dessert. Puis, vu que le temps devient gris, nous rejoignons les autres qui ont prévu d'aller au bowling. Etant dix-neuf, nous prenons trois pistes. Sur la première, il y a Nicolas, la garce, le mouton, Morgane, Debora et le p'tit blond. Sur la seconde piste, il y a ma jumelle, le métis, Gabriel, Tristan, Marine, Sophie et Kevin. Et je suis sur la dernière avec mon chéri, Melinda, Léo, Louise et Lucas. Nous faisons trois parties. Honnêtement, quelque soit la partie, nous sommes tous assez doués. Il n'y a pas de scores catastrophiques. Pas non plus d'incident, hormis Noémie qui a reproché à Nicolas de ne pas l'avoir aidée. Le pauvre, il a bien essayé au début de la seconde partie, mais elle lui a répondu assez sèchement qu'elle n'avait pas besoin d'aide. Du coup il n'a pas réitérer sa proposition et madame n'est pas contente, pff elle m'agace ! Elle me sort vraiment par les yeux cette garce. Et vu la tête de certains, je pense que je ne suis pas la seule. Dans la soirée, alors que la plupart de mes amis passent leur soirée en tête à tête avec leurs moitiés et que mon chéri est avec ses frangins, je vais me balader sur la dune. Le temps s'est amélioré et la nuit tombante rend les couleurs du paysage magnifique. Une palette de couleurs du mauve au rose foncé en passant par les gris bleutés et même de l'orange près du soleil couchant ... En plus il fait doux. J'ai tout de même enfilé une polaire. Sur le chemin du retour, alors que la mer est loin, j'aperçois au bord de l'eau deux silhouettes. Elles sont très proches l'une de l'autre, comme des tourtereaux. Il me semble connaître ces personnes mais la nuit tombante ne me permet pas de bien voir. Je décide de m'asseoir un peu sur le haut de la dune et d'écouter le clapotis lointain de l'eau. Les vacances touchent à leur fin. Il ne reste qu'une semaine ... Et cette année, elles ont vraiment été surprenantes, bien remplies et elles vont laisser de merveilleux souvenirs ! Alors que je suis dans mes pensées, je devine enfin qui sont les deux silhouettes en contre-bas : Louise et Lucas ! Ils sont mignons tous les deux. Ils ont bien caché leur jeu tous les deux car je ne me suis doutée de rien. Je fini par aller me coucher, l'esprit occupé ... et je m'endors avec difficulté. 
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique