• Ces malheurs qui nous unissent (chapitre 9 - partie 3)

    Ces malheurs qui nous unissent (chapitre 9 - partie 3)
     
     
    [[...] - Ruben bouge ta bagnole, déclare Pauline, Quentin on y va.
    - Je vous accompagne. Vio tu viens ou tu restes là ?
    -  ...
    - Vio, merde !, s'impatiente Ruben.
    - Cassandre est sur messagerie et Enzo aussi, dit-elle d'une toute petite voix, je le sens mal, je viens avec vous.]
     
     
    Quentin a la trouille pour sa sœur.
    -          Ruben, je peux aller avec Quentin ?
    -          Oui, oui si tu veux.
    Ils sortent. Ruben bouge sa bagnole. Pauline démarre, sort de la cour et passe devant Ruben, qui sort de sa voiture pour fermer le portail. Il remonte dans sa voiture et suit Pauline. Lorsqu'ils arrivent devant la maison il n'y a aucune lumières d'allumées. Pauline est rassurée, persuadée qu'ils étaient sortis. Mais Quentin a un mauvais pressentiment, Violette aussi. Ruben reste silencieux mais dans son regard, Violette perçoit de l'inquiétude. Pauline ouvre la porte qui est fermée à clé et crie du bas de l'escalier, même si elle est persuadée qu'ils ne sont pas là.
    -          Debout les marmottes, pas encore levés à 15 heures ?
    -          Ta gueule Pauline ! Ce n'est pas le moment de gueuler, s'égosille Cassandre visiblement d'une humeur de chien.
    Ni une ni deux, Quentin monte les escaliers quatre à quatre histoire de s'assurer que sa sœur va bien. En plus Enzo n'a rien dit donc ils sont persuadés tous que Cassandre est seule. Cassandre est debout contre la porte de sa chambre, elle tremble encore. Quentin la sert dans ses bras.
    -          Cass ! Arrête de trembler je t'en supplie, il est parti, je l'ai vu passer devant chez Ruben, il a pris la direction d'Auray.
    Au bout du couloir, Enzo qui était parti aux toilettes s'arrête en voyant Quentin et Cassandre. Il comprend alors que la réaction de Cassandre n'était pas une exception et que ça doit souvent arriver qu'elle ait peur de son grand frère. Il s'approche doucement.
    -          T'inquiète mec, j'étais là.
    -          C'est censé me rassurer ?, demande Quentin mi figue mi raisin.
    -          Oui, et puis il ne nous a pas vus, explique Enzo.
    -          Oulala, raconte-moi.
    Ils s'installent tous les trois dans la chambre de Cassandre. Enzo explique que Cassandre a vu la voiture de son frère par la fenêtre et qu'elle a paniqué. Il a alors eu l'idée de se cacher, dans des cachettes différentes. Lui s'est caché dans le placard où il y a la trappe qui va au grenier tandis que Cassandre s'est cachée dans le placard de la salle de sport, là où Nathaniel ne met jamais les pieds, derrière la pile de poids pour la muscu de Quentin. Il raconte ensuite que Nathaniel est rentré dans la maison, énervé que personne ne lui ouvre, Enzo précise qu'avant de se cacher il était allé vte fait chercher les clés de Cassandre pour ne pas qu'il les voit puis qu'ensuite Nathaniel a fait le tour de la maison en grognant que personne ne soit là alors qu'il vient toujours le même jour. Il a regardé dans toutes les pièces même la salle de sport, avant de repartir en faisant crisser ses pneus. Ensuite ajoute Enzo, il est revenu dix minutes plus tard. Heureusement, rajoute-il encore, qu'il avait envoyé un sms à Cassandre aussitôt que Nathaniel avait franchi la porte pour lui dire de ne pas bouger.
    -          Oh je n'y crois pas. Mec t'as assuré, dit-il à Enzo.
    -          Je m'en doutais vu les horreurs qu'il a pu dire en faisant toutes les pièces qu'il allait revenir au moins une fois avant de repartir chez lui. Quand vous êtes arrivés on venait tout juste de sortir de notre cachette. Quand je t'ai vu j'ai compris que ce n'était pas aussi inhabituel que je le pensais. Quentin, t'es sur que ça va, demande-t-il à son pote en le regardant.
    -          Ouais, ouais.
    -          Donc bof, bof, traduit Enzo. Cass, dit-il en s'adressant à sa chérie, pourquoi tu ne m'as jamais rien dit ?
    -          Je suis désolée Enzo mais je n'y arrivais pas. Heureusement pour moi que Quentin est toujours là le jeudi midi.
    -          Je croyais que tu t'entendais bien avec ton grand-frère.
    -          C'est vrai mais beaucoup moins depuis qu'il a été un an en Sicile et y a un sujet sur lequel on est jamais d'accord même si on en parle quasiment jamais ...
    -          Je vois.
    Au même moment, Violette apparait dans la chambre. Seul Quentin la remarque. Elle se dirige vers Cassandre et demande de sa douce voix
    -          C'est qui ?
    -          Violette, qu'est-ce que tu fais là ?, demande Enzo étonné.
    -          Merci Enzo de casser ma blague, réplique Violette mécontente, et excuse-moi aussi de m'être inquiété pour toi et Cassandre.
    -          Désolé Vio, ne le prend pas comme ça.
    -          Comprend moi aussi, j'ai eu peur pour vous parce que vous ne répondiez pas au téléphone, ni l'un ni l'autre, mais après je me suis dit logique, un portable qui sonne pour se faire repéré c'est super, et t'as l'air mécontent de me voir.
    -          Calme-toi Violette, lui dit gentiment Quentin. La douche écossaise, le calme alterné avec la tempête, on a déjà donné tout à l'heure.
    -          Hein ?, font en même temps Enzo et Cassandre.
    -          Tu demanderas à Ruben, Enzo, pas envie d'expliquer, répond Violette.
    -          Et moi ? demande Cassandre.
    -          Pauline t'expliquera, répond Quentin.
    -          Vio, l'interroge Enzo, vous étiez tous les quatre à la maison ?
    -          Oui. Ruben a réveiller Quentin quand il est rentré, Quentin a eu peur que ça soit toi qui était rentré parce que tu t'étais fait viré par Nathaniel, quand il m'a dit ça j'ai rit, finalement il avait raison de s'inquiéter. Il n'a pas osé me réveillé. Moi quand je me suis réveillée, Ruben était déjà repartie. Et après il est rentré avec Pauline au moment où on descendait dans le salon. Et là, c'était bizarre. Ça a commencé en riant, après Pauline s'est énervée après Quentin, Ruben se retenait de rire, et moi je n'ai pas pu parce que leur tête était trop drôle.
    -          Quentin, pourquoi Pauline s'est énervée après toi ?, l'interroge Cassandre.
    -          Bon, puisque Violette est décidée à tout dire, ...
    -          Je savais qu'elle le dirait, le coupe Enzo content d'avoir réussi à faire parler sa sœur.
    -          Enzo ! s'exclame cette dernière, tu vas moins rire après.
    -          Donc Ruben a demandé si on savait où tu étais, explique Quentin. Moi j'ai rien dit, Violette non plus, mais à ma tête Pauline a compris que je le savais. Du coup elle m'a gueulé dessus et moi j'étais inquiet parce que je savais que c'était le jour ou Nathaniel passe. Je lui ai répondu. Elle n'a pas apprécié. Après j'ai dit que je ne balançais pas mes potes. Et comme je me suis énervé encore plus, t'a Ruben et Violette qui se sont mis à rire. Pauline l'a mal pris. Elle a accusé Ruben de pas la soutenir et elle a dit à Vio que ça lui ressemblait pas ce caractère. J'ai pris la défense de Violette. Violette a à moitié sorti ces quatre vérités à Pauline et Ruben lui a répondu que puisqu'elle était si bavarde, elle a lui dire où tu étais Enzo. Violette m'a regardé d'un air désolé qui m'a fait rire. Elle a dit que t'avais raccompagné Cass hier soir et elle ajouté qu'elle était désolée pour moi, vu que j'avais dit que je ne balançais pas mes potes. Elle a ajoutée qu'elle avait pour habitude de te balancer quand Ruben lui demande.
    -          Violette, t'es morte dit il en riant avant de l'attraper et de la chatouiller.
    -          Visiblement il n'y a que moi qui ne savait pas qu'elle est chatouilleuse, déclare Quentin.
    -          Quoi ?, demande Enzo.
    -          C'est déjà la punition que lui a infligé Ruben tout à l'heure.
    -          Pour ta gouverne Quentin, elle le sait très bien, c'est sa punition à chaque fois, que ça soit moi ou mon frère.
    -          Ah ok. Moi j'étais toujours énervé et inquiet pour Cass, continue Quentin. J'ai rafraichi la mémoire à Pauline en lui rappelant qu'on était jeudi midi. Et je lui ai aussi dit dans quel état est Cass quand Nathaniel arrive qu'elle était au téléphone avec toi, Enzo, juste avant. Elle a semblé tomber des nues. Ruben a rajouté que Cass sait se défendre et j'ai piqué une colère. Cass tu sais pourquoi, on a déjà parlé.
    -          Oui, oui.
    -          De quoi, demande Enzo.
    -          Cass est incapable de se défendre sur ce genre de sujet avec Nathaniel si il s'énerve après elle là-dessus, elle va rester tétanisée sans se défendre, donc elle ne sait pas se défendre devant lui. Pauline elle, elle saurait, même si ça entraine une dispute violente avec lui. Franchement le sujet là, on sait comment ça fini, Nathaniel ne sera jamais d'accord avec Pauline ou Cass. Et je fini même par me demander si moi aussi je ne m'en prendrais pas plein la gueule.
    -          Pas faux, dit Enzo, surtout quand on sait que Nathaniel considère Violette comme sa troisième petite sœur, sa petite sœur de cœur.
    -          On sait, répondent à l'unisson Cassandre, Quentin et Violette.
    -          Au fait pourquoi t'es montée Vio ?, la questionne Enzo.
    -          Vous, vous êtes déjà énervés mais en bas l'ambiance est pire alors ...
    -          Explique, s'exclament les trois autres à l'unisson.
    -          Avant que je monte, déclare Violette après un soupire, le portable de Pauline a sonné. Elle a refusé de décrocher sans avoir regardé son téléphone. Ruben lui a demandé pourquoi. Elle a répondu que pour lui, comme pour Cassandre, pour Quentin et pour Nathaniel elle a une sonnerie spéciale contact. On sait donc tous, qui l'a appelée. Après c'est celui de Ruben qui a sonné. Il a décroché et visiblement Nathaniel est très en colère, du coup, Ruben gueule après lui depuis tout à l'heure. Pauline écoute désespérée. Visiblement si Nathaniel est passé ça n'a rien avoir avec le fait qu'on soit jeudi et que c'est le jour où il passe. En fait il savait par Ruben, pour ma surprise et il voulait vérifier que Cassandre et Quentin n'avait pas abusé de l'alcool. Il a ajouté que si il fait ça c'est à cause de la soirée de Loc en juillet où soit disant tout le monde aurait abusé.
    -          Pincez moi, je rêve, s'exclame Cassandre. Tu vas voir moi, je vais l'appeler, je sais quoi lui dire pour le calmer. Comme en juillet je vais l'appeler « papa » d'une voix insolente, ça a le mérite de le calmer direct !
    -          Cass, calme-toi, dit Enzo doucement.
    Les décibels retombent dans la chambre de Cassandre, le silence se fait entendre, et, par la même occasion, le bruit du rez-de-chaussée, à savoir Ruben qui s'énerve au téléphone. Après quelques minutes de silence, Enzo pose une question qui l'intrigue à sa frangine.
    -          Violette, t'étais donc pas réveillée quand Ruben est rentré ?
    -          Bah non pourquoi ?
    -          Ce n'est pas ton genre de te lever si tard.
    -          Comme ce n'est pas mon genre de me coucher si tard, réplique-t-elle vivement.
    -          Oh 3h du mat' ça va encore.
    -          On a fini de ranger entièrement avant de se coucher ça prend du temps, il était plus tard que ça.
    Cassandre et Quentin ne les entendent plus. Elle lui a lancé un regard inquisiteur, ayant sa petite idée de la raison de l'heure du coucher. Quentin, lui lance le même regard. Aucun des deux ne détourne le regard.
    -          Ça va vous deux, leur demande Violette.
    -          Très bien, disent-ils à l'unisson en pensant non ça ne va pas.
    -          Mais bien sur, Quentin, Pauline te l'a dit tout à l'heure, tu ne sais pas mentir, lui lance Violette.
    -          Violette, réplique-t-il sur le même ton, Ruben te l'a dit tout à l'heure, tu ne sais pas mentir, poursuit-il en la regardant pour lui faire comprendre que l'excuse qu'elle a sorti à son frère ne tient pas la route.
    -          Querelle d'amoureux, lancent à l'unisson Enzo et Cassandre en riant.
    -          À votre place je ne ferai pas les malins, réplique Quentin. Cass, dit-il en s'adressant à sa frangine, toi non plus ce n'est pas ton genre de te lever après midi.
    -          Oh ça va hein, midi, 13h, y a qu'une heure de différence.
    -          Pff, y a pas plus pitoyable comme excuse. Aller je ne veux même pas savoir la vérité.
    -          Encore heureux, s'exclame Cassandre mal à l'aise.
    -          Ma belle, tu viens dit-il à Violette. On laisse les amoureux entre eux. Et puis je ne veux même pas répondre à quelqu'un qui ne sait pas mieux mentir que toi et moi réuni.
    Ils quittent la chambre de Cassandre pour celle de Quentin.
    -          Je suis désolé Cass, qu'il s'énerve après toi.
    -          Pff, ne t'inquiète pas, il ne s'énerve pas il se moque.
    -          T'es sûre ?
    -          Certaine, répond Cassandre en se disant qu'elle ne va surement pas lui dire pourquoi elle en est sûre, car elle sait qu'il s'en prendrait à Quentin.
    -          Si tu le dis. Il m'a fait peur quand même avant qu'il parte avec Vio, j'ai bien cru que je m'en prendrais plein la figure. On est cramé c'est sur.
    -          Non sans blague, réplique Cassandre en riant. Je m'en fou temps que sa ne remonte pas aux oreilles de Nath', et je sais que Quentin ne lui dira rien.
    -          N'empêche, les filles ça sait pas mentir, ...
    -          Pourquoi tu dis ça ?
    -          Violette, elle m'a sorti un mensonge énorme, je n'ai pas deviné la vérité, mais je compte bien la savoir.
    -          La pauvre, ne la torture pas.
    -          Cass !
    -          Quoi ?
    -          Tu sais quelque chose.
    -          J'ai deviné oui. Mais je ne dirai rien.
    -          Tant pis pour moi.
    Du côté de Quentin et Violette, cette dernière panique à l'idée que son frère devine la vérité.
    -          Ma belle, je ne vais pas te cacher qu'il n'a pas cru une seconde à ton mensonge. Mais je ne pense pas qu'il ait deviné la vérité. Par contre Cass, elle a compris. T'aurais vu le regard qu'elle ma lancé.
    -          Ah mince, enfin je sais qu'elle ne va pas lui dire.
    Ça Quentin en est sur. Ce qu'il sait aussi c'est que pour se venger il a lancé le même regard à sa sœur qui s'est sentie mal à l'aise.
    -          Tu sais, Vio, dit-il pour la rassurer, le plus important ce que toi tu ne regrettes rien.
    -          Quentin, je suis désolée si je t'ai fais croire ça, s'excuse-t-elle. Je ne regrette rien, pour la simple raison, que j'ai qu'une envie, recommencer, finit-elle en susurrant.
    -          Hum, c'est bon à savoir ça, suis-je si irrésistible que ça, demande-il en souriant.
    -          Quentin, ça va les chevilles ?
    -          Oui, oui, répond le concerné avant de serrer sa copine dans ses bras.
    Puis, n'entendant plus aucun bruit, ils décident d'aller dans le salon. Quentin est devant sa chérie dans l'escalier. Lorsqu'il entre dans le salon, il n'en croit pas ses yeux.
    -          Pauline ! Dis-moi que je rêve ! c'est quoi les règles qu'on a instaurées ?, la questionne Quentin.
    -          Qu ... Qu ... Quentin, peine à articuler Pauline en remettant son tee-shirt.
    -          Oui, oui c'est moi, dit-il en se mettant devant Violette pour qu'elle ne voit rien.
    -          Je suis désolée je n'ai pas pensé aux règles.
    -          Non sans blague je n'avais pas remarqué, lance Quentin sarcastique.
    -          Fait pas le choqué non plus, intervient Ruben.
    -          Non mais je rêve ! Ok j'ai 17 ans bientôt 18 mais quand même ! Je descends dans mon salon et je surprends ma sœur sur le canapé avec son mec lequel est torse-nu en train de lui rouler une pelle alors qu'elle est en soutif. Si tu trouves rien de choquant tant mieux pour toi Ruben !
    -          Te cache pas Violette, je sais que t'es derrière Quentin, répond Ruben pour changer de sujet.
    Au lieu de se montrer, Violette remonte direct dans la chambre de son chéri. Quentin se décale, Violette n'est donc plus derrière lui.
    -           Magie Ruben, elle n'est pas là, déclare-t-il en souriant.
    Pendant ce temps, Enzo coince sa frangine dans le couloir et lui demande pourquoi Quentin est en colère.
    -          Moi j'ai rien vu parce qu'il était devant moi mais visiblement quand il est entré dans le salon il a surpris Ruben et Pauline en train de se rouler une pelle et ça le met en colère.
    Au même moment Quentin apparaît.
    -          T'es trop soft ma belle. Ta sœur omet de dire que ma sœur était en soutif et Ruben torse nu.
    -          Je comprends mieux ta colère, dit Enzo.
    -          Quentin, dis-moi que j'ai mal entendu, dit Cassandre très énervée.
    -          Désolé Cass, mais c'est la vérité.
    Sans attendre, Cassandre bouscule son chéri et file devant la porte de la chambre de sa sœur qui vient de se fermer. Elle tambourine à la porte de toutes ses forces. Tous essayent de la retenir mais elle en veut à sa sœur de faire n'importe quoi et veut lui faire payer.
    -          Quentin arrête, le supplie Pauline.
    -          Ce n'est pas moi répond, l'intéressé.
    -          Enzo, stop, dit Ruben fermement.
    -          Ce n'est pas moi non plus.
    -          C'est qui alors demande-t-à l'unisson Ruben et Pauline.
    -          Après le bordel, la chorale ! Réplique Cassandre en colère.
    -          Cass, excuse-moi de ne pas respecter les règles, s'excuse Pauline.
    -          Pardonné, répond Cassandre en entendant le ton sincère de sa grande-sœur.
    Les quatre plus jeunes redescendent et décident de regarder un dvd tous ensemble. À un bout du canapé, il y a Quentin puis Violette qui est contre lui. À l'autre bout, il y Enzo avec sa princesse de blottie contre lui. Une heure et trente minutes plus tard, alors que le film s'arrête, les quatre amis restent sur le canapé sans bouger. Les filles somnolent dans les bras de leurs chéris. Étonnés de ne plus entendre de bruit, Ruben et Pauline viennent voir ce qu'il se passe. Lorsqu'ils découvrent le spectacle ils rient discrètement. Enfin pas tant que ça puisque Quentin et Enzo tournent la tête en même temps pour les regarder.
    -          Vous êtes adorables, dit Pauline.
    -          Vous êtes mignons, renchérit Ruben, mais faudrait que les filles se réveillent pour qu'on rentre.
    -          Je suppose qu'on n'a pas le choix ?, demande Enzo.
    -          Bien vu frangin. Maman est rentrée, et elle tient absolument à voir Violette pour qu'elle lui raconte comment s'est passée la soirée.
    Quentin se retient pour ne pas réagir en entendant la phrase de Ruben. Il caresse doucement le visage de Violette, petit à petit elle ouvre les yeux. Ruben, Enzo et Violette rentrent chez eux, tandis que Quentin, Cassandre et Pauline passent la soirée entre eux. Alors qu'ils finissent de manger, le téléphone sonne. C'est Nathaniel qui les appelle. Il leur explique qu'il est passé et qu'il 'y avait personne alors il appelle pour se rassurer. Pauline lui dit qu'elle travaillait, Cassandre lui dit qu'elle était sortie pensant que comme c'est les vacances il ne viendrait pas et Quentin lui dit qu'il était chez Adrien avec Violette pour un travail de groupe. Rassuré, Nathaniel leur souhaite une bonne fin de soirée et raccroche. Tous soufflent, content qu'il est gobé leurs mensonges. Pauline appelle Ruben, par mesure de sécurité, pour pas qu'ils ne se coupent, si jamais Nathaniel décide de l'appeler. Elle lui explique qu'elle a dit à son frère qu'elle bossait, et que Cassandre a dit qu'elle était allée se balader seule sur la plage tandis que Quentin a dit avoir bossé chez Adrien pour un exposé avec ce dernier et Violette. Ruben la rassure. Ils raccrochent.
     
     
    LE PETIT MOT DE L'AUTEUR :
     Alors, que pensez-vous :
    - de cette partie de chapitre ?
    - du début quand Ruben, Pauline, Quentin et Violette arrivent ?
    - du moment où Enzo et Cassandre racontent ce qui s'est passé ?
    - du moment où Violette et Quentin leur racontent ce qui s'est passé avant chez Violette ?
    - du moment où les plus jeunes parlent de la soirée passée ?
    - du moment où Quentin découvre Ruben et Pauline dans le séjour ?
    - de la fin du chapitre avec les "alibi" au cas où Nathaniel téléphone ?
     
    Dans la prochaine partie, vous allez découvrir : l'anniversaire d'Enzo.
     
     
     
    Merci à vous de lire ma fiction :)
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :